VOLKSWAGEN
GOLF GTI
CLUBSPORT

L’essai Sport-Auto.ch du 19 octobre 2016

Rédaction : Sébastien Moulin
Photographies : Arno Murith, Sébastien Moulin

Depuis le lancement de la première Golf GTI en 1976, le modèle emblématique de Volkswagen a connu un succès ininterrompu. Rapidement devenue l’icône des compactes sportives, la GTI n’a cessé d’évoluer au fil des années. Comme le veut désormais la tradition, Volkswagen a décidé de marquer le 40ème anniversaire de sa Golf GTI en produisant une édition spéciale, baptisée Clubsport. Plus radicale que l’actuelle Golf VII GTI,  elle ambitionne de renouer avec ses racines. Vous avez dit : « Crise de la quarantaine » ?

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

traction
4 cyl. 2.0L turbo
265ch / 350Nm
1’395kg

Esthétiquement, la formule du succès reste inchangée avec une sportivité qui combine style et élégance. Quelques spécificités, essentiellement aérodynamiques, permettent cependant d’identifier le modèle Clubsport. Le bouclier avant a été complètement remodelé pour  offrir un meilleur approvisionnement en air au moteur. On trouve aussi deux déflecteurs proéminents qui dirigent le flux d’air destiné à refroidir les disques de freins. La calandre est bien évidemment en nid d’abeille, le traditionnel liseré rouge soulignant le tout.

Son profil dévoile des jantes 18 pouces en alliage léger, des rétroviseurs noirs et de discrets stickers arborant le logo « Clubsport » au-dessus des bas de caisses. A l’arrière le bouclier a également été retravaillé, on y retrouve un grand diffuseur dans lequel est intégré une double sortie d’échappement chromée. Un imposant becquet de pavillon vient revaloriser l’ensemble offrant à la GTI Clubsport un look bien plus agressif que les autres versions de la Golf GTI ou R. A noter que notre voiture d’essai était un modèle 5 portes (CHF 1’150.-).

A l’intérieur de la Clubsport se dégage un savant mélange de tradition et de sportivité. Personnellement j’adore les clins d’œil au passé, surtout quand ils sont de si bonne facture. Je veux naturellement parler des incontournables rappels historiques que sont le pommeau de levier de vitesse en forme de balle de golf et la sellerie rappelant le tartan écossais. Pour la sportivité Volkswagen nous propose de superbes sièges baquets (CHF 1’620.-) et un volant sport à méplat recouvert d’Alcantara avec marquage rouge à 12 heures, le tout rehaussé de surpiqûres rouges du plus bel effet.

Le moteur 2.0L TSI de ce modèle anniversaire annonce 265 chevaux. Cela fait de la Clubsport la Golf GTI la plus puissante jamais produite. Comme si cela ne suffisait pas, une fonction « power boost » permet encore d’augmenter temporairement cette puissance de 10%. Un simple kick-down sur l’accélérateur libère ce surplus de puissance durant 10 secondes. La Clubsport dépasse alors les 290 chevaux et le 0 à 100km/h est abattu à 6.0 secondes. Sur notre voiture d’essai cette puissance est transmise aux roues avant via une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports mais il est également possible d’opter pour la fameuse boite DSG à 6 rapports (CHF 2’250.-).

Lors de la réception d’une nouvelle voiture d’essai, j’apprécie de pouvoir prendre mon temps pour soigner ma position de conduite tout en m’imprégnant de l’atmosphère qui s’y dégage. Comme souvent sur les voitures germaniques, l’espace est bien suffisant pour y caser ma grande carcasse et les bons réglages sont vite trouvés. Si bien que je me retrouve très vite l’index en l’air déterminé à presser le bouton « start ». Mon index aura pourtant largement le temps de repartir à la recherche de crottes de nez avant que je réalise, penaud, que 40 ans plus tard cette GTI anniversaire n’est toujours pas équipée de série du système de démarrage sans clé (CHF 450.-). Une mésaventure bien vite oubliée une fois la voiture en mouvement tant les premières impressions sembles positives. Cette sportive est étonnamment à l’aise en milieu urbain, même si on perçoit rapidement son désir d’émancipation. C’est donc avec sérénité et le sourire aux lèvres que je m’extrais de la ville pour prendre la direction de la montagne.

Au programme, un aller retour au Tessin par le col du Nufenen. La portion d’autoroute jusque dans le Haut-Valais me permet déjà d’affirmer que la GTI Clubsport est d’une polyvalence étonnante, surtout lorsqu’elle est équipée des suspensions adaptatives DCC (CHF 1’160.-), une option indispensable ! Lorsque le mode de conduite Normal est sélectionné, les suspensions sont déjà fermes, mais permettent de voyager confortablement. Cette impression s’amplifie encore lorsque que je quitte l’autoroute tandis que les sensations montent crescendo à mesure que la route se fait plus sinueuse. Le mode Race permet alors d’amplifier le son artificiellement via une enceinte dans le tableau de bord, la direction se durcit et le châssis devient carrément dur. Le moteur, linéaire, procure de puissantes accélérations sans trop d’à-coups dans le volant et l’agrément de la boîte mécanique à 6 rapports est irréprochable.

Nous voilà déjà au pied du col Nufenen. Cette exigeante ascension permettra de révéler le vrai potentiel de cette Golf GTI « anniversaire ». Dès les premières épingles je suis estomaqué par la facilité de négocier les virages et épingles. La GTI reste littéralement collée à la route ! Certes, le power boost n’est pas disponible sur les 2 premiers rapports, ce qui en plus de ménager la mécanique, doit avoir une influence favorable pour éviter le patinage, mais la motricité de cette traction est excellente. Et le train arrière suit avec une docilité très difficile à prendre en défaut. Aidé par sa direction très précise, il suffit de bien inscrire l’avant de l’auto dans le virage et, dès le point de corde, remettre la sauce pour s’en éloigner avec une efficacité redoutable. Au niveau du comportement dynamique, cette Golf GTI fait presque jeu égal avec la Honda Civic Type R qui m’avait bluffé sur le sujet. Les freins sont performants et endurant ce qui contribue à se sentir en confiance. Et finalement c’est l’alerte de température basse qui parviendra à canaliser mon ardeur.

Changement de terrain quelques jours plus tard, avec une balade sur les plus belles routes des vallées de l’Entremont avec en point d’orgue le fameux Col des Planches, théâtre de mémorable passe d’armes lors du Rallye du Valais. J’ai alors rencontré un terrain plus gras et même mouillé sur la route bosselée du Col des Planches. Logiquement, le différentiel à glissement limité mécanique ne parvient plus à réduire totalement le sous-virage en sortie, en revanche, même en la brutalisant un peu, le train arrière reste toujours cramponné au bitume. Ça en est presque frustrant… seul le passage des fameux ponts en bois auront fait dévier la GTI de sa trajectoire.

L’avis de Sport-Auto.ch

La Golf GTI a 40 ans et se porte à merveille, merci pour elle ! Pas de crise de la quarantaine en vue, bien au contraire ! Si Volkswagen lui offre une cure de vitamine, c’est juste pour fêter dignement cet anniversaire.

Avec près de 300 chevaux, la Clubsport est la Golf GTI la plus puissante de tous les temps, mais ce n’est pas forcément le plus impressionnant.  Avec son train arrière indéboulonnable, elle reste dans la plus pure tradition GTI. En quatre décennies elle s’est considérablement embourgeoisée, mais son ADN reste le même d’autant plus que Volkswagen a su garder une petite touche nostalgique.

Disponible à partir de CHF 41’250.-, la GTI Clubsport n’est pas la plus abordable de sa catégorie. Le modèle mis à disposition pour notre essai se monte à CHF 46’970.- ; un montant somme toute justifié au vu de la qualité de la présentation et des performances de ce modèle anniversaire très réussi.

sebastien[@]sport-auto.ch

 

Pour...
  • Comportement sécurisant
  • Finitions
  • Power boost
  • Polyvalence
  • Collector
Contre...
  • Sonorité artificielle
  • Comportement pas assez joueur

Technique / Tarifs

Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Remerciements

Merci à Volkswagen Suisse pour le prêt de cette Golf GTI Clubsport.

Print Friendly, PDF & Email