AUDI
Q4 50
E-TRON
QUATTRO

L’essai Sport-Auto.ch du 20 janvier 2022

Rédaction : Anthony Monnier
Photographies : Sébastien Moulin

Après l’e-tron et la RS e-tron GT, Audi présente un  SUV plus compact, le Q4 e-tron. Avec un design intérieur réactualisé et de nouvelles aides à la conduite, comme l’affichage tête haute à réalité augmentée, ce SUV électrique veut soigner son conducteur et ses passagers. De plus, l’autonomie promise dépasse les 500 km. Mais ce pari est-il tenu ? Nos éléments de réponses au volant de la version la plus puissante forte de 299 chevaux.

Un gros travail a été effectué sur le design afin d’obtenir une résistance à l’avancement minimale, puisque l’Audi Q4 e-tron dispose d’un coefficient de traînée de seulement 0.26. De ce fait, la calandre est pleine, il n’y a qu’une fine entrée d’air au-dessus de la lame avant.

Les formes anguleuses de la carrosserie sont remarquablement mises en évidence avec cette teinte bleu geyser métallisé (CHF 920.-). Le SUV électrique chausse des jantes « rotor aero » à 5 bras de 21 pouces partiellement pleines, afin de diminuer la traînée. Même sur cette version non-Sportback, la vitre arrière est assez inclinée, ce qui fait perdre du volume au coffre au profit de la fluidité de la ligne. Les feux arrière reprennent l’identité visuelle de la marque aux anneaux, avec le bandeau rouge sur toute la largeur de caisse et les feux en double flèche.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

4×4
électrique dual-motor
299 ch / 472 Nm
2’375 kg

Placé au-dessus d’une console centrale flottante, la planche de bord reprend le concept général du design extérieur, avec des angles obliques qui l’orientent vers le conducteur. Le volant, non circulaire, est certes très joli et bien intégré, mais dérangeant en conduite quotidienne. En effet, il est difficile de le laisser glisser de la main lors des sorties de virages serrés ou de carrefours. De plus, cela fait peu sens sur un véhicule à vocation multi-usage, pas spécialement sportif. Les palettes du volant permettent de gérer la force du freinage électrique à récupération sur trois niveaux.

Les sièges sport en cuir noir compris dans le pack d’intérieur S Line (CHF 5’060.-) disposent d’une longueur d’assise réglable. Ils sont très texturés et procurent un bon maintien latéral. Les surpiqures blanches ressortent bien à la lumière naturelle, diffusée par le toit panoramique en verre (CHF 1’710.-). Les trois places arrière disposent d’un espace suffisant pour les jambes et une hauteur acceptable pour un adulte de grande taille.

Plusieurs fonctions sont disponibles via l’application myAudi, comme par exemple la pré-climatisation avant de partir. A noter que Android Auto et Apple Car Play sont disponibles, sans fil, via Bluetooth.

La motorisation de l’Audi Q4 50 e-tron fait appel à deux moteurs différents : sur l’essieu arrière, un moteur asynchrone de 150 kW et sur l’essieu avant, un moteur synchrone de 80 kW, fournissant un couple cumulé de 472 Nm et une puissance totale de 299 ch. Toutefois, le moteur avant n’est requis que lors de fortes accélérations ou lors de conditions d’adhérence dégradées. C’est donc principalement une propulsion.

Par rapport au mode Confort, le mode Dynamic va raffermir les suspensions et diminuer le temps de réponse de l’accélérateur et de la direction. Avec un 0 à 100 km/h en 6.2 secondes, les deux moteurs électriques fournissent suffisamment de couple pour adopter une conduite dynamique. Le comportement du châssis est plutôt neutre, sans survirage ou sous-virage, les 4 roues décrochant très progressivement, sans perte de trajectoire. On notera toutefois passablement de bruit d’air à haute vitesse.

Le mode Efficiency va quant à lui diminuer les consommateurs internes – principalement le chauffage – afin de privilégier l’efficience et donc l’autonomie. Le mode Auto va gérer les paramètres ci-dessus automatiquement alors que le mode Individual permet de régler les différents paramètres. Même en mode Confort, les suspensions restent trop fermes, alors qu’il ne s’agit pas d’une voiture vraiment sportive. Ce problème, commun à beaucoup de SUV, réside dans la rigidité des barres stabilisatrices, renforcées sur ce type de véhicule afin de diminuer le roulis en virage, ce qui se paie par une détérioration du confort, notamment par des mouvements de caisse lorsqu’une roue passe dans une petite dépression de la chaussée. Les petites imperfections de la route sont également peu filtrées.

Les aides à la conduite comprennent le régulateur de vitesse adaptatif, la surveillance de piste active, le radar de recul, mais pas de caméra 360 degrés. L’absence de fonctionnement de la caméra de recul, pourtant bien présente, nous a surpris, de même que certains petits dysfonctionnement inexpliqués, fort heureusement temporaires. Le chauffage, faisant appel à un système de pompe à chaleur, est très efficace et permet de mettre rapidement tout l’habitacle à la température désirée. L’équipement de base comprend des phares à LED, les phares matriciels à LED étant en option (CHF 1’470.-), avec quatre signatures lumineuses à choix modifiables via le système de commande MMI Touch. L’affichage tête haute à réalité augmentée permet de superposer les indications de certains systèmes d’assistance et les symboles de navigation à la vue du conducteur, dans le monde extérieur réel.

Le Q4 50 e-tron est équipé de la batterie de grande capacité, de 82 kWh (77 kWh nets), pour une autonomie annoncée de plus de 500 km. Bien que la consommation officielle soit annoncée à 19.1 kWh/100km, la consommation mesurée lors de notre essai culminait à 26 kWh/100km, effectué par une température extérieure de 5 degrés et une conduite fluide. En effet, une bonne partie de l’énergie de la batterie est destinée au maintien des batteries dans leur plage de température optimale ainsi qu’au chauffage de l’intérieur. Dans ces conditions, on obtient une autonomie d’environ 300 km. Avec une puissance de recharge de 125 kW, il est théoriquement possible de regagner une autonomie de 130 km en 10 minutes sur une borne de recharge ultra-rapide.

Chose encore assez rare sur un véhicule électrique, un crochet d’attelage escamotable est proposé (CHF 1’240.-), afin de pouvoir tracter jusqu’à 1’200 kg.

L’Audi Q4 50 e-tron, proposée à un tarif de base de CHF 61’850.-, arrive sur un marché déjà bien fourni : sur la même plate-forme, on retrouve le Volkswagen ID5 GTX (299 ch, dès CHF 60’900.-) et le Skoda Enyaq 80X (262 ch, dès CHF 50’000.-). Deux autres marques nationales concurrentes, soit le BMW iX3 (286 ch, dès CHF 78’900.-) et le Mercedes EQB 350 4matic (292 ch, dès CHF 64’500.-) et les américains avec le Mustang Mach E (269 ch, dès CHF 58’090.-) et le Tesla Model Y (351 ch, dès 62’000 CHF).

Si la majorité de la concurrence se situe dans une fourchette de 10% autour du tarif de base de cette Audi, les différents équipements pourront faire fortement grimper la note. En effet, notre Q4 50 e-tron d’essai est affiché à CHF 89’485.-, soit à plus de 45% du prix de base.

L’avis de Sport-Auto.ch

Venant compléter l’Audi e-tron dans la gamme des SUV électriques, le Q4 e-tron se distingue par son design intérieur passablement dépouillé et anguleux ainsi que par de nouvelles technologies, comme l’affichage tête haute en réalité augmentée. La consommation, particulièrement élevée lors de cet essai, va fortement varier en fonction du type de conduite et des conditions climatiques. L’ergonomie de la planche de bord et le confort des sièges sont estompés par les suspensions trop fermes, et ce même avec le système d’amortissement variable. Le généreux coffre arrière et la possibilité de remorquer 1’200kg en font un SUV électrique multifonctionnel et dans l’air du temps.

anthony[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Confort
  • Aides à la conduite
  • Design
Contre...
  • Conduite aseptisée
  • Tarifs des options
  • Autonomie annoncée peu réaliste

Audi Q4 50 e-tron quattro

Prix de base : CHF 61’850.-

Voiture essayée : CHF 89’485.-

Remerciements

Merci à Audi Suisse pour le prêt de cette Audi Q4 50 e-tron quattro.

 

Print Friendly, PDF & Email