AU VOLANT DE
L’ALFA ROMEO TONALE
AU COL DU TONALE

Le reportage Sport-Auto.ch du 27 octobre 2022

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer, D.R. Alfa Romeo

L’Alfa Romeo Tonale ne manque pas d’atouts. C’est en tout cas le premier constat qui vient à l’esprit après le bref essai auquel l’importateur suisse de la marque nous a invité au col du Tonale, col italien qui a donné son nom à la voiture de fonction de Valtteri Bottas, le premier pilote de l’écurie Alfa Romeo Racing de F1 basée à Hinwil, dans le canton de Zurich.

C’est justement à Zurich que débute cette invitation d’Alfa Romeo Suisse à découvrir le nouveau Tonale dans sa version de 160 ch. Les responsables de la marque ont en effet organisé à cette occasion un vol privé avec Sky Alps entre Zurich et Bolzano, la capitale de la province italienne du Trentin-Haut Adige où se trouve le col du Tonale.

«Ce partenariat fait sens. Notre compagnie aérienne, qui comporte le nom Alpes dans sa raison sociale, entend en effet promouvoir tout ce qui touche de près ou de loin aux magnifiques montagnes de notre région. Or, le nouveau modèle que vous allez essayer porte le nom de Tonale qui est à la fois un col et une station de ski de nos Alpes rhétiques», nous a expliqué le directeur général des ventes et du marketing de Sky Alps, compagnie aérienne qui est basée à Bolzano et qui opère depuis peu également depuis Zurich avec un Dash 8-400 de 70 places.

Le nouvel Alfa Romeo Tonale poursuit ainsi une tradition entamée avec l’Alfa Romeo Stelvio dont l’appellation fait référence elle aussi à un col et à une station de ski. Mais pourquoi donc affubler ces deux nouveaux SUV de noms de cols ? «Car les cols représentent un terrain idéal pour contrôler non seulement la maniabilité, la tenue de route et la précision de la direction, mais également l’équilibre général de la voiture ainsi que son freinage. Les cols doivent également nous permettre de vérifier que le réel plaisir de conduire, qui est l’ADN d’Alfa Romeo, soit bel et bien présent.», nous avait précisé Roberto Fedeli, directeur technique d’Alfa Romeo, lors de la présentation il y a cinq ans de l’Alfa Romeo Stelvio.

Roberto Fedeli est entre-temps parti en Angleterre, où il occupe depuis cette année le poste de directeur technique d’Aston Martin, mais le plaisir de conduire qu’il avait évoqué est resté dans l’Alfa Romeo Tonale. Nous avions pu déjà nous en rendre compte lors d’une première prise en main des Tonale Veloce et TI de 160 ch sur le circuit de Balocco et nous en avons eu à nouveau la confirmation cette fois-ci, sur les hauteurs de Bolzano.

Le Tonale procure en effet de belles sensations. Non seulement en montant au sommet du col du Tonale, à 1’884 mètres d’altitude, mais également en le descendant afin de rejoindre le col de la Mendola. Celui-ci, qui culmine à 1’363 mètres d’altitude sur la même route nationale que celle du col du Tonale puisqu’il s’agit de la «strada statale 42 del Tonale e della Mendola», s’est avéré encore plus intéressant que le col du Tonale.

Ses nombreuses épingles et courbes rapides, qui ont été le théâtre de 1930 à 1988 de la course de côte Bolzano-Mendola à laquelle ont notamment participé Arturo Merzario, Jochen Rindt et Lodovico Scarfiotti, nous ont permis de vérifier sur routes ouvertes les bonnes impressions constatées lors de notre première prise en main à Balocco. Dès que l’on active le mode Sport, les mouvements de caisse sont réduits afin de procurer un comportement plus efficace en virage. Même si le Tonale partage la même base que le Jeep Compass, le comportement du Tonale est nettement plus sportif.

Une partie de cette sportivité n’incombe pas seulement à la tenue de route, mais également au nouveau moteur 4 cylindres 1,5L turbo de 160 ch. Celui-ci, associé à un moteur électrique de 48 V, s’avère très élastique grâce à son turbocompresseur à géométrie variable. Le verdict est clair : le caractère du Tonale est résolument dynamique. Il s’agit certes d’un SUV de 4,53 m de long et de 1’600 kg en ordre de marche, mais le plaisir de conduire est bel et bien au rendez-vous. Cela s’explique notamment par une direction très directe ainsi que d’excellents freins. Au sujet de ces derniers, on relèvera que le système de freinage est désormais électromécanique et qu’il s’appuie sur des étriers fixes Brembo à quatre pistons ainsi que sur des disques auto-ventilés à l’avant et pleins à l’arrière. Quant à la transmission à double embrayage à sept rapports, elle participe elle aussi à la très bonne impression que nous a laissé le Tonale, même si celui-ci manque parfois de réactivité.

En escaladant le col du Tonale, ce manque de réactivité, associé à une puissance de 160 ch qui peut être qualifiée d’un peu juste par une clientèle suisse habituée à des moteurs de plus 200 ch dans cette catégorie des SUV compacts, s’est fait cruellement ressentir, notamment lors de certains dépassements. Mais la version hybride rechargeable qui sera présentée à la presse à la mi-novembre devrait compenser ce handicap avec ses 275 ch. Ceux-ci sont tirés d’un quatre cylindres turbo 1.3L de 180 ch à l’avant et d’un moteur électrique de 122 ch. L’autonomie annoncée en mode 100% électrique s’élèvera quant à elle à 60 km. Il s’agira ici aussi d’un net progrès par rapport à la version Veloce de 160 ch que nous avons essayée. Celle-ci, avec son petit moteur électrique de 15 kW intégré à la boîte de vitesses à double embrayage à sept rapports, n’a pu rouler en mode 100% électrique que dans les embouteillages de Bolzano, au-dessous de 15 km/h.

Remerciements

Merci à Alfa Romeo Suisse pour cette invitation à conduire les nouveaux Alfa Romeo Tonale Veloce et TI au col du Tonale ainsi que dans la région de Bolzano.

Print Friendly, PDF & Email