OPEL
CORSA GSi

L’essai Sport-Auto.ch 6 juin 2019

Rédaction : Gaëtan Brunetti
Photographies : Gaëtan Brunetti

GSi : Grand Sport Injection. Si vous êtes nés avant les années 80, ces trois lettres doivent forcément vous évoquer quelque chose. Appellation créée de toute lettre par le constructeur allemand Opel, apposée sur le coffre à l’arrière et censée donner du fil à retordre aux GTi de l’époque. Opel jouant sa carte historique afin de rebooster ses ventes et de proposer une alternative à l’OPC Line, les trois fameuses lettres ont fait leur retour en 2017 avec l’Insignia GSi que nous avons essayée cet hiver dans sa version Sports Tourer. Aujourd’hui, on s’attaque à plus compact avec la récente Corsa GSi. En route !

Jouant le rôle de version sportive dans la gamme restylée de l’Opel Corsa, la version GSi reprend pas mal de codes visuels de son aînée OPC dont la production a été arrêtée faute d’une demande suffisante et d’un malus écologique élevé. Bouclier avant, jupes latérales et becquet de toit ont été repris pour lui donner un caractère bien trempé. D’ailleurs, cette version GSi n’est disponible qu’en version trois portes car ce kit carrosserie n’a seulement été développé que pour la Corsa 5 portes. Mention spéciale pour la fine prise d’air positionnée juste en-dessous du capot. La calandre en nid d’abeille accompagnée d’une barre imitation carbone (CHF 400.-) terminent cette bouille énervée.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 1.4L turbo
150ch / 220Nm
1’214kg

Le bouclier arrière n’aura pas suivi la tendance de la face avant puisque ce dernier reste difficile à différencier d’une simple Corsa tant il demeure sage. Oubliez les deux belles sorties d’échappement de l’OPC, la GSi fait dans la simplicité avec une simple sortie chromée de petit diamètre. D’ailleurs, le contraste l’avant rageur et l’arrière plutôt terne est déroutant au premier regard porté sur la citadine allemande. Le toit noir ainsi que les rétroviseurs imitation carbone (CHF 400.-) apportent du contraste, et les jantes en alliage léger de 18 pouces (CHF 800.-) apportent un cachet sportif supplémentaire. Pour finir, gros coup de cœur pour cette teinte brillante Mandarine Orange (CHF 270.-) tirant sur le pastel, encore jamais vue dans ce segment.

Glissons-nous maintenant à l’intérieur. Très vite, on ressent que l’ensemble est assez bien fini malgré quelques défauts de montage. Tableau de bord en plastique moussé avec console centrale en piano black, le dessin intérieur de la Corsa reste classique, sobre, mais non disgracieux. Seuls les panneaux de portes quasiment entièrement en plastique sonnent faux. De magnifiques sièges Recaro en cuir nappa noir sont là pour vous accueillir confortablement, vous offrir un maintien à toute épreuve et vous réchauffer en cas de besoin (CHF 1’200.-). Cette option va de pair avec le volant chauffant à méplat en cuir tendu. La banquette est aussi recouverte de ce cuir.

Pédalier en aluminium, levier de vitesse habillé de cuir, climatisation automatique, caméra avant (CHF 650.-) comprenant l’indicateur de distance par rapport au véhicule de devant, assistance de maintien de voie ou encore la reconnaissance des panneaux de signalisation, notre Opel Corsa GSi est bien équipée. Les compteurs restent analogiques, entourés par une belle casquette de tableau de bord chromée. Un affichage digital situé entre le compte-tours et le tachymètre présente les informations au conducteur. Les défauts à noter viennent de l’écran central tactile, et plus précisément du GPS qui ne saura trouver votre destination si celle-ci n’est pas correctement orthographiée au tiret près, agaçant à la longue. De plus, l’écran de navigation se coupe parfois en plein trajet pour afficher la radio ou encore le menu de l’Apple Car Play.

Mais l’Opel Corsa GSi n’a pas hérité d’une chose bien plus importante, l’ancien moteur 1,6L turbo de 207 chevaux de l’OPC. En effet, la Corsa GSi se contente du 4 cylindres 1,4L turbocompressé de 150 chevaux déjà aperçu sur l’Adam S. Les premiers kilomètres se font en douceur et l’auto est assez confortable en amortissement malgré ses jantes en 18 pouces. Elle encaisse sans broncher les aspérités de la route sans mettre à mal ses passagers. Niveau consommation, j’arrive à m’en tirer avec un 6,4l/100km de moyenne sur autoroute, ce qui n’est pas extraordinaire mais convenable. Comptez environ 7,2l/100km pour une consommation urbaine et un bon 8l/100km pour une conduite sportive.

D’ailleurs la ville ne sera pas le terrain de jeu favori de la citadine. Vu que rien ou presque ne se passe en actionnant la pédale d’accélérateur en dessous de 2’000trs/min, elle n’offre guère de bonnes reprises si l’on ne se trouve pas un minimum dans les tours. Ce désagrément est en partie gommé par une commande de boite de vitesse précise et directe, qui nous permet de jongler aisément entre les rapports. Mais pour bénéficier d’une bonne réactivité et de bonnes relances, il vous faudra être régulièrement une vitesse en dessous.

Place à la conduite sportive maintenant ! Je profite de mon roadtrip à travers la Suisse pour mettre la Corsa GSi à rude épreuve dans les cols alpins. Ça tombe bien car c’est là que cette GSi va me dévoiler une double personnalité insoupçonnée. Bien aidé par les excellents Michelin Pilot Sport 4, le train avant se révèle précis et surtout très accrocheur. Toute la puissance passe au sol et il est dur de faire chasser l’allemande de derrière comme de devant, bluffant.

La citadine sportive cache sous ses entrailles un excellent châssis qui est dur à prendre en défaut, et les virages défilent sans broncher. Les différentes montées et descentes se font sans peines. L’ESP n’est malheureusement pas déconnectable mais qu’importe, ce dernier n’a pas donné signe de vie tant il est permissif. Ajoutez à cela un freinage remarquable et endurant. Comme quoi, il ne faut jamais trop se fier au papier.

Avec un tarif débutant à CHF 26’600.-, l’Opel Corsa GSi n’est pas vraiment bon marché compte tenu de son moteur 1,4L sortant « seulement » 150 chevaux. C’est tout juste CHF 100.- de moins qu’une Ford Fiesta ST qui développe 50 chevaux de plus et offre une version 5 portes au besoin. Notre version d’essai s’élève quant à elle à un tarif de CHF 30’210.- avec beaucoup d’options (surlignées en jaune dans la fiche technique ci-après).

L’avis de Sport-Auto.ch

L’Opel Corsa GSi hérite de l’excellent châssis de l’ancienne Corsa OPC, ce qui lui confère un excellent comportement routier. Dommage que son moteur 1,4L emprunté à sa petite sœur Adam S n’arrive pas à donner entièrement le change. De ce fait, elle risque d’apparaître comme sous-motorisée aux yeux de certains aficionados. Bien finie, bien équipée et agréable au quotidien, l’allemande reste tout de même un bon produit mais qui ne se place pas dans les meilleurs marchés de la catégorie.

gaetan[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Châssis infaillible
  • Equipements de série
  • Plaisir de conduite
  • Finitions
Contre...
  • Moteur creux à bas régime
  • Sonorité discrète
  • GPS peu pratique
  • Tarif

Technique / Tarifs

Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

 

 

Remerciements

 

Merci à Opel Suisse pour le prêt de cette Opel Corsa GSi.

Print Friendly, PDF & Email