VISITE DU FCA
HERITAGE HUB
DE TURIN

Le reportage Sport-Auto.ch du 23 juillet 2020

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer, Géraldine Marx & FCA

Plus de 300 véhicules des marques Abarth, Alfa Romeo, Fiat et Lancia. C’est le trésor que Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a réuni dans un gigantesque conservatoire appelé FCA Heritage Hub. Celui-ci, encore fermé au public, devrait prochainement ouvrir ses portes à tout un chacun.

Le métier de journaliste réserve parfois des moments privilégiés. La visite privée du FCA Heritage Hub de Turin en fait incontestablement partie. Elle nous a en effet permis de découvrir ce que l’industrie automobile italienne a fait de mieux au cours de ces 100 dernières années : des modèles de série, des prototypes ainsi que plusieurs voitures de course qui ont marqué non seulement l’histoire du sport automobile mondial mais également celle du championnat de Suisse des rallyes et de son épreuve la plus importante, le Rallye international du Valais. Parmi les pièces maîtresses du FCA figurent en effet les Lancia Fulvia, Fiat 131 Abarth, Lancia Rally 037 et Lancia Delta Integrale qui ont toutes remporté la grande classique valaisanne.

Le FCA Heritage Hub regroupe de nombreuses Lancia Delta qui ont gagné six titres de champion du monde des rallyes consécutifs entre 1987 et 1992. Parmi les autres voitures de compétition, on note également une des monoplaces Alfa Romeo de F1 des années 1980 qui avaient vu Mario Andretti, Mauro Baldi, Vittorio Brambilla, Andrea de Cesaris, Bruno Giacomelli et le regretté Patrick Depailler se succéder à leur volant.

Le conservatoire du FCA Heritage Hub se trouve dans le quartier de Mirafiori, au sud de Turin. Nous nous parquons à proximité de l’église de San Luca Evangelista située à quelques centaines de mètres du gigantesque site industriel de FCA. Les premières chaînes de montage y ont été construites en 1939 par Fiat qui commençait à se sentir à l’étroit dans son usine historique du Lingotto.

C’est à Mirafiori que seront notamment assemblées les 500 Topolino, dès 1947, puis, par ordre chronologique, les différentes 600, 500, 124, 127, 128 et bien entendu la Fiat 131 Mirafiori. Et cette énumération n’est guère exhaustive. Après avoir accueilli les chaînes de montage des Lancia Thesis et des Alfa Romeo MiTo, le site ne produit désormais que certaines Maserati, dont le SUV Levante. L’usine, qui abrite aujourd’hui le FCA Heritage Hub, fabriquait autrefois des transmissions pour différents modèles Fiat.

Avant de pénétrer dans ce conservatoire uniquement connu de quelques initiés, il faut montrer patte blanche. Le gardien nous demande notre passeport et vérifie que nous avons bel et bien rendez-vous avec Umberto Fabrizio Hardouin, en charge du service de presse de FCA Heritage. Celui-ci ne tarde pas à venir à notre rencontre. Il nous explique que le terme de hub, que l’on peut traduire par plaque tournante, a finalement été choisi car l’endroit où nous nous trouvons est avant tout un centre de compétences. On peut par exemple venir y faire certifier l’authenticité de sa voiture, ce que le pilote français Erik Comas, établi depuis de nombreuses années à Aigle (VD), a fait avec sa Lancia Stratos avec laquelle il a remporté le titre de champion d’Europe FIA des rallyes historiques en 2017.

Le but du FCA Heritage Hub dépasse celui d’un simple musée. C’est à la fois un lieu de travail, de services et de formation. Mais c’est également une surface d’exposition de 15’000 m2 qui raconte l’histoire de l’usine de Mirafiori. Comme nous l’avons déjà relevé, on y trouve aussi quelques Alfa Romeo même si celles-ci ont droit à leur propre musée à Arese, près de Milan. Il y a même une ancienne Jeep, la marque faisant désormais partie du groupe FCA.

Sur ces quelque 300 voitures, 64 sont mises en évidence dans huit espaces thématiques regroupant chacun huit véhicules. Trois de ces huit espaces traitent de la sécurité, du design et des expéditions au long cours. Ces dernières sont illustrées par la Lancia Delta du Safari Rally de 1988 ou la Fiat 131 Diesel au volant de laquelle Bob Neyret a remporté la catégorie diesel au Rallye Londres-Sidney de 1977.

Deux autres espaces montrent des prototypes respectueux de l’environnement ainsi que des modèles très rares, à l’image de l’Abarth 2400 Coupé Allemano personnelle du fondateur de la marque Carlo Abarth, ou la Lancia Flaminia coupé Loraymo, un acronyme de LOewy RAYMOnd, le célèbre designer français Raymond Loewy.

Un autre espace thématique montre huit « chefs-d’œuvre techniques » qui ont introduit des innovations significatives dans l’architecture des automobiles. C’est le cas de la Lancia Lambda de 1922, la première voiture à coque autoporteuse, ou de la berline Lancia Flavia de 1960, la première voiture italienne équipée à la fois d’une traction antérieure et de freins à disque sur les quatre roues.

Enfin, les deux derniers espaces intéresseront davantage les lecteurs de Sport-Auto.ch. Le premier traite en effet des rallyes à proprement parler, avec notamment les Lancia Fulvia, Stratos, Rally 037, Delta Integrale et Delta S4 ainsi que les Fiat 124 Abarth et 131 Abarth.

N’oublions pas l’espace thématique consacré aux courses en circuit qui comprend notamment la Lancia D50 de F1, ainsi que les Lancia Beta Monte-Carlo et LC2 des 24 Heures du Mans.

Un autre espace, dédié aux records de vitesse, met en évidence la très aérodynamique Abarth 750 Bertone qui avait signé en 1956 plusieurs records du monde de vitesse avec, à son volant, différents journalistes dont le Belge Paul Frère, le Suisse Walter Honegger et le Français Bernard Cahier qui habitait à Evian et qui était très connu à Villars-sur-Ollon puisqu’il y organisa plusieurs réunions de pilotes de F1.

L’histoire des records signés par cette Abarth 750 Bertone mérite d’être racontée. Les journalistes conduisirent la voiture à tour de rôle le premier jour, puis les pilotes d’essai d’Abarth prirent le relais. Cette tentative de record se déroula en effet sur trois jours. En plus des records du monde battus sur 500km, 500 miles et 1000km ainsi que les records mondiaux des 48 et des 72 heures, l’Abarth 750 Bertone s’illustra par une faible consommation de seulement 6 litres aux 100 km à la vitesse moyenne de 150 km/h.

Bernard Cahier étant décédé le 10 juillet 2008 à Evian, nous avons demandé à son fils Paul-Henri Cahier, photographe de renom, s’il avait une anecdote à raconter sur ce record. « Et comment que j’en ai une », nous a-t-il répondu. « L’Abarth était soudainement tombée en panne d’éclairage et un seul de ces pilotes-journalistes avait été d’accord de rouler sans phares de nuit sur l’anneau de vitesse de Monza. C’était mon père. Je suppose cependant qu’il devait y avoir un peu de lune… » C’est une très jolie anecdote. Il y en aurait encore des centaines d’autres étant donné que le FCA Heritage Hub compte plus de 300 voitures. Inutile de préciser que nombreux sont les passionnés d’automobiles qui attendent avec impatience son ouverture au grand public !

Remerciements

Merci à Serenella Artioli De Feo, directrice des relations publiques de FCA Suisse, et à Umberto Fabrizio Hardouin, du service de presse de FCA Heritage, qui nous ont permis de visiter le magnifique FCA Heritage Hub de Turin.

 

Print Friendly, PDF & Email