ALPINE
A110S

L’essai Sport-Auto.ch du 4 novembre 2020

Rédaction : Gaëtan Brunetti
Photographies : Gaëtan Brunetti, Xavier Fridrici

S’il y a une sportive qui fait souvent l’unanimité dans la presse automobile, c’est bien la nouvelle Alpine A110. Depuis sa renaissance en 2017, le coupé français marche fort puisqu’après seulement 18 mois de production, celle-ci dépassait déjà les 7’176 exemplaires fatidiques du nombre de berlinettes A110 produites de 1962 à 1977. Pour continuer sur sa bonne lancée et tenir son offre à jour, Alpine présenta une version plus épicée le 13 juin 2019 dans les paddocks des 24H du Mans. Celle-ci s’appelle A110S et nous en avons pris le volant pour un essai complet.

Aux premiers regards, seuls les passionnés de la marque distingueront la fameuse S d’une version « classique ». L’Alpine A110S se reconnait tout d’abord par ses étriers de freins oranges, tout comme le fin logo sur le montant arrière qui troque les couleurs du drapeau français pour du carbone mélangé à de l’orange (le logo français est disponible en option gratuite).

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

propulsion
4 cyl. 1.8L turbo
292ch / 320Nm
1’114kg

Pour se différencier davantage de l’A110, il faudra opter pour cette sublime teinte gris tonnerre mat (CHF 5’269.-) exclusive à la version S, qui se marie à la perfection avec les jantes Fuchs 18 pouces forgées gris titane finition satinées. Combinaison parfaite. Cette A110S voit également sa hauteur de caisse abaissée de 4mm, ce qui la rend encore plus sportive. Caractérielle et raffinée, on ne se lasse pas de cette berlinette au design résolument néo-retro. Autre dernier détail spécifique à la S, le lettrage Alpine sur les ailes avant est ici présent de série et fini en chrome noir comme pour les logos avant et arrière.

A l’intérieur, l’orange est la nouvelle couleur affirmant le S chez Alpine. On y retrouve les sublimes baquets Sabelt mi cuir/alcantara finis de surpiqures orange, et floqués notamment d’un nouveau logo Alpine brodé. Tout l’habitacle se pare de ces coutures oranges et le ciel de toit en tissu est remplacé par du dinamica noir, sorte d’alcantara, qui renforce cette ambiance sportive. Les panneaux de portes ou encore les pare-soleil en sont également équipés.

Le volant de l’A110S reçoit aussi son traitement de faveur (cuir et dinamica) avec un remarquable point zéro orange en sa partie supérieure. Côté instrumentation, le système audio Focal, la télémétrie Alpine ainsi que les aides au stationnement avant et arrière sont livrés de série. Le pédalier et repose-pieds passager en aluminium subissent le même sort, pour renforcer le côté sportif de cette version S. Les nouveaux drapeaux en carbone/orange apportent la touche finale à cet habitacle. Notre Alpine A110S d’essai est aussi équipée du pack rétroviseurs électriques (CHF 517.-) ainsi que de la caméra de recul en couleur (CHF 464.-). Astucieux : cette dernière renvoie l’image directement au centre des compteurs numériques.

L’argument majeur de cette nouvelle Alpine A110S est sa hausse de puissance. Le 4 cylindres en ligne 1,8L turbo passe de 252 à 292ch pour un couple de 320Nm (de 2’000 à 6’400trs/min) qui reste quant à lui identique. Cette puissance supplémentaire est disponible 400trs/min plus haut, à 6’400trs/min et le couple gagne en outre une plage de 1’400trs/min dans les tours. Ce gain est dû à une pression de suralimentation de turbo augmentée de 0,4 bar. Le poids de l’auto restant quasiment inchangé (1’114kg), on tombe donc sous la barre des 4kg/ch avec un rapport poids/puissance de 3,82kg/ch. Le tout est toujours transmis aux roues arrière via la boîte de vitesses automatique à double embrayage humide Getrag à 7 rapports. L’échappement sport est monté de série.

Le pack freinage haute performance de série sur cette A110S lui procure des disques ventilés bi-matière de 320 mm à l’avant avec étriers de freins Brembo. Côté liaisons au sol, les nouveaux ressorts hélicoïdaux sont tarés 50% plus rigides et les barres antiroulis sont plus fermes de 100%. Butées hydrauliques et géométrie des trains ont aussi été recalibrés pour offrir une expérience de conduite plus intense et un contrôle optimal. Enfin, le dernier changement vient au niveau des pneumatiques qui passent d’une monte de 205/45 R17 à 215/40 R18 à l’avant et de 235/45 R18 à 245/40 R18 à l’arrière. Toujours équipée des excellents Michelin Pilot Sport 4 en monte spécifique (marquage DT1), cela est annonciateur d’une accroche encore plus redoutable.

Au quotidien, l’Alpine A110S est aussi docile que la version Pure. On notera juste une fermeté accrue de l’amortissement, sans que cela ne péjore trop le confort qui reste appréciable. Seul l’espace restreint ou encore les sièges peu réglables nous rappellent que nous sommes bien assis dans une sportive biplace. La berlinette française apporte un excellent touché de route et un comportement sain qui saura mettre en confiance n’importe quel conducteur. Autrement dit, elle se prend rapidement en main. Outre des performances de premier ordre, son poids contenu lui permet aussi d’être économe, puisque sa consommation peut descendre jusqu’à 6,2l/100km sur les voies rapides.

Pour se rendre compte réellement des améliorations qu’à subit cette A110S, nous avons soumis cette dernière à quelques tours de piste sur le circuit de Chambley. Ce n’est pas la première fois que nous posions la berlinette sur circuit puisque nous avions déjà eu le privilège de rouler avec la version A110 Pure l’année dernière à Lurcy-Lévis. Deux sessions de 20 minutes m’ont permis de sentir tout le potentiel de la S.

A l’accélération, le comportement moteur est plus rageur que sur la Pure. En plus des 40 chevaux supplémentaires à hauts régimes, les relances sont aussi légèrement plus franches. Toutefois, la différence reste faible, le 0-100km/h ne gagne d’ailleurs qu’un dixième de seconde (4,4 secondes).

L’A110S est un bonheur à mener à la limite ; les sorties de virages légèrement en travers sur les gaz sont un régal, même si l’amortissement nettement plus dur rend l’exercice un peu moins accessible. Les pistards qui visent l’efficacité pure (autrement dit la conduite 100% en grip) resteront peut-être sur leur faim. Bien qu’il soit très perceptible, le travail apporté sur les suspensions ne la rend pas encore tout-à-fait assez radicale sur circuit.

Disponible à partir de CHF 74’800.-, l’Alpine A110S est tout de même CHF 12’100.- plus chère que la version Pure, certes moins puissante et moins bien équipée. En matière de rapport prix/performances, elle reste toutefois sans concurrence sur le marché actuel des voitures à moteur central arrière. La Porsche Cayman T est plus chère (CHF 85’260.-) et moins performante, alors que la Lotus Elise n’est en rien polyvalente comparé à l’Alpine. Quant à l’Alfa Romeo 4C, elle n’est déjà plus produite.

L’avis de Sport-Auto.ch

Avec l’A110S, Alpine coiffe sa gamme d’une version plus performante que beaucoup attendait. En pratique, ce modèle A110S conserve la polyvalence du modèle de base tout en y apportant encore plus de sportivité au niveau visuel mais aussi mécanique. L’A110S est un produit de choix qui répond à une clientèle plus ciblée et complète une offre déjà intéressante.

Toutes versions confondues, l’Alpine A110 reste un plaisir à rouler dans toutes les situations. Avec une aussi bonne base, la marque Alpine aura-t-elle l’audace de proposer un jour une A110 homologuée pour la route vraiment radicale ?

gaetan[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Poids toujours contenu
  • Performances
  • Comportement plus rigoureux
  • Sportive polyvalente
  • Finitions
Contre...
  • Amortissement pouvant être encore plus ferme
  • Interface infotainment
Print Friendly, PDF & Email