PORSCHE
TAYCAN
RWD

L’essai Sport-Auto.ch du 28 octobre 2021

Rédaction : Anthony Monnier
Photographies : Bob de Graffenried

Avec le Taycan RWD, Porsche propose sa limousine électrique dans une version moins performante et à un tarif plus abordable que les Taycans 4S, Turbo et Turbo S. Mais est-ce que Porsche a pu conserver sur cette version toute la sportivité qui a fait sa renommée ? Eléments de réponse dans cet essai !

Proposée dans différentes couleurs, dont ce surprenant Frozenberry metallic, le Taycan rappelle les lignes de la Panamera et de la 911. Toutefois, l’avant se distingue par ses optiques intégrées dans le bouclier avant, surplombant chacun une entrée d’air verticale. On aperçoit les étriers de frein à six pistons aux travers de cinq évidements dans les jantes pleines de 20 pouces, proposées en option. Une illusion d’optique est ainsi créée, en dessinant des rayons sur celles-ci, alors qu’elles sont majoritairement pleines. A l’arrière, le parechoc est composé d’une imposante lèvre en plastique noir mat, quelque peu disgracieuse.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

propulsion
1x moteur élec. synchrone
380 ch / 357 Nm
2’205 kg

L’intérieur bicolore Mûre / Gris Ardoise se marie naturellement avec la singulière teinte extérieure. Toutefois, les montants des portes auraient pu être plus soignés : ceux-ci sont recouverts d’un plastique dur qui sera vite marqué par les entrées et sorties répétées. Malgré les batteries situées dans le sous-bassement de la voiture, la hauteur du siège peut être réglée aussi basse que dans une Panamera

Contrairement aux autres Porsche, le tableau de bord ne comporte plus de compte-tour analogique, celui-ci étant superflu pour un entraînement électrique. On retrouve donc un grand écran plat, légèrement incurvé, complété par un système d’info-divertissement ergonomique. Parmi la multitude d’informations disponibles, celle du niveau de batterie une fois arrivé à destination a retenu toute mon attention ; malgré des incertitudes comme le comportement du conducteur ou les variations de la température extérieur, le niveau de batterie projeté était remarquablement précis.

Le toit vitré panoramique intègre un dispositif de fumage automatique. Ce système, doublé de la climatisation autonome, permet de maintenir une température intérieure adéquate, de façon à atteindre rapidement la température désirée lors du départ. Les 84 litres du coffre avant complètent les 407 litres du coffre arrière. On dispose ainsi de 491 litres, soit quasiment l’équivalent du coffre arrière de la Panamera.

Le comportement de la transmission à deux rapports peut parfois surprendre, notamment lors d’une importante décélération sur le second rapport, la boîte va sélectionner le premier rapport, mais ce changement se fera de manière soudaine engendrant parfois un à-coup. Il est également difficile d’être précis dans les manœuvres à basse vitesse, tant le frein que l’accélérateur ont un petit retard de commande.

Le Taycan RWD dispose de cinq modes de conduite : Range, Normal, Sport et Sport Plus et Individual. A l’instar des autres modèles Porsche, les modes Sport et Sport Plus offriront une réponse plus rapide du groupe propulseur ainsi que des suspensions fermes et une direction plus affutée. Le mode Range va agir sur les gros consommateurs du véhicule, comme le chauffage ou la puissance du moteur, afin d’augmenter l’autonomie de la batterie.

L’amortissement en mode Normal est très bon, notamment sur les ralentisseurs, puisque le Taycan dispose en option d’un système d’amortissement à trois chambres incluant le Porsche Active Suspension Management (PASM), semblable à la Panamera ou à la Bentley Flying Spur. Toutefois, il n’atteint pas le confort de ces dernières, notamment dans la filtration des petites imperfections de la route.

En mode Sport Plus, ce Taycan RWD est très difficile à prendre en défaut. Même avec l’antipatinage déconnecté, le châssis est très efficace, aucun décrochement en épingle ou virage serrés ne se sont faits sentir ; impressionnant pour une propulsion capable de développer de plus 400 ch ! Lors de gros freinages, même si ceux-ci restent très efficaces et sécurisants, les 2’205 kg de ce Taycan se font d’avantage sentir que les 2’155 kg de la Panamera Turbo S.

Il y a un important contraste entre les modes de conduite. En effet, par la disposition de la batterie dans le plancher, le centre de gravité s’en retrouve abaissé. Le Taycan sera ainsi très à l’aise dans un enchaînement de courbes, il virera à plat et ce même s’il dispose de barre anti-roulis ou suspensions moins rigides afin d’assurer un bon confort en mode Normal. De plus, le son artificiel du moteur, diffusé par l’excellent système hi-fi Bose, devient plus présent en mode Sport Plus, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ce son, rappelant un X-Wing de la Guerre des Etoiles, est plaisant à entendre et a surpris plus d’un piéton en ville ! Il y a aussi la possibilité de l’activer manuellement, peu importe le mode. Enfin, le mode Individual permet de régler certains paramètres et fonctions selon son envie.

Avec son unique moteur électrique de 380 ch (476ch en overboost !), il ne faut que 5.4 secondes pour emmener ce Taycan RWD de l’arrêt à 100 km/h. A noter qu’une limitation de couple, non désactivable, est présente jusqu’à 60 km/h, qu’on soit en mode Launch Control ou non. Alors oui, nous ne sommes pas dans un Taycan Turbo S ou une Tesla Model S Plaid, mais les accélérations restent puissantes et suffisent amplement pour un usage routier dynamique.

En conduite fluide, le freinage mixte électrique / mécanique est parfois difficile à gérer, car il arrive que la force de freinage varie pour une même pression sur la pédale.

Comme d’autres modèles de la marque, le Taycan dispose de la fonction Smart Lift : la voiture mémorise le lieu où l’ordre d’élever la caisse a été donné de façon à activer automatiquement ce soulèvement lorsqu’elle se retrouvera à proximité.

Notre Taycan RWD d’essai est équipé de la batterie Performance Plus, qui lui confère une capacité nette de 83.7 kWh. L’autonomie a été mesurée à 409 km durant notre essai, ce qui est dans la partie basse de la fourchette annoncée par le constructeur : 407 à 484 km WLTP. Ceci s’explique par le style de conduite sportif pratiqué durant l’essai, corroboré par la consommation de 27.1 kWh/100km au lieu de 22.1 à 26.3 kWh/100km annoncé, en cycle « extra-high ». A noter que la puissance maximale de chargement est de 225 kW, soit 22 minutes pour charger la batterie de 5% à 80%.

Proposé au tarif de base de CHF 100’300.-, le Taycan RWD de cet essai affiche un prix de CHF 140’300. Les concurrentes directes, à savoir des berlines électriques propulsion, sont peu nombreuses. En effet, la grande majorité des berlines électriques de plus de 300 ch disponibles sur le marché sont pourvues d’une traction intégrale. On va donc trouver la Mercedes EQS 450+ de 333 ch à partir de CHF 137’200.- (CHF 176’000.- en configuration similaire) ainsi que la BMW i4 eDrive 40 de 340ch à partir de CHF 69’900.- (CHF 77’500.- en configuration similaire). Même si les puissances des concurrentes sont inférieures, les tarifs varient fortement d’un modèle à l’autre.

L’avis de Sport-Auto.ch

Malgré sa puissance de « seulement » 380 ch, ce Taycan RWD met en évidence une qualité bien singulière, celle de réussir à distiller un ADN sportif, quel que soit le type de propulsion. En effet, les véhicules électriques souffrent pour beaucoup de sobriété excessive, voire d’insipidité. Ce Taycan en est tout le contraire ! Cela se ressent surtout dans la direction, la qualité du châssis et le son du moteur. Trois ingrédients que Porsche a su faire évoluer tout au long de son existence pour réussir à les fusionner dans cette berline électrique. En dépit d’une longue liste d’options, son tarif d’entrée est compétitif au regard des performances et prestations qu’il propose. Avec ce Taycan RWD, Porsche négocie le virage de la mobilité électrique avec efficacité, style et à la corde !

anthony@sport-auto.ch

Pour...
  • Comportement dynamique
  • Plaisir de conduite
  • Design
  • Rapport prix/prestations 
  • Son du moteur
Contre...
  • Comportement des freins
  • Certains plastiques durs à l’intérieur (montants latéraux)
  • Pas d’Android Auto

Porsche 911 (992) Carrera

Prix de base : CHF 130’900.-

Voiture essayée : CHF 162’280.-

Remerciements

Merci à Porsche Suisse pour le prêt de cette Porsche Taycan RWD.

Print Friendly, PDF & Email