Sélectionner une page

CUPRA, LA NAISSANCE
D’UNE MARQUE

Le reportage de Sport-Auto.ch du 2 mars 2018

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer

Circuit de Terramar, près de Sitges en Catalogne : c’est sur le site de cet anneau de vitesse qui avait accueilli en 1923 le Grand-Prix d’Espagne avant de tomber dans l’oubli à partir de 1950, que les responsables du constructeur espagnol Seat ont lancé la marque Cupra. Les modèles Cupra couronnaient jusqu’ici les versions les plus sportives de Seat. Ce sera désormais une marque à part entière dont le premier modèle de série, le SUV Cupra Ateca de 300ch, nous a été dévoilé en avant-première, le 22 février, deux semaines avant d’être présenté au public au Salon international de Genève.

En lançant la marque Cupra, Seat emprunte une stratégie similaire à celle adoptée par le passé par Toyota et Nissan avec Lexus et Infiniti, puis, plus récemment, par Fiat, Citroën et Volvo qui ont respectivement lancé les marques Abarth, DS Automobiles et Polestar. Et Luca de Meo, le président actuel de Seat, faisait justement partie il y a une dizaine d’années des dirigeants du groupe Fiat chargés de relancer la marque Abarth.

Lorsqu’on demande à Luca de Meo ce qui a incité Seat à lancer une nouvelle marque, sa réponse fuse : « Il s’agit d’un moyen de conquérir des clients qui, de prime abord, n’achèteraient pas de Seat. » Il est vrai que la nouvelle Cupra Ateca, un SUV de 300ch, vise une clientèle davantage intéressée par l’Alfa Romeo Stelvio de 280ch ou la Porsche Macan de 252ch que par le monospace Alhambra ou la citadine Mii.

Et à propos de Porsche, la présentation à la presse, le 22 février, de la Cupra Ateca de série et de la Cupra TCR de compétition s’est déroulée en présence de Mark Philipp Porsche (40 ans) et de Stefan Piëch (47 ans), fils respectivement de Ferdinand Alexander Porsche, le créateur de la 911, et de Hans-Michel Piëch (75 ans) qui a occupé par le passé des fonctions dirigeantes chez Porsche et qui est considéré aujourd’hui comme le nouvel homme fort du groupe Volkswagen après le départ de son frère aîné Ferdinand Piëch (80 ans). Ces deux arrière-petits-fils de Ferdinand Porsche, qui siègent actuellement au comité directeur de Seat, ont accueilli avec satisfaction cette opération de « premiumisation » de la marque espagnole.

Avec son moteur 2.0L turbocompressé qui développe 300ch, ses quatre roues motrices, sa boîte DSG à sept rapports, ses quatre sorties d’échappement et ses roues de 19 pouces, la nouvelle Cupra Ateca semble prometteuse. D’autant plus prometteuse que sa mise au point a été peaufinée par l’ancien pilote Jordi Gené (47 ans) qui avait notamment terminé 5e au classement général et premier de sa catégorie aux 24 Heures du Mans de 2001 avec le Genevois Jean-Denis Delétraz.

« Je conduis la Cupra Ateca depuis plus d’une année sur tous les types de terrains : ville, tout-terrain, route, autoroute et même en montagne pour aller skier dans les Pyrénées », nous a expliqué Jordi Gené. « Bien que je ne sois pas un fan des SUV, la Cupra Ateca m’a plu d’emblée. Elle m’a avant tout convaincu par ses quatre roues motrices accouplées au système 4Drive qui a été optimisé pour fonctionner avec tous les modes de conduite : normal, sport, individuel, neige, tout-terrain et, bien entendu, le mode Cupra. »

« Le mode Cupra confère à l’Ateca des aptitudes très sportives, tant au niveau du son du moteur que des réglages de la suspension adaptative. Je me suis beaucoup amusé à son volant sur le circuit du Nürburging », a ajouté Jordi Gené dans un large sourire. « Jordi est toujours souriant », nous a précisé Jean-Denis Delétraz. « J’ai des très bons souvenirs avec lui, que ce soit sur la piste ou à vélo. Aux 24 Heures du Mans, c’était un vrai bonheur de l’avoir dans notre équipe. Il était très rapide et il n’y a jamais eu de problème d’égo ou de bagarre interne avec lui. Il aurait mérité d’aller en F1 comme son frère. Malheureusement le timing et la politique en ont décidé autrement. »

Une F1 à laquelle Jean-Denis Delétraz a pu goûter à trois reprises au milieu des années 1990, juste après avoir disputé tout le championnat de France de Supertourisme avec une Seat Toledo. Le pilote genevois n’est pas notre seul compatriote à avoir vu son image être associée avec celle de Seat. Vingt ans plus tôt, en 1974, l’actrice bernoise Ursula Andress, l’une des James Bond girls les plus célèbres du monde, avait été plébiscitée pour participer au lancement de la Seat 133.

Déjà à l’époque, la marque espagnole essayait de sortir du lot et de mettre en avant son côté « auto emocion ».

Aujourd’hui, cette émotion se décline sur la Cupra Ateca par des performances de premier ordre. Le constructeur avance ainsi une vitesse de pointe de 245km/h et une accélération de 0 à 100km/h en 5,4 secondes. Cette vidéo de nos confrères du site autoevolution.com montre d’ailleurs que la Cupra Ateca semble très bien se débrouiller sur le circuit du Nürburgring.

Les circuits conviennent cependant beaucoup mieux à la Cupra TCR. La première voiture de course de la nouvelle marque espagnole nous a également été présentée le 22 février sur le circuit de Terramar. Elle concourra officiellement dans le championnat international de tourisme TCR cette saison. Tout comme la Cupra Ateca, elle est affublée du logo Cupra de couleur cuivre.

Outre l’Ateca, Cupra proposera-t-elle d’autres véhicules de série ? Oui, a répondu Luca de Meo. S’il n’est pas encore certain à 100% qu’une Cupra Ibiza et une Cupra Arona verront bel et bien le jour, un prototype de la Cupra Ibiza nous a aussi été présenté. Caché sous les tribunes de l’ancien circuit de Torremar, ce prototype de la Cupra Ibiza reprend des formes triangulaires aussi bien dans les groupes optiques que dans la calandre. Il est par ailleurs prévu que la marque Cupra reçoive d’ici 2020 des modèles hybrides sportifs.

Le baptême à proprement parler de la marque Cupra ayant eu lieu sur les tribunes de l’ancien circuit de Terramar, les responsables de la marque nous ont ensuite invités à voir de plus près leurs nouveaux modèles sur l’anneau de vitesse du circuit. Lors de cette présentation, il nous a notamment été expliqué la signification du logo Cupra. Celui-ci représente deux lettres « C » qui se croisent et qui forment un triangle.

Alejandro Mesonero, le designer de Seat, précise que ce triangle a été retourné « afin de lui donner plus de vitesse et le rendre plus dynamique ».

En Suisse, 20 des quelque 250 concessionnaires Seat disposeront d’un espace de vente réservé à la marque Cupra, laquelle dispose également d’un site Internet totalement inédit.

« Nous nous réjouissons beaucoup de l’arrivée de la marque Cupra en Suisse. Notre marché apprécie beaucoup les modèles les plus puissants et les mieux équipés de nos différentes gammes. Avec la Cupra Ateca qui arrivera chez nos concessionnaires au mois de novembre, nous serons en mesure de répondre encore mieux aux attentes de notre clientèle », a conclu Karin Huber, directrice des relations publiques de Seat Suisse.

Remerciements

Merci à Seat Suisse pour cette invitation au lancement de la nouvelle marque Cupra en Espagne.

Print Friendly, PDF & Email