Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Entretien avec Christian Blanchard qui participera au Rallye International du Valais

Christian Blanchard a fait au début de l’année l’acquisition d’une nouvelle voiture. Après la BMW M3 E30 et la S1600, c’est au volant d’une Ford Escort RS 1800 MK2 qu’il s’alignera au Rallye du Valais. Au volant de sa nouvelle voiture, le Vaudois a pris part uniquement à un rallye, en s’offrant un podium dans la catégorie historique suisse. Christian Blanchard sera pour la quatrième fois de sa carrière au départ du Rallye International du Valais, mais pour la première fois dans la catégorie des historiques. Avant le départ, le pilote vaudois a gentiment accepté de répondre aux questions de Sport-Auto.ch. Christian, comment s’est déroulée la prise en main de ta toute dernière acquisition ?

« Je n’ai pas beaucoup roulé avec la voiture jusqu’ici (le Critérium Jurassien, et la journée « Rally for Smile », où j’ai roulé une trentaine de kilomètres), mais la voiture me va bien, je me suis assez vite senti à l’aise au volant dès les premiers kilomètres. Je vais changer de monte pneumatique pour le Rallye International du Valais, et passer en Pirelli. On verra ce que ça donne directement au shakedown, car je n’ai malheureusement absolument pas le temps de faire des essais avant. »
Un premier Valais dans la catégorie des véhicules historiques pour toi, l’abordes-tu de ce fait différemment ?
« Oui, le fait de rouler en historique a de bons côtés : on se prend moins la tête qu’en moderne, où on veut faire des résultats. Ici, seul le plaisir compte. Si les résultats suivent, tant mieux, mais l’objectif est bien le plaisir avant tout. Donc si on n’a pas le temps de faire des essais, on n’en fait pas un drame. On sera prudents au début, du moins pendant 1 km 😉 …et tout se passera bien. J’aborde donc ce rallye avec décontraction. D’ailleurs, je vais rouler pour la toute première fois en 22 ans avec un autre navigateur : Manu Guex prendra la place de Fred Helfer dans la voiture. Nous avons fait quelques essais de notes sur la route et tout s’est bien passé, je suis donc 100 % confiant pour la course. »
Que penses-tu de ce rallye, du parcours, des nouveautés ?
« Je me réjouis de rouler sur les spéciales valaisannes. Je trouve que la première étape est vraiment costaude pour les équipages en moderne, car la spéciale de la Croix-de-Cœur de nuit risque de faire des dégâts dans les effectifs, notamment si la météo est la pluie ou la neige. Les historiques ne rouleront pas sur cette spéciale, ce qui ne me dérange pas plus que ça. Mes objectifs seront simples, me faire plaisir et assurer le spectacle, sans me mettre dans le décor 😉
As-tu des projets pour 2020 ?
La Haute-Route des Alpes à vélo au mois d’août (800 km, 24 cols et 23’000 m de dénivelé en 8 jours). Pour le rallye, j’évalue actuellement de remplacer la caisse de ma voiture pour prendre une version asphalte – plus légère. Si je fais le pas, je ne serai pas forcément présent en début de saison à cause des travaux sur la voiture, mais à partir de l’été pour 2-3 rallyes. »
  Crédit photo : Baptiste Aebi – Sport-Auto.ch]]>

Related posts