AUDI
SQ2

L’essai Sport-Auto.ch du 11 mars 2020

Rédaction : Bob de Graffenried
Photographies : Bob de Graffenried

Après les modèles Q5 et Q3 dont le succès n’est plus à démontrer, Audi a présenté en 2016 le Q2, SUV compact mesurant moins de 4,2m. Nous avons pris le volant de la version la plus sportive SQ2 apparue en octobre 2018. Peut-elle rivaliser avec les sportives du groupe munies du même moteur 2.0L turbo de 300ch ? Éléments de réponse.

Au milieu d’un marché où la plupart des voitures prennent de l’embonpoint, l’Audi Q2 semble aller à contre-courant. Son gabarit compact et son style cunéiforme apportent un brin de fraîcheur au sein de la gamme Audi. Si la calandre Singleframe octogonale révèle immédiatement ses origines, les phares avant et arrière ne présentent pas vraiment de similitude avec les autres modèles Audi actuels. L’arrière me fait d’ailleurs davantage penser à la récente Volkswagen Polo qu’à une Audi !

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

4×4
4 cyl. 2.0L turbo
300ch / 400Nm
1’510kg

Habituellement, le rouge ne sied guère aux SUV, hormis certaines exceptions comme l’Alfa Romeo Stelvio. Mais, ses dimensions contenues jouant en sa faveur, j’avoue trouver ce SQ2 plutôt sexy dans sa teinte Rouge Tango. L’aspect sportif est souligné par le Pack extérieur SQ2 (CHF 2’350.-) avec de nombreux éléments en noir, des autocollants latéraux Quattro ainsi que des jantes 19 pouces. Par rapport au Q2, le SQ2 est rabaissé de série de 20mm ; on oublierait presque qu’il s’agit d’un SUV !

L’habitacle est sans doute l’un des points forts du SQ2. Si les intérieurs de la marque aux anneaux manquent parfois de personnalité, celui-ci propose des touches de sportivité bienvenues à condition d’opter pour le paquet intérieur SQ2 (CHF 2’350.-). On a droit alors à une superbe sellerie bicolore en cuir Nappa fin à motif argyle, accompagnée par des aérateurs spécifiques cerclés de rouge ainsi que d’inserts décoratifs lumineux. Effet garanti !

Mais ce qui me frappe le plus est l’impression d’espace que je ressens compte-tenu de la compacité de l’engin, qui rappelons-le, ne mesure que 4,19m. Visiblement, Audi a privilégié l’espace à l’avant au détriment des places arrière. Le coffre propose un volume honnête de 355 litres, soit 25 litres de moins que l’Audi A3 Sportback qui mesure 12cm de plus en longueur. Est-il possible d’envisager une journée de ski à quatre avec tout le matériel (chaussures, casques, vêtements) et sans porte-ski ? Oui, à condition que les deux passagers arrière soient des petits adultes ou des enfants. Voilà qui achève de me convaincre de la polyvalence de ce SUV compact.

L’ergonomie est fidèle aux modèles Audi de gamme supérieure essayés : parfaite. J’ai toutefois relevé un bug au niveau des modes de conduite : au démarrage, le Virtual Cockpit (CHF 410.-) indique que la voiture se trouve toujours dans le même mode, ce qui n’est en réalité pas le cas. Il faut donc – comme sur beaucoup des voitures – réactiver le mode voulu. Le mode activé par défaut est le mode Confort, mais personnellement j’ai réalisé la plupart de mes trajets quotidiens en mode Efficiency afin de bénéficier du coasting (roues libres en décélération) lorsque je le désirais, à savoir en relâchant brutalement ou non l’accélérateur.

Rien de nouveau sous le capot : l’Audi SQ2 reçoit le moteur 2.0 TFSI qui revendique ici 300 chevaux. On ne compte plus les voitures du groupe faisant appel à ce bloc : Seat Leon Cupra, Cupra Ateca, Volkswagen Golf R, Audi S3 ou encore Skoda Octavia RS, mais aussi beaucoup de modèle de gamme supérieure moins sportifs. Pas de quoi être blasé pour autant, car vu ses prestations, se retrouver à nouveau en sa compagnie est loin d’être une punition. Comme sur la Volkswagen Golf R, il est accouplé à la boîte S-Tronic à double embrayage à 7 rapports. Si le moteur convainc toujours par sa tonicité et sa plage d’utilisation, la boîte S-Tronic m’a paru un peu moins réactive que sur les autres sportives du groupe que j’ai essayées.

En conduite sportive, l’Audi SQ2 fournit d’excellentes prestations pour un SUV, avec un 0-100km/h effectué en 4.8 secondes, soit seulement deux dixième de plus que l’actuelle S3. Et pour cause, avec – seulement – 1’510kg à vide, le SQ2 n’est pénalisé que par sa garde au sol plus élevée. Comme toujours, si le fait d’être surélevé permet de mieux lire les virages, il réduit la connexion entre le conducteur et la route et péjore le centre de gravité. Toutefois, le SQ2 bénéficie d’un empâtement de seulement 2,59m, soit 4cm de moins que l’A3, tout en étant nettement plus large à l’arrière. L’agilité est au rendez-vous, avec en prime une direction plus directe qui est spécifique à cette version S. En mode Dynamic, la sonorité se fait joliment présente sans en faire trop comme c’est le cas dans la VW Golf R où l’on préfère désactiver le Sound Aktor.

L’amortissement propose une bonne balance entre confort et fermeté en appui, avec une excellente filtration. Toutefois, je n’ai pas senti de différence entre les modes de conduite, et la configuration du mode Individual ne permet pas de régler les suspensions comme c’est habituellement le cas. Il est donc probable que ce SQ2 dédié à la presse ne soit pas équipé des suspensions adaptatives DCC. Pourtant, la liste de prix valable dès le 01.01.2020 mentionne bien cet équipement comme étant de série sur le SQ2.

La répartition du couple entre l’avant et l’arrière s’opère via le différentiel Haldex qui fait du SQ2 une traction par défaut, privilégiant ainsi la consommation. Aux limites, le comportement est sécurisant à défaut d’être joueur. L’arrière suit toujours sa trajectoire et les pertes de motricité sont quasiment nulles même sur le mouillé. L’ESP est désactivable via un bouton dédié. Au final, on a là un véhicule performant capable d’avaler les courbes avec relative facilité, mais qui délivre moins de sensations qu’une berline compacte de puissance équivalente.

Au niveau des tarifs, l’Audi SQ2 démontre que plus petit ne veut pas dire forcément moins cher. Son prix de base est de CHF 56’200.-, soit le même prix que la S3 Sportback (dès CHF 56’600.-). Notre SQ2 d’essai, bien équipé, se monte à CHF 71’557.-. À titre de comparaison, le Cupra Ateca, équipé du même moteur, est disponible dès CHF 48’500.- avec un équipement de série plus riche et un volume supérieur. Audi vise comme toujours une clientèle premium, ce qui se constate aussi du côté des équipements disponibles avec des assistances à la conduite et au parcage dernier cri, l’affichage tête-haute ou encore une sonorisation hi-fi B&O.

L’avis de Sport-Auto.ch

Après avoir été perplexe, je dois avouer que cet étrange crossover sportif propose une formule intéressante de par son rapport volume/compacité hors du commun. Le tout dans une robe dynamique qui se différencie du reste de la gamme, puisqu’il ne se rapproche visuellement ni de l’A3, ni des Q3 et Q5.

Bien que la conduite ne soit pas très excitante, l’ensemble est performant et promet un large spectre d’utilisation. Si les adeptes de sportivité privilégieront la S3 Sportback, d’autres apprécieront cette impression de se trouver dans un véhicule spacieux dominant la route, alors même que le SQ2 est plus compacte qu’une Golf !

bob[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Personnalité
  • Présentation intérieure
  • Spacieux pour sa taille
  • Performances
  • Agrément moteur
Contre...
  • Tarifs
  • Un brin aseptisé
Print Friendly, PDF & Email