MERCEDES-AMG
C 63 S
CABRIOLET

L’essai Sport-Auto.ch du 7 décembre 2020

Rédaction : Gaëtan Brunetti
Photographies : Gaëtan Brunetti

Depuis plus de 20 ans, AMG, célèbre préparateur Mercedes, est devenu une filiale officielle du constructeur. Forgeant sa réputation sur les plus mythiques modèles de la marque à l’étoile, Mercedes-AMG est reconnu pour ses moteurs V8 très expressifs, revisités et poussés dans leurs derniers retranchements. Nous voici au volant de la dernière AMG C 63 S cabriolet, qui délaisse le monstrueux V8 6.2L atmosphérique pour un 4.0L biturbo. En route.

Restylée au courant de l’année 2018, la Mercedes-AMG C 63 (W205) arbore dorénavant la fameuse calandre « Panamericana ». Aujourd’hui, Mercedes Suisse nous a confié la plus épicée de toutes, la C 63 S. Elle vient chapoter une gamme C AMG composée de la C 63 et de la C 43, dont l’essai figure ici. Extérieurement, cette version S se pare de quelques éléments peints en noir par rapport à une C 63 « normale ». Le pack nuit AMG (CHF 1’061.-) amène un contraste supplémentaire à l’aide de quelques touches de noir mat (jupes latérales, échappements, etc…). Visuellement, la teinte bleu brillant métallisé (CHF 1’103.-) sied parfaitement à l’élégance que dégage notre cabriolet.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

propulsion
8 cyl. 4.0L biturbo
510ch / 700Nm
2’008kg

Histoire de la rendre plus agressive, une lame avant, un diffuseur arrière, une lame de coffre ainsi que des rétroviseurs en carbone sont disponibles avec le pack carbone AMG extérieur II (CHF 2’475.-). Avec des pneus en 245mm à l’avant et 265mm à l’arrière, les jantes forgées AMG Performance à 5 doubles branches noires mates (CHF 4’596.-) sont sublimes et offrent un design qui n’est pas sans rappeler les voitures de compétition de la marque. Mercedes-AMG signe ici son premier cabriolet Classe C de manière soignée, mélangeant luxe et sportivité en tout point.

L’habitacle demeure assez sobre. Entièrement revêtu de cuir nappa noir (CHF 3’606.-), tout est soigneusement fini et la qualité d’assemblage est excellente. De magnifiques sièges semi-baquets performance AMG (CHF 2’757.-) nous accueillent fermement avec un maintien idéal. Ils sont équipés des réglages électriques mémorisables (CHF 1’414.- pour le siège conducteur et CHF 990.- pour le siège passager). Ils sont également chauffants et équipés du fameux système AIRSCARF (air chaud dans la nuque), mais il faudra débourser CHF 1’067.- pour qu’ils soient climatisés. 

La console centrale, complètement en carbone, est épurée mais concentre l’essentiel des commandes. Le volant mi-cuir/alcantara à méplat devance un compteur complètement digital et personnalisable à souhait. Deux sélecteurs de modes avec écrans permettent de choisir la configuration de la boîte ou encore le tarage des suspensions directement sur le volant. Le pack assistance à la conduite PLUS (CHF 2’969.-) complète le tout en proposant une assistance et une autonomie de conduite quasi totale. Il permet entre autres, en activant le régulateur qui s’adapte à la circulation, aux panneaux et au trajet, de rouler avec un niveau 3 d’autonomie.

Mais l’atout principal de cette Mercedes-AMG C 63 S est sans équivoque le fameux V8 4.0L bi-turbo. Ce moteur n’est pas nouveau puisque la Mercedes-AMG GT C Roadster ou encore l’Aston Martin Vantage en sont équipées. Avec cette finition S, la puissance passe de 476ch à 510ch et le couple de 650Nm à 700Nm par rapport à une C 63 « normale ». Cela lui permet de franchir le 0 à 100km/h en seulement 4,1 secondes. Outre ce gain de puissance/couple, elle est équipée de série de silentblocs dynamiques qui s’adaptent au mode de conduite sélectionné. Ces derniers viennent s’ajouter à une direction, des suspensions ainsi qu’une réponse à la pédale d’accélérateur paramétrables. Même l’ESP est entièrement déconnectable ou peut être bridé suivant 8 degrés de sensibilité. Le tout est transmis aux roues arrières via une boîte automatique à embrayage humide à 9 rapports.

Prenons place à bord de ce cabriolet long de 4,75m. La C 63 S se réveille dans un grondement roque et sourd. Difficile de passer inaperçu tôt le matin. La première chose qui m’interpelle dès les premiers kilomètres est la qualité de finition de la capote en toile, qui filtre extrêmement bien les bruits extérieurs et les différences de température. On se croirait dans un coupé. Docile, en mode confort, la suspension encaisse raisonnablement les aspérités de la route, mais couplées aux semi-baquets, l’auto se révélera trop ferme pour une utilisation quotidienne.

Pouvoir rouler décapoté par une température avoisinant les 0 degrés est un vrai plaisir, grâce aux sièges chauffants et à l’AIRSCARF. Par ailleurs, même en profitant de l’air frais à faible allure, le (sur) poids de l’engin ainsi que le gourmand V8 auront tout de même raison de l’autonomie de la bête, malgré un réservoir de 66 litres. Les 10l/100km sont faisables en conduite très souple, mais comptez plus sur une consommation mixte moyenne entre 12l/100km et 14l/100km.

ESP déconnecté et mode TRACK activés, je découvre enfin le vrai visage de cette C 63 S. Pied dedans, on a l’impression que ce moteur délivre un couple infini. Les montées en régime se font sans encombre malgré les deux tonnes à propulser. Une fois l’adhérence retrouvée, la C 63 S devient un vrai missile. La sonorité de l’échappement, clapets ouverts, est dantesque et me gratifie de quelques pétarades au rétrogradage.

Malgré les gros disques/étriers présents, arrêter une telle masse en mouvement ne se fera pas sans lutter à la longue. La pédale de frein ne présente pas une excellente attaque et est parfois spongieuse. Les prises de courbes sont quant à elles rassurantes, avec une auto qui vire à plat. Mais en sortie de virage, à moins de s’exercer au contre-braquage, il faudra savoir être patient avec la pédale de droite et composer avec une direction sur-assistée qui manque de feeling. La boite à 9 rapports est cependant irréprochable en tous points et se marie parfaitement avec ce moteur.

Avec un tarif de base de CHF 123’100.- (CHF 150’138.- pour notre voiture d’essai), la Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet est pour le moment sans grande concurrence directe puisque les nouvelles Audi RS5 cabriolet (5F) et BMW M4 cabriolet (G83) se font attendre. Sportive mais avant tout luxueuse, cette Mercedes se place en matière de prestations entre la Porsche 911 cabriolet (992) (CHF 122’734.-) plus athlétique et la Lexus LC500 cabriolet (CHF 139’000.-) plus typée GT. Elle reste néanmoins un compromis parfait pour faire de rapide balades cheveux au vent.

L’avis de Sport-Auto.ch

Avec sa motorisation V8 envoûtante, cette Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet reste une voiture noble de nos jours, et ce malgré la présence d’un moteur suralimenté. Le plaisir à son volant est bien présent avec un ensemble moteur/boîte qui semble parfaitement s’adapter à toutes les situations.

Toutefois, à rythme soutenu, ce cabriolet est encore perfectible sur quelques points, notamment la rigidité de caisse ou le feeling de la direction. Mais ce n’est pas le but de ce genre d’auto, qui préfère gratifier son conducteur d’une sonorité brutale tout en offrant un raffinement certain. Profitons tant qu’il en est encore temps de fabuleux V8 bi-turbo, car la prochaine génération annoncée se verra dotée… d’un 4 cylindres en ligne.

gaetan[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Agrément moteur/boîte
  • Sonorité exquise
  • Qualité perçue
  • Réglages de conduite multiples
Contre...
  • Freinage perfectible 
  • Direction peu informative
  • Poids

Mercedes-AMG C 63 S Cabriolet

Prix de base : CHF 123’100.-

Voiture essayée : CHF 150’138.-

Remerciements

Merci à Mercedes-Benz Suisse pour le prêt de cette AMG C 63 S Cabriolet.

 

Print Friendly, PDF & Email