Vide
Jok 160X600

RIV – Rallye international du Valais, C’est parti !

C’est sur le coup des 14h15 qu’a débuté la première spéciale du 54e Rallye du Valais. Au programme de cette première journée, 3 épreuves chronométrées. La première, disputée du côté de Montana, a vu les deux sociétaires du Peugeot Rally Academy, Craig Bren et Jérémi Ancian, signer le scratch avec un temps identique. Les Peugeot 207 S200 ont avalé les 11 kilomètres de spéciale en 7’26’’1. Les conditions sont rendues très piégeuses par un asphalte particulièrement glissant.

La deuxième spéciale du jour a conduit les concurrents dans la région d’Anzère pour une spéciale de 13 kilomètres. Sur le parcours de liaison, Craig Breen et Jérémi Ancian, les co-leaders de l’épreuve, ont été retardés par des travaux, puis ont eu maille à partir avec la police valaisanne. Du coup, ils ont pointé en retard au départ de l’ES2. Loin d’être déconcentré, l’Irlandais signe un nouveau temps scratch, 5,3 secondes devant Jérémi Ancian. Finalement, aucune pénalité ne sera infligée pour le retard à l’ES2 car la plupart des concurrents ont pointé en retard.

Par contre, les deux pilotes Peugeot vont faire une nouvelle erreur en pointant en avance à la spéciale des Casernes. Cette fois, les pénalités tombent : 2 minutes pour l’Irlandais et 3 minutes pour le Français. Tous deux plongent dans les profondeurs du classement général : nul doute que leur remontée sera passionnante à observer.

La journée s’est clôturée par la fameuse spéciale des Casernes. 6,18 kilomètres de spéciales disputés dans une ambiance de fête en ville de Sion. C’est le moment qu’ont choisi les Skoda Fabia S2000,  discrètes sur les deux premiers chronos, pour signer un doublé. Le Finlandais Esapekka Lappi précédant de 8,5 secondes le Tchèque Jaroslav Orsak.

Au terme de cette première étape, on retrouve un surprenant leader en la personne de l’Autrichien Andreas Aigner. Au volant de sa Subaru Impreza R4, il s’est montré particulièrement régulier, si bien qu’il pointe en tête du classement général ce soir.

Andreas Aigner : « Ça va très bien, il est agréable de conduire sans pression. Nous avons obtenu le titre de la Coupe de Production à Sanremo, donc pour moi c’est bien de conduire ici juste pour tester les pneus et m’amuser. Les conditions étaient assez bonnes pour la Subaru, c’est très glissant et j’ai parfois l’impression d’être sur la glace ; j’ai donc été vraiment surpris au premier virage. Jusqu’ici tout va bien, je me régale. »

L’Autrichien devance le Finlandais Esapekka Lappi (Skoda Fabia S2000) de 3″7. Premier Helvète, Olivier Burri (Ford Fiesta RRC) complète le podium provisoire. Il accuse 22,3 secondes de retard sur le leader, mais avoue avoir de la peine à prendre la mesure de son bolide pour l’instant.

Olivier Burri : « La journée n’a pas été bonne pour moi. Je n’ai pas pu faire d’essais et je manque de feeling. Je freine trop du pied gauche, je n’ose pas lâcher la voiture. Ici, c’est le manque de kilomètres par rapport aux autres qui me pénalise, je n’ai pas roulé avec cette voiture depuis sept mois. Je ne peux pas me libérer et entrer dans les courbes comme je le devrais, je n’ai pas confiance dans le train avant pour l’instant. »

Derrière ce trio de tête, on trouve, 4e, Vasily Gryazin (Ford Fiesta S2000), suivi des Peugeot 207 S2000 de Grégoire Hotz, de Sébastien Carron et de Nicolas Althaus.

La course reprendra demain matin dès 9h45 avec, au programme de la 2e étape, 3 spéciales (Vercorin, Veysonnaz et Nendaz) disputées à deux reprises avant que la spéciale des Casernes de Sion ne vienne clôturer la journée.

Crédit Photos @Sport-Auto.ch /Massimo Prati

]]>

Related posts