POLTU QUATU CLASSIC :
LE «BEST OF SHOW» À
UNE GROUPE B «SUISSE»

Le reportage Sport-Auto.ch du 1er septembre 2022

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Laurent Missbauer, Piotr Degler, D.R.

Que faut-il retenir des concours d’élégance organisés cet été? Que le Poltu Quatu Classic, deuxième plus important concours d’élégance FIVA d’Italie après celui de Villa d’Este, a permis à l’ancien pilote de F1 Erik Comas, établi depuis de nombreuses années à Aigle et titulaire désormais d’un passeport suisse, de briller. Il y a en effet remporté le premier prix, à savoir le «Best of show», en présentant une Lancia Rally 037 Groupe B qui a été magnifiquement restaurée après avoir notamment couru en Suisse.

Cette 037, châssis 133, est la voiture que Lancia Suisse avait confiée en 1986 au pilote tessinois Roger Krattiger dans le championnat suisse des rallyes. Celui-ci y avait notamment remporté le Rallye de Baden-Württenberg. Parmi ses autres résultats, on citera une 2ème et 3ème places au Critérium jurassien et au Rallye de Genève, ainsi qu’un 4ème rang au Rallye de Court. Elle arbore aujourd’hui les couleurs Eminence qu’elle avait portées lors du Tour de France Automobile de 1983. Pilotée à cette occasion par le célèbre pilote français Bernard Darniche, elle y avait signé son meilleur résultat de la saison.

C’est à Poltu Quatu, sur la Costa Smeralda de la Sardaigne, que se trouve le Grand Hôtel Poltu Quatu, théâtre de ce concours d’élégance à nul autre pareil. Poltu Quatu signifie endroit caché en gallurais, la langue locale. Si l’endroit est effectivement caché depuis la côte – il se trouve à l’extrémité d’un fjord qui débouche sur un petit coin de paradis comprenant hôtel cinq étoiles, boutiques, restaurants et un port où amarrer son yacht –, sa notoriété gagne chaque année en importance parmi les passionnés de voitures. Cela pour la bonne raison qu’il accueille chaque été, au début du mois de juillet, le Poltu Quatu Classic, un concours d’élégance qui, tout comme celui de Villa d’Este est reconnu par la FIVA, la Fédération internationale des véhicules anciens.

L’importance du Poltu Quatu Classic ne se mesure pas seulement à la qualité des voitures exposées, mais également au caractère international des participants et des 16 membres du jury. Ces derniers provenaient bien entendu d’Italie, avec notamment Valentino Balboni, le légendaire essayeur de Lamborghini, mais aussi de France, d’Allemagne, de Suisse, des Etats-Unis, du Japon et des Pays-Bas.

Le jury du concours était présidé par Paolo Tumminelli, professeur de design à l’Université de Cologne et curateur en 2018 de Grand Basel, exposition qui avait érigé l’automobile au rang d’œuvre d’art à Bâle. De véritables œuvres d’art, il y en a eu au Poltu Quatu Classic. On pense en particulier à la Fiat 500 Art Car décorée par la célèbre artiste sud-africaine Esther Mahlangu – BMW avait fait appel à elle pour poursuivre la lignée des Art Cars peintes par Alexandre Calder, Roy Lichtenstein et Andy Warhol – ou à la Ferrari 212 Inter Coupé de 1952 carrossée par Vignale sur un dessin de Giovanni Michelotti. Ces deux voitures ont d’ailleurs été distinguées par un prix spécial du jury.

Ce mélange entre véhicules populaires, voitures de rallye et modèles élitistes est une autre caractéristique du Poltu Quatu Classic. Il s’agit d’un choix délibéré de Simone Bertolero, l’initiateur de ce concours d’élégance. Celui-ci n’est en effet pas statique mais itinérant. Une caractéristique qui ne répond pas seulement à la fonction première de l’automobile, qui est de se mouvoir, mais qui répond également à la volonté de faire découvrir aux participants du concours quelques-uns des plus beaux endroits de la Sardaigne. Et comme il s’agissait cette année de la septième édition du Poltu Quatu Classic, Simone Bertolero l’a baptisée «The 007th Edition», un clin d’œil au tournage sur la Costa Smeralda, en 1976, de L’espion qui m’aimait, 10ème de la série de films de James Bond.

Le concours d’élégance s’est par conséquent arrêté dans plusieurs endroits où s’était rendu l’agent secret 007, interprété alors par Roger Moore. Le premier jour, c’est par exemple sur la place du village de Pantaleone qu’ont été exposées les voitures. C’est là que débute la course poursuite entre la Lotus Esprit de James Bond et un side-car. Une fois ce dernier mis hors d’état de nuire, 007 est poursuivi par un hélicoptère! Pour lui échapper, la Lotus Esprit plonge dans la mer non loin de Poltu Quatu, se transforme en sous-marin et ressort sur la plage de Capriccioli devant les badauds ébahis. Et c’est justement à Capriccioli que Simone Bertolero avait donné rendez-vous aux participants du concours d’élégance après les avoir emmenés la veille au Phi Beach, un club en plein air aménagé dans un cadre naturel d’une rare beauté. Après trois jours de fête, marqués notamment par les défilés d’accortes jeunes femmes habillées par le styliste Costante Neri, alias Croky, le dernier jour du concours a été marqué par les délibérations du jury.

Comme nous l’avions relevé en introduction, c’est la Lancia Rally 037 aux couleurs d’Eminence qui a remporté le premier prix, à savoir le «Best of show». Présentée par Erik Comas et son épouse Raffaella, cette Lancia Rally était déjà venue en Sardaigne lors de sa première saison de compétition en 1983. Elle y avait en effet disputé le Rallye Costa Smeralda avec Jean-Louis Clarr. En fin d’année, elle dispute le Tour de France Automobile où, pilotée par Bernard Darniche, elle termine 3ème, son meilleur résultat de la saison.

Cette victoire de la Lancia Rally Eminence au Poltu Quatu Classic était amplement méritée selon Paolo Tumminelli, le président du jury: «Il est bon que ce soit une voiture relativement récente, même si elle a déjà 40 ans, qui se soit imposée. On ne doit en effet pas toujours primer les modèles les plus chers ou les voitures des années cinquante et soixante. Les critères de beauté changent et évoluent au fil des décennies. Le monde des voitures anciennes change et évolue lui aussi. Notamment avec l’arrivée de collectionneurs plus jeunes. Il faut en tenir compte et le Poltu Quatu Classic est le concours d’élégance idéal pour récompenser une voiture du Groupe B», nous a confié Paolo Tumminelli.

L’esprit spécial du Poltu Quatu Classic se retrouve donc également dans les choix du jury qui, rappelons-le, avait primé il y a deux ans la Porsche 917 «psychédélique» de Gérard Larrousse. Et puis, il y a différents prix et catégories qui permettent de récompenser d’autres voitures méritantes. On en veut pour preuve la liste des distinctions publiée ci-dessous*.

Ce qui est certain, c’est qu’Erik Comas et son épouse Raffaella étaient ravis d’avoir remporté le premier prix. Celui-ci constitue une belle récompense pour l’important travail de remise en état de la voiture dans sa configuration du Tour de France automobile de 1983. Il faut savoir que cette Lancia Rally 037, endormie en France pendant une trentaine d’années, a subi une méticuleuse restauration de la part d’Andrea Chiavenuto, le préparateur de Biella avec lequel Erik Comas avait remporté en 2017 le titre de champion d’Europe des rallyes historiques au volant de sa Lancia Stratos. Sachez encore que la restauration et l’historique de la 037 Eminence ont été très soigneusement documentés dans un livre de 156 pages, intitulé «Histoire d’une légende» et publié à très exactement… 37 exemplaires!

Résultats

Best of show: Lancia Rally 037 Eminence (1982)

Best in class
Peace & Love: Innocenti Coupé (1967)
Sex on the beach: Bruseghini 750 Joker (1978)
Ferrarissima 75: Ferrari 250 GT Tour de France (1958)
Supercar: Ruf CTR Anniversary (2019)
Rally Queen: Toyota Celica (1994)
Something special: Porsche 911 Restomod (1982)
Dolce vita: Lancia Aurelia B24 (1956)

Special Awards
Spirit of FIVA: Alfa Romeo 1750 Spider Veloce (1968)
Prix du MAUTO de Turin: Ferrari 212 Inter Coupé Vignale (1952)
Prix ASI: Volkswagen Coccinelle (1963)
Prix Larusmiani: Lancia Aurelia B24 (1956)
Prix Pirelli: Ferrari 308 GT4 Pékin-Paris (1975)
Prix GoodWool: Fiat 500 Art Car Esther Mahlangu (2008)

Print Friendly, PDF & Email