AUDI
R8 SPYDER

L’essai Sport-Auto.ch du 10 novembre 2016

Rédaction : Laurent Missbauer
Photographies : D.R. Audi, Laurent Missbauer

Un des principaux atouts de l’Audi R8 Spyder est son moteur 10 cylindres atmosphérique. Outre le fait d’être puissant (540ch) et coupleux (540Nm), il distille une sonorité particulièrement envoûtante. Sport-Auto.ch a essayé cette proche cousine de la Lamborghini Huracan Spider en Espagne.

L’histoire de l’Audi R8 est celle d’une « success story » qui a débuté au Salon de Francfort de 2003 avec le prototype « Studie Le Mans quattro ». Celui-ci va donner lieu trois ans plus tard à une version de série, la R8, qui reprend ainsi la dénomination des Audi R8 de course victorieuses à cinq reprises aux 24 Heures du Mans, de 2000 à 2005, avant d’être remplacées à partir de 2006 par les R10, R15 et R18 qui ont permis à la firme aux quatre anneaux de s’imposer à 13 reprises dans la grande classique mancelle.

0-100km/h (s)

Vmax (km/h)

rapp. poids/puiss. (kg/ch)

4x4
10 cyl. 5.2L atmo
540ch / 540Nm
1’612kg

Après 27’000 exemplaires de la première version, produite de 2006 à 2015, la R8 de la nouvelle génération s’annonce encore plus aboutie. Surtout dans sa version Spyder qui a été dévoilée en première mondiale cette année au Salon de New York et que j’ai pu essayer cet automne en Catalogne. Contrairement aux Ferrari 488, Porsche 911 et autres McLaren 540C qui disposent de moteurs suralimentés, l’Audi R8 propose un V10 atmosphérique dont la sonorité procure « la chair de poule », pour reprendre les propos de l’ingénieur Tim Houben, responsable du développement de ce modèle à moteur central.

La couleur de la R8 Spyder dans laquelle je débute mon essai à l’aéroport de Barcelone a beau être « rouge dynamite », cette magnifique décapotable de 540ch s’avère très docile lors des premiers kilomètres d’autoroute qui vont m’emmener à proximité du magnifique massif montagneux de Montserrat. Il suffit pour cela de choisir le mode confort en tournant le bouton « drive select » sur le volant.

Ma voiture d’essai était équipée du volant Performance R8 avec quatre satellites de commande, une option à CHF 2’200.-. Outre le « drive select » et le mode performance symbolisé par un drapeau à damier, tous deux situés sur la gauche du volant, les deux autres satellites se trouvent sur la droite du volant. Il s’agit d’un bouton rouge qui permet d’allumer et d’éteindre le moteur et d’un bouton noir qui accentue la sonorité du moteur avec l’option « échappement sport » facturée CHF 2’480.-.

J’ai désormais quitté l’autoroute pour partir à l’assaut des grandes courbes situées au pied du massif de Montserrat. La boîte à double embrayage S Tronic  monte ses 7 rapports sans à-coups et le niveau sonore demeure très acceptable tant que je n’active pas le bouton « échappement sport » précédemment évoqué. Les routes étant pratiquement désertes, j’en profite pour vérifier à plusieurs reprises l’accélération phénoménale de cette nouvelle Audi R8 Spyder. Il ne lui faut en effet que 3.6 secondes pour passer de 0 à 100 km/h (contre 3.8 pour la précédente version). Au fur et à mesure que je monte en altitude, l’air se fait plus frais. A défaut de disposer, comme sur certaines Mercedes, du système d’écharpe virtuelle Airscarf qui diffuse de l’air chaud au niveau de la nuque par le biais de buses intégrées dans les appuie-tête, je referme brièvement le toit. Cette manœuvre dure 20 secondes et peut s’effectuer jusqu’à une vitesse de 50 km/h.

S’ils ne disposent pas du système Airscarf, les appuie-tête de la R8 Spyder renferment deux haut-parleurs Bang & Olufsen qui assurent « un excellent résultat acoustique, même au-delà de la barre des 200km/h », précise Audi. A proximité de l’ancienne course de côte de Montseny, il est temps de passer au mode performance. D’un coup de baguette magique, le passage des rapports s’accélère et l’ESP devient plus permissif. Ce dernier peut également être modifié à souhait : sec, pluie et neige. Tout est prévu pour une efficacité optimale, jusqu’au rapport de démultiplication de la direction. Celle-ci fait merveille sur la route côtière qui relie Sant Feliu de Guixols à Tossa de Mar, une succession de virolets où le châssis de la nouvelle Audi R8 Spyder ne prête le flanc à aucune critique.

Les pertes de motricité sont inexistantes, la transmission intégrale Quattro gérant à la perfection la distribution du couple entre les deux essieux : le couple peut être distribué à 100% sur l’avant ou sur l’arrière, comme c’est le cas par défaut lorsque les conditions sont optimales et que l’on ne sollicite pas toute la cavalerie. La rigidité en torsion du nouveau châssis a en effet été augmentée de 50% par rapport à la Spyder de la première génération. Un vrai bonheur, ce d’autant plus que les freins n’ont jamais été pris en défaut.

Alors que mon essai touche à sa fin du côté de Lloret de Mar, l’heure est au bilan. La sonorité envoûtante du 10 cylindres atmosphérique et la facilité de conduite font incontestablement partie des « plus » de la nouvelle Audi R8 Spyder qui se démarque de la concurrence par une image très innovante, à commencer par celle de son tableau de bord Audi Virtual Cockpit qui affiche les informations avec des graphiques 3D haute définition sur un écran de 12 pouces. Toute cette technologie est en contradiction avec la volonté d’Audi de continuer à implanter un moteur atmosphérique, ce pour le bonheur des puristes adeptes des hauts régimes !

Au chapitre des « moins », on mentionnera une certaine absence de noblesse. Aston Martin, Ferrari ou Lamborghini, laquelle appartient au constructeur aux quatre anneaux, sont en effet des marques encore plus exclusives qu’Audi. Certains clients, prêts à débourser CHF 219’900.- pour une Audi R8 Spyder, pourraient ainsi être tentés par un blason plus élitaire. Les dirigeants allemands en sont conscients et ont mis sur pied une nouvelle stratégie. Désormais, les R8 et les modèles RS ne sont plus de simples Audi mais des Audi Sport qui doivent être vendues dans des agences ad hoc. Il est ainsi prévu d’ouvrir chaque année de nouveaux centres Audi Sport exclusifs. Le premier d’entre eux vient d’être inauguré à Dubaï.

L’avis de Sport-Auto.ch

Plus puissante et plus économique que l’ancien modèle, la nouvelle Audi R8 Spyder V10 est une très belle réussite. Moins ostentatoire que sa proche cousine Lamborghini Huracan Spider, elle saura séduire une clientèle qui privilégie une certaine discrétion et qui ne tient pas nécessairement à s’afficher au volant d’Aston Martin, Ferrari, McLaren, Porsche et autres Lamborghini. Ultra technologique et ultra efficace, elle saura tout de même draguer les puristes grâce à la sonorité et l’agrément de son moteur V10 atmosphérique.

laurent[@]sport-auto.ch

Pour...
  • Audi Virtual Cockpit
  • Sonorité envoûtante du V10 atmosphérique
  • Une certaine discrétion
Contre...
  • Une image moins élitaire que ses concurrentes
  • Absence d’un système pour réchauffer la nuque
  • Le prix de certaines options

Technique / Tarifs

Si le document ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Remerciements

Merci à Audi Suisse pour l’essai de cette Audi R8 Spyder V10 540ch « rouge dynamite ».