LES PLUS GRANDS COLS
DE SUISSE
COL DU NUFENEN

Le reportage Sport-Auto.ch du 19 avril 2021

Rédaction : Bob de Graffenried
Photographies : Bob de Graffenried, Sébastien Moulin, Michael Esteves

L’hiver touche à sa fin, les températures augmentent, la neige fond : d’ici quelques semaines, nous pourrons à nouveau sillonner les cols alpins situés à plus de 2’000 mètres d’altitude. Histoire de vous mettre l’eau à la bouche, nous débutons une nouvelle série d’articles dédiés aux plus grands cols de Suisse. Notre première étape est consacrée au col du Nufenen long de 38 kilomètres.

Le col du Nufenen relie Ulrichen, dans le canton du Valais, à Airolo, dans le canton du Tessin. Il permet ainsi de se rendre au Tessin depuis le Valais sans passer par l’Italie (via le col du Simplon). Culminant à 2’478m d’altitude, le col du Nufenen est le plus haut col routier des Alpes suisses dont les deux versants sont situés sur territoire helvétique. Le col de l’Umbrail, situé dans le canton des Grisons, culmine en effet à 2’501m, mais son versant sud se situe entièrement en Italie, la frontière étant située en son sommet.

Le col du Nufenen en détails :

Voir sur Google Maps
Altitude : 2’478 m
Longueur totale : 38 km
Restauration au col : oui
Ouverture : juin à octobre (suivant enneigement)
Versant ouest : Ulrichen, VS (1’346m) – 28 virages sur 14 km
Versant est : Airolo, TI (1’178m) – 17 virages sur 24 km
Alternative (tunnel, train) : non
Années de construction : 1964 à 1968

Le versant ouest du col du Nufenen, long de 14km, est constitué d’un revêtement principalement rugueux parsemé de quelques compressions. Ses 28 virages sont très variés, allant de l’épingle serrée à l’épingle large en passant par des enchaînements de courbes rapides ou plus techniques. Un régal au volant que nous avons pu déguster notamment avec la Lexus RC F Track Edition, la VW Golf GTI Clubsport ou encore l’Audi RS4 Avant B9.

Après une première partie constituée de 4 épingles, la route devient plus rectiligne et serpente à travers une vallée étroite entre Aarenäst et Ladstafel. On attaque ensuite la deuxième partie de la montée, la plus intéressante de tout l’itinéraire. Si vous désirez profiter pleinement de ce versant sans arrière-pensée, il faudra éviter de le parcourir tôt le matin. Son exposition nord-ouest et sa végétation dense sur sa partie inférieure le rendent parfois humide, surtout en intersaison.

Au sommet, un grand parking et un restaurant vous accueillent avec une vue surplombant le versant ouest, le glacier de Gries ainsi que les sommets environnants. De l’autre côté de la route, un étang permet aussi quelques photos. De là, les randonneurs aguerris pourront prendre de la hauteur en attaquant la montée du Chilchhorn (2’789m). La frontière entre les cantons du Valais et du Tessin se situe exactement au col.

Le versant est, qui plonge sur Airolo, est nettement plus roulant, comme en témoignent nos photos prises lors des essais de la Ford Focus ST et du Chevrolet Corvette Grand Sport Cabriolet. Sa largeur moyenne est supérieure et son revêtement majoritairement lisse. Exposé davantage au soleil, le décor de la partie supérieure est un peu plus aride. Hormis les quelques larges épingles situées à proximité du col, la route est presque rectiligne jusqu’à Airolo. Suivant notre méthode de comptage (virage de plus de 45 degrés), ce versant ne comporte d’ailleurs que 17 virages sur 24 kilomètres.

Enfin, si vous parcourez ce col en famille, comme ce fut mon cas lors de l’essai du VW T-Roc R, ne manquez pas de faire une halte au parc de jeux Cioss Prato situé dans la descente à environ 10km d’Airolo. L’air de jeux propose également un restaurant.

La différence d’exposition (et donc de climat) ainsi que la topographie variant d’un versant à l’autre font de ce col du Nufenen une expérience variée tant sur le plan visuel que sur le plan de la conduite.

Print Friendly, PDF & Email