VOLKSWAGEN
GOLF 7
GTI TCR

L’essai Sport-Auto.ch 16 avril 2020

Rédaction : Gaëtan Brunetti
Photographies : Gaëtan Brunetti

Dans le monde automobile, certaines voitures sont créées spécifiquement dans le but d’obtenir une homologation en compétition. Mais d’autres sortent des usines après coup pour commémorer un palmarès ou encore des victoires en championnat. Aujourd’hui nous avons affaire au deuxième cas. La Volkswagen Golf GTI TCR déjà essayée (celle de compétition) fut créée afin de prendre part à la toute nouvelle catégorie TCR (Touring Racing Car) qui a fait ses débuts en 2015. Quatre années plus tard et un palmarès bien rempli, Volkswagen décide de célébrer comme il se doit ces multiples trophées en sortant des circuits sa machine à gagner. Alors, cette Golf 7 GTI TCR est-elle aussi la reine de la route ?

Présentée au printemps 2019, cette super Golf s’est déjà imposée en compétition aussi bien en Asie qu’en Europe, remportant même le championnat pilote mondial (TCR International Series) à deux reprises en 2016 aux mains du Suisse Stefano Comini et 2017 avec le pilote français Jean-Karl Vernay. Basée sur la version restylée de la Golf 7 GTI, la GTI TCR se veut plus agressive avec l’adoption d’une lame avant spécifique peinte en piano black. Dans la même teinte, des jupes latérales ainsi qu’un énorme diffuseur arrière couvrant deux sorties d’échappements sont présents de série. De nouvelles jantes « Reifnitz » en alliage léger de 19 pouces font leur apparition en option (CHF 2’660.-) sous le pack éponyme. En plus de ces jantes spécifiques, ce pack permet de débrider la vitesse maximale, qui passe de 250km/h à 260km/h, de rabaisser l’auto de 20 mm par rapport à une GTI normale et le système de régulation adaptative du châssis (DCC) est présent de série.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 2.0L turbo
290ch / 380Nm
1’410kg

Disponible en trois couleurs de base, c’est dans cette magnifique teinte « Gris Pur » alliée au toit et au becquet noir (CHF 640.-) que nous admirons notre prétendue pistarde. Tout est fait pour rendre cette GTI unique et sportive à souhait. Étriers de freins peints en rouge et siglés « GTI » à l’avant, coques de rétroviseurs en véritable carbone (CHF 570.-) ou encore stickers latéraux en forme de nid d’abeilles (CHF 640.-). Notez aussi la mention de cette série spéciale uniquement au bas des portes arrière, sous forme de stickers noir mat (voiture disponible en 3 ou 5 portes). Cette GTI TCR se pare donc d’attributs spécifiques à cette série, reprenant les codes stylistiques de la version de compétition élue voiture de course de l’année 2017.

L’ouverture de la porte conducteur s’accompagne d’une projection du logo « TCR » sur la chaussée. Les sièges ont la même forme que ceux équipant la GTI classique. Ils arborent ici un tissu à bande rouge « Flashred » sur leurs partie centrale, entourée d’alcantara, le tout enveloppé de cuir sur les côtés. Au premier regard, l’intérieur n’a pas subis le même traitement de faveur que l’extérieur. Rien ne permet de distinguer la GTI TCR d’une autre GTI, si ce n’est l’adoption d’un volant sport en cuir perforé, mêlant surpiqûres et repère central rouges. Volant qui s’apparente fortement à celui de la version GTI Performance.

En outre, on se sent toujours aussi bien dans cette Golf 7 que nous avons aussi essayé dans sa version à traction intégrale dénommée Golf R. Les équipements proposés de série avec l’option SwissLine (CHF 4’810.-) permettent de conforter l’agrément de conduite par le biais de différents éléments tels que les phares LED avec « Dynamic Light Assist », la reconnaissance des panneaux ou encore la caméra de recul « Rear view ». Le système son « DYNAUDIO Excite » composé de 8 haut-parleurs (CHF 830.-) permettra de vous agrémenter d’une qualité d’écoute supérieure. En somme, les finitions globales de cet intérieur sont bonnes et ne dérogent pas à la philosophie de la marque allemande.

Côté technique, le fameux 2.0L TSI turbocompressé est toujours présent sous le capot. Même si la puissance est passée à 290ch et le couple à 380Nm, la cavalerie continue d’être transmise aux seules roues avant, ce qui en fait la deuxième Golf traction la plus puissante jamais produite. En effet, Volkswagen avait produit un vrai collector lors de la première phase de Golf 7, la très exclusive Golf GTI Clubsport S (limitée à 400 exemplaires) forte de 310ch. Pour assurer un refroidissement suffisant, elle est munie de deux radiateurs d’eau supplémentaires (comme sur la Golf R).

De série, la GTI TCR est équipée d’un différentiel autobloquant piloté (Haldex) et n’est proposée qu’avec la boîte de vitesses automatique DSG7 à double embrayage. La précédente GTI Clubsport (265ch) que nous avions essayée était munie du même différentiel, mais accouplé à une boîte manuelle. Plus radicale que cette dernière, la Clubsport S (310ch) supprimait carrément la banquette arrière tout en rajoutant une barre anti-rapprochement dans le coffre, comme en témoigne la « Blanc Pur » de celle d’Allan qui m’a rejoint le temps de quelques photos. On aurait aimé que la marque allemande réitère le tour de magie.

Les premiers tours de roues sont agréables, à tel point que l’on en oublie d’être dans une Golf de près de 300ch. Lorsque le mode « Eco » ou « Confort » est sélectionné, la citadine allemande se mue en une voiture lambda, bien amortie et insonorisée. Le coasting permet d’atteindre des consommations record pour un tel moteur, de l’ordre du 6l/100km sur autoroute ou même en conduite mixte. Mais pour tirer le meilleur parti de ce dernier, il faut bien évidemment se placer en mode « Sport ». Amortisseurs durcis, direction plus ferme ou encore réponse moteur améliorée, la GTI TCR ne subit en aucun cas les changements de dénivelées. Le caractère moteur est plaisant, avec des excellentes reprises à tous les régimes.

L’avant motrice bien et il faudra y aller fort sur les freins pour pouvoir espérer mouvoir l’arrière. Mention spéciale aux pneumatiques hiver Michelin Pilot Alpin qui, même par des températures élevées, auront su être à la hauteur de la monture. Cependant, même poussée dans ses retranchements, la TCR reste avare en sensations et la boîte DSG à 7 rapports n’aide pas dans ce sens. En courbe serrée, malgré l’efficacité de son différentiel, l’auto pêche par un ensemble direction/amortissement malgré tout encore trop souple. En d’autres termes, l’auto manque de feeling pour s’évoquer pistarde ou même radicale. On se consolera avec une sonorité à l’échappement assez rauque mais néanmoins discrète. Sur ce genre de conduite, la Golf GTI TCR reste par contre toujours raisonnable avec un 9l/100 km.

Affichée à CHF 50’400.-, cette super GTI veut faire payer le prix de son exclusivité. Notre modèle d’essai s’échange au prix de CHF 53’677.-, ce qui place la TCR au-dessus de la Golf R et face à un niveau de concurrence relativement élevé.

L’avis de Sport-Auto.ch

Tout comme l’étaient les Clubsport et Clubsport S sur la phase 1, la GTI TCR se veut collector ; une série spéciale avant le clap de fin. Volkswagen évoque son expérience en compétition pour sortir une ultime version de sa Golf 7 GTI, mais cette dernière laisse un goût d’inachevé en matière de sportivité pure. Sa polyvalence d’utilisation est un atout certain, à condition que la clientèle visée se soit assagie et ne compte pas sur des sensations de conduite en adéquation avec l’image qu’elle renvoie. Aux yeux des puristes, cette GTI TCR restera probablement plus une évocation stylistique réussie de la compétition qu’une véritable sportive « Track-Ready ».

gaetan[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Moteur vigoureux
  • Sportive polyvalente
  • Look
  • Performances
  • Qualité perçue
Contre...
  • Seulement en boîte automatique
  • Sensations aseptisées
  • Prix
Print Friendly, PDF & Email