LA PORSCHE PANAMERA
TURBO S E-HYBRID
EN VEDETTE À MONZA

Le reportage Sport-Auto.ch du 3 avril 2017

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : Porsche AG, Laurent Missbauer

Le Prologue du championnat du monde d’endurance FIA-WEC, qui s’est déroulé sur le circuit de Monza du 31 mars au 1er avril, n’a pas seulement été le théâtre de la présentation de la nouvelle Porsche 919 Hybrid de course. Les ingénieurs du constructeur de Stuttgart y ont également dévoilé la nouvelle Panamera Turbo S E-Hybrid dans une livrée proche de celle des 919 et 911 RSR de compétition. Cela afin de souligner que de nombreux enseignements recueillis en course sont directement transférés dans les modèles de série.

Le transfert des enseignements tirés de la compétition ne date pas d’aujourd’hui chez Porsche. La suralimentation qui a fait ses débuts dans la Porsche 917/10 de 1972 a par exemple donné lieu à la 911 Turbo de série en 1974 et le dispositif de contrôle de la pression des pneus de la 924 GTP engagée aux 24 Heures du Mans de 1980 a été introduit dans la 928 S4 en 1988. Plus près de nous, la coque en carbone de la 911 GT1 qui a remporté les 24 Heures du Mans en 1998 a été adoptée par la Carrera GT présentée au Salon de Genève en 2003 et la technologie hybride, avec un moteur électrique installé sur l’essieu avant de la 911 GT3 Hybrid de course de 2010, est arrivée en série trois ans plus tard avec la 918 Spyder. Et ce ne sont là que quatre exemples parmi tant d’autres.

Aujourd’hui, cette technologie hybride poussée à son paroxysme dans la 919 Hybrid qui a notamment permis au Biennois Neel Jani de s’imposer aux 24 Heures du Mans et de remporter le titre mondial en 2016, a été transférée dans la nouvelle Panamera Turbo S E-Hybrid de 680ch. Cette dernière, dévoilée en notre présence le 31 mars dernier à Monza dans une nouvelle livrée, marque un nouveau jalon dans l’histoire de Porsche. C’est en effet la première fois que le modèle le plus puissant d’une des gammes du constructeur de Stuttgart-Zuffenhausen (718, 911, Cayenne, Macan et Panamera) est propulsé par une motorisation hybride!

Le moteur V8 de 4 litres, issu de celui de la Panamera Turbo, est associé ici à un moteur électrique particulièrement performant. Comme nous l’avons déjà relevé un peu plus haut, il en résulte une puissance totale de 680ch et un débit de couple pour le moins souverain. Dès le régime du ralenti, 850Nm de couple sont en effet déjà à la disposition du conducteur. D’où une accélération de 0 à 100km/h en 3,4 secondes et une vitesse maximale de 310km/h. Le dispositif «boost» de la Panamera Turbo S E-Hybrid à transmission intégrale est directement dérivé de celui de la Porsche 918 Spyder au bord de laquelle nous avons pu effectuer plusieurs tours du circuit de Monza aux côtés de Neel Jani.

« La 918 Spyder est un formidable laboratoire technologique», précise Neel Jani. « On sort des boxes dans un silence incroyable en roulant en mode 100% électrique avant de mettre en marche le moteur à combustion dans un bruit d’enfer. J’ai pu ainsi dépasser les 300km/h à chaque tour avec une facilité déconcertante. La 918 est exceptionnelle. Elle accélère de 0 à 100km/h en 2,6 secondes et de 0 à 200km/h en 7,3 secondes pour une vitesse de pointe de 345km/h. »

« J’ai particulièrement apprécié le fait de pouvoir choisir les cinq modes de fonctionnement en activant le commutateur prévu à cet effet au volant. Le mode Race Hybrid permet au moteur à combustion d’être constamment boosté par les deux moteurs électriques exploités au maximum de leur possibilité. Quant au mode Hot Lap, activé en appuyant sur le bouton rouge situé à droite sur le volant, exploite à fond toutes les réserves de la 918 Spyder, par exemple pendant un tour de qualification. On est alors encore plus plaqué dans le siège baquet. C’est vraiment impressionnant. Enfin, le mode E-Power permet de parcourir plus de 30km en mode entièrement électrique. »

La nouvelle Panamera Turbo S E-Hybrid peut quant à elle parcourir jusqu’à 50km en mode tout électrique. Du coup, sa consommation moyenne selon le nouveau cycle de conduite européen s’établit autour de 2,9l/100 km. Avec ce nouveau modèle, Porsche rappelle, si besoin est, qu’il voue une grande importance à la mobilité électrique. On se souvient en effet que le constructeur allemand avait présenté au Salon de Francfort de 2015 la Porsche Mission E 100% électrique, un prototype annonciateur des futurs modèles 100% électriques qui devraient voir le jour en 2019. Pour l’instant, la nouvelle Panamera Turbo S E-Hybrid associe un moteur électrique de 136ch à un moteur V8 de 550ch. Son moteur électrique est alimenté par une batterie lithium-ion et six heures suffisent à recharger complètement la batterie haute tension au moyen d’une prise conventionnelle (230 Volt / 10A).

Si la Panamera, plutôt que d’utiliser le chargeur 2,4kW livré en série, recourt au module optionnel de chargement embarqué de 7,2kW avec raccordement sur 230V et 32A, il ne faut que 2,4 heures à la batterie pour « faire le plein ». Grâce au Porsche Communication Management (PCM) ou à l’appli Porsche Connect (pour smartphone ou Apple Watch), le chargement peut aussi être commandé et programmé à distance. Sachez enfin que la Panamera Turbo S E-Hybrid arrivera sur le marché suisse au mois de juillet. Son équipement de série comprend des freins en céramique PCCB, le Porsche Dynamic Chassis Control Sport (PDCC Sport) avec Porsche Torque Vectoring Plus (PTV Plus), une direction assistée électromécanique et des jantes de 21 pouces en alliage léger avec design Turbo emprunté à la 911. Egalement fournis en série: la climatisation à l’arrêt, des éléments d’aérodynamisme actifs et la suspension pneumatique à trois compartiments comprenant le Porsche Active Suspension Management (PASM).

En Suisse, le prix de la Panamera Turbo S E-Hybrid débutera à CHF 226’600.-. Le prix de la version Executive (empattement allongé de 15cm) démarrera quant à lui à CHF 243’000.-.