Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

FIA WEC – Un nouveau podium pour Sébastien Buemi, 2e aux 4 Heures de Silverstone

La nouvelle saison d’endurance 2019-2020 a débuté ce dimanche, aux 4 Heures de Silverstone, de la même manière que la précédente saison 2018-2019 s’était terminée, à savoir par un doublé des Toyota TS050 Hybrid. Vainqueur lors des 24 Heures du Mans, le Vaudois Sébastien Buemi a terminé cette fois-ci 2e.

On prend les mêmes et on recommence. C’est ainsi que l’on pourrait résumer le coup d’envoi ce week-end, à l’occasion des 4 Heures de Silverstone, de la première épreuve du championnat du monde d’endurance 2019-2020. Par rapport aux dernières 24 Heures du Mans, ultime épreuve de la super-saison 2018-2019, on relèvera toutefois que si Sébastien Buemi fait toujours équipe avec le Japonais Kazuki Nakajima, le Néo-Zélandais Brendon Hartley a succédé à l’Espagnol Fernando Alonso en tant que troisième pilote de la Toyota TS050 hybride numéro 8 du pilote vaudois.

L’arrivée de Brendon Hartley, qui débutait chez Toyota à Silverstone, a-t-elle privé Sébastien Buemi d’une nouvelle victoire? On l’ignore! Ce qui est certain, c’est que la lutte pour la victoire entre la Toyota numéro 7 de Pechito Lopez-Mike Convway-Kamui Kobayashi et la Toyota numéro 8 de Sébastien Buemi-Kazuki Nakajima-Brendon Hartley a tenu en haleine les 49’600 spectateurs jusqu’au terme des 4 heures de course. Les deux voitures de tête japonaises ont en effet échangé leurs positions à de nombreuses reprises jusqu’à ce que la numéro 7 ne s’impose avec moins de deux secondes d’avance sur la numéro 8.

La troisième marche du podium est revenue à la Rebellion LMP1 numéro 3 du Rebellion Racing qui court avec une licence suisse, le siège de l’écurie se trouvant à Romanel-sur-Lausanne. Ses trois pilotes Nathanaël Berthon-Pipo Derani-Loïc Duval ont terminé avec un tour de retard sur les deux Toyota de tête et quatre tours d’avance sur la Ginetta LMP1 du Team LNT laquelle n’a précédé que d’une petite seconde l’Oreca LMP2 de l’écurie suisse Cool Racing.

L’Oreca du Cool Racing, pilotée par les Genevois Nicolas Lapierre et Antonin Borga s’offre une belle victoire en LMP2 – avec 49 secondes d’avance sur l’Alpine A470 officielle – pour ses débuts en WEC!

On notera que la seconde Rebellion LMP1, la numéro 1 confiée à Bruno Senna-Gustazo Menezes-Norman Nato, a été retardée par une crevaison. Elle a dû ainsi se contenter du 10e rang au classement général et de la 5e place en LMP1.

Sachez enfin que Porsche a signé le doublé en LMGTE en plaçant les deux 911 RSR de Gianmaria Bruni-Richard Lietz et de Michael Christensen-Kevin Estre devant l’Aston Martin Vantage AMR d’Alex Lynn-Maxime Martin et la Ferrari F488 GTE Evo de James Calado-Alessandro Pier Guidi. Une fois de plus, la lutte pour la victoire dans la catégorie LMGTE a été longtemps indécise, les quatre premières voitures franchissant la ligne d’arrivée dans un mouchoir de quinze secondes après quatre heures de course.

On relèvera enfin pour conclure qu’un pilote domicilié dans le canton de Vaud figure dans chacun des trois équipages ayant terminé ces 4 Heures de Silverstone aux trois premières places. Il s’agit de l’Argention Pechito Lopez, domicilié à Mies (VD) depuis plusieurs années, de Sébastien Buemi, qui habite à Aigle (VD) et à qui la commune d’Aigle lui a décerné la bourgeoisie d’honneur l’année passée après sa victoire aux 24 Heures du Mans, et du Français Loïc Duval, domicilié depuis plusieurs années à Nyon (VD).

Le prochain rendez-vous de la Saison 8 du WEC aura lieu le 6 octobre au Japon, dans le cadre des 6 heures de Fuji.

Péchitio Lopez, vainqueur sur la Toyota TS050 Hybrid numéro 7: « On ne pouvait pas rêver d’un meilleur début de saison pour Toyota. La course a été très disputée et les écarts ont été très serrés avec la Toyota numéro 8. La présence de la pluie a passablement compliqué les choses mais Mike (Conway) et Kamui (Kobayashi) ont effectué un très bon boulot. Quant à moi, j’ai dû piloter pendant le dernier relais et repousser jusqu’au bout les assauts de (Kazuki). Je suis très satisfait de cette victoire, surtout pour Mike (Conway) qui évoluait à domicile et qui n’avait jamais réussi jusqu’ici à s’imposer à Silverstone. »

Sébastien Buemi, 2e sur la Toyota T050 Hybrid numéro 8: « Ce doublé est parfait pour Toyota. Je vise cependant toujours la victoire mais je ne peux pas me plaindre. La course a été très disputée et Brendon (Hartley) a effectué du bon travail pour sa première course avec nous. Ce n’était pourtant pas facile car il a dû composer avec des pneus slicks et un essuie-glace défectueux quand il a plu lors du premier relais. Au bout du compte, nous avons réussi à ne pas commettre d’erreurs et avons constamment lutté avec l’équipage de la Toyota numéro 7 que je félicite pour sa victoire. Nous étions vraiment très proches et nous aurons une bonne occasion de prendre notre revanche dès la prochaine course à Fuji. »

Nicolas Lapierre, 4e au classement général et vainqueur en LMP2: « C’était une course très particulière pour nous car nous avons dû nous passer de notre troisième pilote, Alex (Coigny), blessé la veille de la course lors de la manche de l’ELMS. Notre course a par ailleurs été mouvementée. Antonin (Borga) a dû composer dès le début avec une crevaison, ce qui a décalé toute la stratégie que nous avions mise en place. Nous avons toutefois bien joué sur les choix de pneumatiques et les changements de stratégie avec la pluie. L’équipe a été hyper rapide, efficace et performante. Franchement chapeau à tous car c’est grâce à eux que nous avons pu prendre la tête de la course. Ensuite nous avons creusé l’écart autant que possible pour assurer le drive through dont j’ai écopé. Il y a eu un petit couac lors de la sortie de la voiture de sécurité mais cela ne nous a finalement pas empêchés de remporter notre première course en WEC avec une bonne marge. C’est super et très motivant pour la suite de la saison. »

Antonin Borga, 4e au classement général et vainqueur en LMP2: « C’est juste fantastique, et un peu irréel… Participer à la qualification en LMP2 était déjà impressionnant pour moi, ensuite prendre le départ d’une course en LMP2 était mon plus grand moment en sport auto jusqu’à présent. Enfin, terminer sur la plus haute marche du podium en LMP2 est tout simplement fantastique. Tout au long de la course, j’ai beaucoup pensé à Alex (Coigny) car cela devait être dur pour lui de ne pas participer. Et là, je dois dire que je suis juste fier de ce qu’on a fait et de l’équipe qui nous a permis de le faire. Et pourtant toute la chance n’était pas de notre côté, nous avons subi deux crevaisons, un drive through et donc trois arrêts de plus que nos concurrents. Après notre déconvenue de la veille en ELMS, nous avons aussi joué la carte de la prudence car cela est primordial en endurance. Je suis ravi, même si je ne réalise pas encore très bien ce qu’il m’arrive. »

Les résultats complets

Crédits des photos: Toyota, Rebellion-Eric Fabre, Cool Racing, Alpine et Porsche

]]>

Related posts