FORD
FOCUS ST

L’essai Sport-Auto.ch du 20 décembre 2022

Rédaction : Nuno Ferreira
Photographies : Nuno Ferreira

Après notre test, en 2020, de la Ford Focus ST de la quatrième génération, nous essayons ici l’évolution, en douceur, de ce même modèle qui reçoit un léger ‘Facelift’, une nouvelle boîte de vitesses ainsi qu’un intérieur revu.

De l’extérieur, sans un regard aiguisé, difficile de faire la différence entre la phase 1 et la phase 2. A l’avant, une légère évolution des phares et un parechoc à peine retouché. Du côté de la poupe, seuls les phares évoluent, là encore, en douceur. Une version break, appelée Turnier, est également disponible au catalogue.

Côté mécanique, on retrouve le même moteur 2.3L Ecoboost avec 280 chevaux. C’est au niveau de la transmission qu’apparaît la principale évolution puisque, désormais, Ford propose une alternative à la boîte de vitesse manuelle à six rapports avec cette nouvelle boîte automatique à sept rapports. C’est cette dernière qui équipe notre modèle d’essai.

Quelle que soit la transmission choisie, les performances annoncées sont identiques. Le 0-100 km/h est franchi en 5.7 secondes et la vitesse de pointe s’élève à 250 km/h. Le couple avec la transmission automatique est légèrement inférieur (415 Nm) qu’avec la transmission manuelle (420 Nm). La puissance maximale, identique sur les deux versions, est atteinte à un régime supérieur (6’000 trs/min au lieu de 5’500 trs/min) avec la boîte automatique.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 2.3L turbo
280 ch / 415 Nm
1’488 kg

Lorsqu’on découvre l’intérieur, on aperçoit des évolutions dans divers secteurs. Tout d’abord, les nouveaux sièges ne sont plus badgés Recaro mais portent désormais les couleurs Ford Performance. Leur esthétique et la tenue qu’ils offrent sont plutôt réussies. Néanmoins, on regrette la proéminence des maintiens latéraux, ce qui rend l’accès à bord plus compliqué pour les petits gabarits et qui perturbe parfois les mouvements des coudes en conduisant. On ne peut pas dire que la position de conduite soit idéale malgré les nombreux réglages électriques possibles au niveau des assises. Par ailleurs, le réglage du volant, uniquement en profondeur et non en hauteur, n’est pas optimal.

Parcourant l’habitacle des yeux, le conducteur est attiré par le grand écran central qui regroupe toutes les fonctions d’Infotainment et autres réglages. La qualité d’affichage, l’organisation des fonctions et la rapidité du système sont convaincantes. Le reste de la console de bord est très épuré. Seuls quelques boutons, tels que le Start ou l’ESC, perdurent en-dessous des bouches de ventilation.

A l’inverse, le volant est lui saturé de boutons divers. On y retrouve les commandes du son, du régulateur de vitesse, des assistances diverses ou encore, et c’est sans doute le plus important pour cette Focus à vocation sportive, l’accès aux modes de conduite. Le bouton S permet un accès rapide au Mode Sport tandis que les quatre autres modes de conduite (Faible adhérence, Normal, Sport et Circuit) sont accessibles via le bouton Mode.

Côté finitions et matériaux, la Ford Focus n’atteint pas les standards de certaines compactes germaniques. Les plastiques sont généralement assez durs et plutôt fragiles, ce qui explique certaines marques déjà présentes sur notre voiture d’essai. A contrario, les surpiqûres rouges que l’on retrouve çà et là dans l’habitable relèvent la qualité perçue.

Sur cette version à boîte automatique, on retrouve les palettes derrière le volant, mais pas la trace d’un levier de changement de vitesse sur la console centrale. Il faudra donc se contenter des palettes qu’il est difficile d’atteinte dans les virages serrés. Pour finir avec l’agencement intérieur, on regrette l’absence d’un vrai frein à main pouvant aider à faire pivoter la voiture en certaines circonstances.

Assez parlé, il est temps de passer à l’action. On allume l’engin qui s’ébroue plutôt discrètement. On pivote le bouton servant à actionner la boîte de vitesse et nous voilà partis sur les routes des spéciales du Rallye International du Valais. La prise en main de la ST est très facile. La voiture est plutôt docile et facile à emmener. Sa vocation plus polyvalente que son ancêtre modèle RS est perceptible. La Focus se conduit comme tout autre modèle de la gamme, le punch mécanique en plus et un châssis plus affûté en bonus.

La direction est précise et plutôt communicative. Quelques pertes de motricité sont perceptibles en raison des ondulations de la route mais aussi à cause du couple généreux délivré dans les régimes intermédiaires. Un autobloquant 100% mécanique aurait sans doute pu améliorer la motricité, notamment en sortie d’épingle, là où l’accélérateur de la ST doit être manipulé avec douceur. Sans être très expressif, le moteur est plutôt vaillant, mais manque de punch dans les tours.

La Focus ST est fidèle à ce que Ford nous a habitué sur ses modèles sportifs. Moins vive qu’une Fiesta ST, elle offre néanmoins un agrément de conduite dynamique appréciable. Son comportement légèrement sous-vireur propre à son architecture n’est pas trop pénalisant. Au quotidien, la Focus ST est très à l’aise. La calibration de ses assistances (suivi de voies, régulateur adaptatif) en fait une voiture polyvalente et pratique en conduite coulée. Ses phares adaptatifs sont également très pratiques pour optimiser la vision nocturne.

Contre toute attente (de ma part), la bonne surprise de cet essai vient de la boîte automatique. Celle-ci est plutôt véloce et bien calibrée en mode automatique. Contrairement à d’autres modèles de la planète automobile actuelle (voir par exemple notre essai de l’Audi RS3), elle est plutôt obéissante aux actions du conducteur. A contrario, la sonorité déçoit par son caractère artificiel.

D’après le constructeur, la version automatique devrait même vous permettre d’économiser de l’essence par rapport à la version manuelle puisque la consommation moyenne passe de 8.3 à 8.2 l/100km (WLTP). Dans la réalité, lors de notre essai comportant régulièrement de la conduite sportive, la consommation a oscillé entre 10 et 13 l/100 km pour une moyenne légèrement supérieure à 11 l/km. Avec une telle consommation et son petit réservoir de 52 litres, l’autonomie n’est pas extraordinaire. 

Le prix de base de notre voiture d’essai, avec 5 portes et boîte automatique, s’élève à CHF 49’200.-. Notre véhicule disposait encore de quelques options (châssis sport ST, pack assistance conducteur, pack hiver, B&O Sound System) pour porter le coût total à CHF 52’350.-. Malheureusement, le ‘Pack de pistes’ à CHF 3’500.- (freins 363 mm Brembo, suspensions filetées, jantes 10 branches et divers détails en noir) n’est pas disponible avec la boîte automatique.

Ses concurrentes, Audi S3 (dès CHF 66’470.- avec 310 ch et 0-100 km/h en 4.8 sec), Mégane RS Trophy (dès CHF 49’900.- avec 300 ch et 0-100 km/h identique à la ST), VW Golf GTi (dès CHF 48’800.- avec 245 ch et 0-100 km/h en 6.2 sec) sont généralement plus chères mais aussi plus performantes. La Hyundai i30 N (dès CHF 41’490.- avec 280 ch et 0-100 km/h en 5.4 ou 5.9 secondes suivant la transmission) fait office d’exception. La Ford Focus ST ne dispose pas d’un rapport prix/prestations aussi compétitif que sa petite sœur Fiesta ST.

L’avis de Sport-Auto.ch

Chez Ford, le label ST est synonyme de sportivité et polyvalence. On peut dire que cette Focus ST de quatrième génération répond parfaitement à son cahier des charges. Moins sportive que la regrettée Focus RS, elle offre un bon compromis pour un usage quotidien. Visuellement, les évolutions apportées sur la phase 2 sont minimes et l’aspect général manque un peu de caractère. En revanche, sa nouvelle boîte automatique surprend agréablement et participe à l’agrément de conduite. Avec toutes ces qualités, on se prend à rêver d’une version RS, plus expressive mais… malheureusement, ce n’est pas au programme de Ford qui s’oriente vers l’électrification de sa gamme.

nuno[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Comportement routier
  • Polyvalence
  • Nouvelle boîte automatique
  • Qualité Infotainment
  • Berlines 5 portes ou break
Contre...
  • Sonorité
  • Position de conduite
  • Tarifs en hausse

Remerciements

Merci à Ford Suisse pour le prêt de cette Ford Focus ST.

 

Print Friendly, PDF & Email