VOLKSWAGEN
CADDY
CALIFORNIA
SPIRIT

L’essai Sport-Auto.ch du 7 septembre 2022

Rédaction : Bob de Graffenried
Photographies : Bob de Graffenried

Voici un essai pour le moins improbable pour Sport-Auto.ch, sachant les voitures que nous avons l’habitude de plébisciter pour un essai dans nos colonnes. Et pour cause, si l’idée initiale était de réaliser un article pour notre rubrique roadtrips, les routes finalement empruntées avec le VW Caddy California ne le justifiaient pas. Voici donc un essai pas comme les autres, avec pour moteur une seule question : le micro camping-car de Volkswagen permet-il de prendre ne serait-ce qu’un brin de plaisir au volant ? Réponse sans plus tarder !

122 chevaux : c’est la puissance modeste qu’affiche le 2.0L TDI de notre Volkswagen Caddy California d’essai. Et on ne peut pas dire que l’importateur suisse de la marque nous ait pénalisé puisqu’il s’agit de la motorisation la plus puissante disponible ! En alternative, on retrouve deux 2.0 TDI de 72 et 102 ch ainsi qu’un 1.5 TSI essence de 114 ch. Notre modèle d’essai dispose de la boîte à double embrayage DSG à 7 rapports, ce qui le prive de l’optionnelle traction intégrale 4Motion, laquelle est disponible uniquement sur ce moteur et avec la boîte manuelle. Contrairement à ce que l’on observe dans le segment des SUV, point de course à la puissance dans ce segment…

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 2.0L turbo diesel
122 ch / 320 Nm
1’710 kg

Sur la route, le VW Caddy se révèle être un bon compagnon au quotidien, à condition de ne pas miser trop sur le confort. Situé près du pare-brise, le 2.0 TDI s’avère relativement bruyant. Quant aux suspensions, bien que proposant une course généreuse, elles ne parviennent pas à filtrer toutes les aspérités, ce qui débouche par moment sur un ressenti mou-dur typique des utilitaires (cette 5ème génération du Caddy n’est pourtant pas munie de ressorts à lamelles comme c’était le cas à l’époque).

L’ergonomie ainsi que les écrans sont similaires aux autres modèles actuels VW, et toutes les aides à la conduite modernes sont présentes ici par l’intermédiaire du pack Travel Assist (CHF 2’429.-).

Avec sa longueur de seulement 4,50 mètres, le Caddy reste très maniable tout en proposant un volume de chargement qui fera pâlir n’importe quel SUV, même bien plus imposant ! La garde au toit et l’espace sont généreux tant à l’avant qu’à l’arrière, où trois adultes peuvent prendre place. En revanche, les portes coulissantes ne permettent pas d’ouvrir les vitres, et la plupart des surfaces sont constituées de plastiques durs. 

S’il n’est logiquement pas un foudre de guerre (0-100 km/h en 11,2 secondes…), le VW Caddy se montre plutôt étonnant pour sa catégorie en matière de comportement dynamique. Son centre de gravité, pas trop haut, lui confère un comportement sûr, même à rythme élevé. Certains SUV, même plus puissants, ne se jouent pas aussi facilement des courbes serrées. Même constat en ce qui concerne la motricité, qui bien qu’imparfaite, s’avère par exemple meilleure que celle de la Suzuki Swift Sport au couple pourtant bien inférieur (230 Nm, contre 320 Nm de 1’600 à 2’500 trs/min pour le Caddy). De série, les jantes de 17 pouces reçoivent des pneus Continental EcoContact 6 de 215 mm de largeur, mais il est possible d’opter pour des jantes 18 pouces avec des pneus de 225 mm ayant un flanc moins prononcé, ce qui devrait encore améliorer le comportement.

Lorsque l’on se sert des palettes au volant, la boîte DSG reste en permanence en mode manuel si le petit commutateur a préalablement été placé sur la position Sport. Cerise sur le gâteau : même en conduite dynamique, aucun bruit parasite de la vaisselle rangée dans le coffre ne vient perturber l’expérience de conduite ! Voilà qui répond déjà au moins favorablement à la question posée en introduction : oui, avaler les virages – même rapidement – en Caddy California n’est pas une punition !

Venons-en maintenant aux spécificités de cette version California. Premièrement, replié en trois parties, un couchage de 198×107 cm occupe la partie supérieure du coffre. Dessous, une bonne partie du volume est occupée par une table et deux chaises pliantes, alors que les vitres latérales sont obstruées par de généreuses poches permettant de ranger sacs de couchage et autres effets personnels. L’ensemble cuisinière et box de rangement pour la vaisselle est une spécificité de cette version baptisée Spirit. Il faudra bien réfléchir avant d’opter pour cette version puisque contrairement à tout le reste, la cuisinière n’est pas amovible, sans doute pour des raisons de sécurité liées à la présence de la bombonne de gaz.

Bien que nous n’ayons pas réalisé un roadtrip de plusieurs jours comme imaginé au départ, nous avons tenu à exploiter toutes les capacités de ce California en famille. Premier constat : le coffre étant déjà bien occupé par l’équipement précité, il ne reste que peu de place pour les bagages et la nourriture lorsque l’on voyage à quatre. Si, faute de météo suffisamment bonne pour planter la tente, les deux premières expériences se solderont par un retour à la maison après le repas, la troisième tentative sera la bonne. A noter qu’en nous aventurant en dehors des sentiers battus, nous avons été parfois limités par l’absence de traction intégrale.

La cuisinière est dotée d’une plaque au gaz et d’un petit plan de travail en inox. L’armoire de rangement est fournie avec un ensemble de vaisselle et couverts pour quatre personnes, et il y a même un bac en plastique dédié à la vaisselle sale (CHF 17.-). En revanche, l’accès à la bombonne de gaz est peu pratique ; il faut retirer la banquette pour y accéder, ce qui impose de ne pas avoir le lit en place. On peut également regretter l’absence d’un petit réfrigérateur d’autant plus qu’une meilleure distribution du volume du coffre aurait permis son implantation (il y a un volume non négligeable inutilisé en-dessous et à droite du compartiment contenant la table et les chaises).

Installer le lit nécessite d’avancer les deux sièges avant au maximum puis de mettre les dossiers en position verticale. A noter qu’il existe aussi une version California Maxi longue de 4,85 m (+35 cm) qui devrait dispenser de faire cette manipulation. Le ciel étant dégagé, nous comptions observer les étoiles depuis notre couchage à travers le toit panoramique (CHF 1’024.-). Que nenni ! Une fois à l’intérieur, la buée recouvre très rapidement l’intérieur de la vitre ; il faut dire que nous nous trouvons à 1’800 mètres d’altitude et que, même en plein été, les nuits sont fraîches au fond des vallées.

Même sans faire usage du chauffage en mode stationnaire (via une télécommande dédiée), il fait au moins 5 degrés de plus dans le California que dans la tente… il s’agit là d’un avantage à considérer par rapport à l’alternative très tendance de la tente de toit, cette dernière ne vous isolant ni des conditions atmosphériques ni du bruit de la rivière. Le lendemain, il ne fait que 6 degrés lorsque nous nous réveillons, légèrement engourdis par la relative fermeté du matelas mince reposant sur des ressorts en plastique.

Disponible à partir de CHF 39’250.- avec le 2.0L TDI de 122 ch et la boîte DSG à 7 rapports, notre Caddy California Spirit d’essai se chiffre à CHF 49’492.-. Bien qu’il soit sans véritable concurrence en matière de gabarit, l’investissement paraît élevé en regard de l’équipement proposé. On trouve en effet des modèles plus complets et plus habitables pour des sommes qui ne sont pas beaucoup plus élevées.

L’avis de Sport-Auto.ch

 

Bien qu’il ne s’agisse évidemment pas d’un véhicule sportif, le Volkswagen Caddy California sait s’accommoder d’une conduite dynamique sans rougir. Son châssis encaisserait sans crainte une bonne dose de puissance supplémentaire ainsi qu’une monte pneumatique plus sportive.

Bien qu’assez sommaire et peu pratique sous certains aspects, l’habitabilité du Caddy California reste intéressante pour deux personnes qui désirent pouvoir dormir dans un habitacle fermé, gage d’isolation contre le froid et le bruit, tout en bénéficiant des avantages liés à un véhicule bien plus compact qu’un VW T6.1 California ou équivalent, plus lourd et au comportement dynamique beaucoup plus pataud.

bob[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Comportement dynamique pour la catégorie
  • Chauffage stationnaire 
  • Dormir à deux dans un véhicule compact
Contre...
  • Lit assez ferme
  • Accès gaz peu pratique
  • Prix
  • Cuisinière fixe (seulement dans version Spirit)
Print Friendly, PDF & Email