LES PLUS GRANDS COLS
DE SUISSE
COL DE L’OBERALP

Le reportage Sport-Auto.ch du 4 mai 2021

Rédaction : Bob de Graffenried
Photographies : Bob de Graffenried

Après avoir débuté notre série consacrée aux plus grands cols de Suisse avec le col du Nufenen, nous vous emmenons aujourd’hui au col de l’Oberalp au volant des VW T-Roc R et Honda Civic Type R Limited Edition essayées l’année passée. Et ça tombe bien, car après la traditionnelle fermeture hivernale, le col de l’Oberalp est à nouveau ouvert à la circulation depuis quelques jours, le 27 avril 2021. Il faudra en revanche patienter encore quelques semaines avant de pouvoir fouler l’asphalte de la plupart des cols environnants.

Culminant à 2’044m d’altitude, le col de l’Oberalp relie Andermatt, dans le canton d’Uri, à Disentis, dans le canton des Grisons. Sa principale particularité réside dans la ligne de chemin de fer qui suit la route par endroits et passe également par le col. Grâce à la compagnie Matterhorn-Gotthard Bahn, il est ainsi possible de franchir le col de l’Oberalp également durant l’hiver entre Andermatt et Sedrun, commune située à quelques kilomètres de Disentis.

Le col de l’Oberalp en détails :

Voir sur Google Maps
Altitude : 2’044 m
Longueur totale : 32 km
Restauration au col : oui
Ouverture : avril à décembre (suivant enneigement)
Versant ouest : Andermatt, UR (1’435m) – 12 virages sur 11 km
Versant est : Disentis, GR (1’140m) – 33 virages sur 21 km
Alternative (tunnel, train) : train / train-auto pendant l’hiver
Années de construction : 1863

Le versant ouest du col de l’Oberalp, long de 11km, est particulièrement roulant. Dès la sortie d’Andermatt, la montée commence par une dizaine d’épingles à rayon moyen ou large, avant de devenir plus rectiligne jusqu’au sommet. De quoi bien dégourdir nos deux montures de plus de 300 chevaux. La route est bien large et heureusement, car ce col attire de nombreux cyclistes, surtout en été comme ce fut le cas lors de notre premier périple en juillet dernier.

Après avoir longé le petit lac de l’Oberalp, on arrive au sommet du col. Ce dernier est assez atypique, les voies de chemin de fer et les remontées mécaniques de la station de ski y prenant une large place. A proximité du parking, on aperçoit rapidement le phare de Rheinquelle. Ce dernier est en fait une réplique à échelle réduite du phare Unterfeuer à Hoek van Holland situé à l’embouchure du Rhin. La raison de sa présence ? A quelques kilomètres au sud du col se trouve le lac Toma (2’344m), considéré comme la source du Rhin. Depuis le phare, un sentier pédestre permet de le rejoindre en moins de deux heures. Le col de l’Oberalp est également le point de départ de nombreux autres circuits pédestres.

Le versant est, qui descend jusqu’à Disentis, comporte une première partie sinueuse avec une dizaine d’épingles, qui sont pour la plupart plus serrées et plus étroites que sur l’autre versant. Le début du sentier menant au lac Toma offre une vue surplombante sur ces virages. Très plaisante pour les adeptes de conduite, cette section est sans doute considérée comme le dernier « coup de collier » par ceux qui montent le col avec des véhicules poussifs ou encombrants.

Si le T-Roc R s’en sort très bien grâce à ses 4 roues motrices et son empattement court, le plaisir est encore supérieur au volant de la Civic Type R Limited Edition, grâce à son train avant communicatif ainsi qu’à sa boîte manuelle à la commande précise.

Plus bas, la route sillonne ensuite gentiment à travers la vallée du Rhin antérieur jusqu’à Disentis. La balade se fait progressivement plus touristique que sportive, le rythme étant régulièrement coupé par la traversée de villages où la vitesse est limitée à 50km/h.

Les voitures essayées au Col de l’Oberalp :

Volkswagen T-Roc R
Honda Civic Type R Limited Edition

Print Friendly, PDF & Email