SEAT
LEON CUPRA ST

L’essai Sport-Auto.ch du 5 octobre 2017

Rédaction : Michael Esteves
Photographies : Guillaume Siegel

Celui qui cherche actuellement un break 4x4 à vocation « sportive » n’a pas pu passer à côté du modèle espagnol. Elle est proposée à un tarif imbattable à ce niveau de performances. Elle renoue avec la transmission intégrale, comme à ses débuts, dans les années 2000. Si la première génération était équipée d’un V6 2.8 de 204ch, celle qui nous intéresse aujourd’hui a perdu 2 cylindres. Elle a par contre gagné près de 100ch pour afficher les valeurs suivantes :

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

4x4
4 cyl. 2.0L turbo
300ch / 380Nm
1’470kg

Plus puissante Seat de série jamais produite, elle partage la base de la VW Golf R essayée dernièrement tout en lui rendant 10ch. Sa boîte DSG – l’unique transmission disponible – n’est pourvue que de 6 rapports, contre 7 pour sa cousine germanique. A noter que contrairement à cette dernière, la Seat Leon Cupra ST est disponible aussi en deux roues motrices (traction), en boîte manuelle ou DSG, à partir de CHF 41’950.-, contre CHF 45’550.- pour notre modèle d’essai à quatre roues motrices muni de la boîte DSG.

Rapidement, son design fait l’unanimité dans mon entourage, beaucoup de personnes se voyant volontiers à son volant. Les lignes de caisse tendues et l’éclairage à led apportent une touche très moderne. Les jantes en 19 pouces mériteraient juste un déport plus important pour mieux remplir les larges passages de roue. Je n’aurai certainement pas choisi la couleur Rouge Désire, mais je dois avouer qu’elle lui sied bien.

Belle surprise en prenant place à bord : de magnifiques sièges enveloppants en cuir/alcantara avec des renforts à motif carbone nous accueillent (CHF 1’050.-). Les panneaux de portes reçoivent une discrète rangée de LED, dont la couleur peut-être personnalisée. La prise en main du volant à méplat, muni de palettes, est excellente. Le tableau de bord reçoit dans sa partie supérieure un écran tactile de 8 pouces regroupant tout le multimédia. Il permettra de configurer à votre goût les nombreux paramètres de la voiture, d’afficher la navigation et la caméra de recul. L’affichage du mode sport affiche des manomètres qui permettent de surveiller la pression de suralimentation, les températures d’huile ainsi que le compteur de G. J’ai beaucoup apprécié la qualité du son distillée par les 10 haut-parleurs et le subwoofer du Seat Sound System (310.-). Je regrette par contre l’absence d’un véritable frein à main, remplacé par un bouton. Dans l’ensemble, l’excentricité espagnole a laissé place à la rigueur germanique.

Dans les options que je découvre pour la première fois, une base de recharge sans fil pour téléphone portable compatible est présente (CHF 250.-). Il est ensuite possible de le jumeler par Bluetooth, ou alors avec le câble pour profiter de toutes les fonctionnalités possibles offertes par Apple CarPlay ou Android Auto par exemple.

Prenons maintenant la route. Démarrage par le biais du bouton placé vers le levier de vitesse (Système sans clé à CHF 400.-). Première constatation, le son délivré par les 2 sorties d’échappement ne va pas réveiller le voisinage… Mode Cupra sélectionné, je prends la route. Même constat qu’avec la Golf R, le bruit moteur artificiel distillé par le Sound Aktor n’est vraiment pas une réussite. J’en viendrai presque à envier les bruitages fantaisistes proposés par le R-Sound Effect de Renault ! Heureusement, les qualités dynamiques me font vite oublier ce petit désagrément. La poussée est franche, et quasi ininterrompue grâce à la boîte à double-embrayage. Les premiers virages se profilent. Ils me permettent de constater que le châssis n’est pas dépassé par la puissance du bloc 2.0L turbo. L’amortissement piloté est excellent. La prise de roulis est contenue, malgré les près de 1’500kg de la bête, et c’est bien les pneus qui vont montrer les premières limites.

La route se poursuit avec des virages en lacets. La possibilité de déconnecter entièrement les aides à la conduite me permet de profiter entièrement de la transmission intégrale. Dès que l’avant perd de la motricité, le système Haldex fait passer la Leon d’une traction en une quatre roues motrices redoutable. L’arrière enroule, et permet de sortir vraiment fort des épingles. Au niveau du freinage, pas de mauvaise surprise : le mordant et l’endurance n’ont pas été pris en défaut lors de mon essai. Pour ceux qui désireraient se rendre sur circuit, le Pack Performance Plus, avec des freins Brembo 4 pistons et des gommes Michelin Pilot Sport Cup2, est disponible au tarif de CHF 4’130.-. Ce choix impose par contre les jantes en 19 pouces minimum, qui peut se révéler être un inconvénient dans le choix de roues d’hiver.

Le hasard du calendrier fait qu’au milieu de mon essai, je dois me rendre au Circuit de l’Anneau du Rhin pour l’essai de sa concurrente, la nouvelle VW Golf R. Afin de profiter au mieux du trajet, je sélectionne le mode confort. Et là, je découvre une nouvelle voiture, apte à avaler de longues distances sur l’autoroute. L’amortissement est beaucoup plus souple, les changements de rapports se font plus bas dans les tours, et le Sound Actor est mis au repos. Le pack de systèmes d’assistance au conducteur (CJF 820.-) rend la conduite très agréable. Grâce au radar, la distance par rapport au véhicule nous précédant est automatiquement maintenue. Et le Line Assist nous maintient dans la voie de circulation, système assez déroutant au début. Il ne faut maintenant plus oublier le clignotant pour pouvoir changer de ligne sans devoir « forcer » le volant. Et comme si ça ne suffisait pas, la reconnaissance des panneaux de signalisation indique en permanence dans le cadrant la vitesse maximale autorisée.
Les 216km qui me séparent de Bâle m’ont fait consommer une moyenne de 7,9l/100km. Cette valeur a pris l’ascenseur sur la courte portion d’autoroute allemande illimitée, qui m’a permis d’apprécier la tenue de cap à haute vitesse sans risquer la prison ! La consommation moyenne sur l’ensemble du test se monte à 9,7l/100km ; un score raisonnable au vue des performances et du poids de l’engin, et que l’on doit principalement à la distribution intelligente du couple du système Haldex (le 100% du couple étant envoyé aux roues avant par défaut). La VW Golf R s’en sortirait-elle encore mieux sur l’autoroute grâce à son 7ème rapport ? Nous aurons l’occasion de répondre à cette question prochainement.
L’avis de Sport-Auto.ch

Grâce aux primes attractives en vigueur, le modèle testé est affiché à CHF 44’720.- avec de nombreuses options (voir détails ci-après). Vu le niveau d’équipement, la qualité des finitions et les performances de cette spacieuse familiale, cela en fait pour moi le meilleur rapport qualité/prix du moment dans cette catégorie où la concurrence fait rage. Cerise sur le gâteau, malgré sa filiation germanique, le slogan «Auto Emoción» est toujours d’actualité !

michael[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Performances moteur/boîte
  • Confort et polyvalence
  • Equipements
  • Rapport qualité/prix
Contre...
  • 4×4 pas dispo en boîte manuelle
  • Frein à main électrique
  • Sound Aktor
Technique / Tarifs
Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.
Remerciements
Merci à Seat Suisse pour le prêt de cette Seat Leon Cupra ST.

Print Friendly, PDF & Email