Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Monte Carlo J1 : Loeb devant, Burri et Althaus au taquet et Reuche à la faute.

6T1G4278 Sébastien Loeb en patron ![/caption] Fin de la première des quatre étapes du Rallye Monte Carlo où, du Casino de Monaco, les concurrents ont rallié Gap dans les Hautes-Alpes la nuit dernière. Loeb tient la tête de la course, suivi, à 13,3 secondes, par Ogier. Burri premier des Suisses, suivi de Hirschi, puis Vukasovic et Althaus. Reuche à la faute. Après près de 40 km de chrono en 2 épreuves spéciales dans des conditions spécialement piégeuses, notamment une première épreuve complètement verglacée, mieux valait savoir gérer et ne pas prendre de risques pour seulement terminer. A ce jeu-là, Sébastien Loeb/Daniel Elena (Citroën), partis en 14ème position, s’adjugeaient le scratch, devant Ott Tänak/Raigo Mõlder (Ford) et Sébastien Ogier/Julien Ingrassia (VW). Conditions moins extrêmes dans l’ES 2, où la neige n’était pas de la partie. Après le passage du Col du Corobin et au terme de la descente sur Digne-les-Bains (ES 2), c’est Ogier qui s’adjuge le scratch, devant son coéquipier chez VW, Jari-Matti Latvala, Loeb prenant la 3ème place. Ce dernier conserve la tête de la course avec 13,3 secondes d’avance sur Ogier. Du côté du clan helvétique, le « vétéran » Olivier Burri, assisté aux notes par Fabrice Gordon, sur la Ford Fiesta R5, pointe ce soir au 18e rang au général (avec près de 7 sec. d’avance sur Craig Breen (Peugeot)). Sport-Auto.ch était ce soir à Gap pour l’arrivée de la première étape et a tendu le micro aux Suisses de tête pour connaître leurs premières impressions :

[caption id="attachment_14390" align="alignright" width="300"]Olivier Burri – Fabrice Gordon  / Ford Fiesta R5 Olivier Burri – Fabrice Gordon / Ford Fiesta R5[/caption] Olivier Burri : Un peu frustré; pour la 1ère spéciale, j’avais une voiture beaucoup trop rigide et n’ai pas pu rouler comme je l’espérais. J’ai pu rouler vite dans le « très vite », mais je pense que j’aurais pu aller encore nettement plus vite. Dans la 2, le set-up était bon, mais on a eu une alarme de température dans la montée, on a dû faire les 3 derniers kilomètres au sommet sans le boost et attendre que la température rebaisse pour remettre la post-combustion, donc là on lâche au minimum entre 10 et 15 secondes, sinon, on faisait un putain de temps ! Mais bon, le rallye est encore long. On verra… mais j’aurais bien voulu faire le scratch des R5 ce soir.
Deuxième équipage helvétique, Jonathan Hirschi/Vincent Landais (Peugeot 208 T16) pointent ce soir 25e au général et 8e du WRC-2 :
[caption id="attachment_14389" align="alignright" width="300"]Jonathan Hirschi  – Vincent Landais / Peugeot 208 T16 Jonathan Hirschi – Vincent Landais / Peugeot 208 T16[/caption] Jonathan Hirschi : Dans la 1ère spéciale, c’était très surprenant; j’avais l’impression d’être à nouveau au Jännerrallye, vu les conditions : c’était vraiment glace et neige. Je pense donc que nous avions fait le bon choix, avec les pneus clous. Après, pour la 2ème spéciale, il y a eu très peu de neige, un petit peu de glace en haut du col, mais pour le reste, bitume avec quand même des grosses cordes où c’était très sale. C’est un rallye tellement long; cela ne sert donc à rien de partir le couteau entre les dents. Pour notre première participation, ce serait vraiment dommage d’abandonner, sur un rallye aussi magnifique. Je pense aux 3 dernières spéciales le dernier jour, qui sont personnellement mes préférées, j’ai envie d’y rouler ! donc, je ne ferai pas de bêtise d’ici là (sourire).
Suivent Laurent Vukasovic/Steve Groux (Ford Fiesta R5) et Cédric Althaus/Jessica Bayard (Peugeot 208 R2), qui ne sont séparés que de 3 petits dixièmes, classés respectivement 49e et 50e au classement provisoire.
[caption id="attachment_14391" align="alignleft" width="300"]Laurent Vukasovic – Steve Groux  / Ford Fiesta R5 Laurent Vukasovic – Steve Groux / Ford Fiesta R5[/caption] Laurent Vukasovic : Première spéciale très très difficile, on n’a jamais roulé dans des conditions pareilles avec cette voiture, mais ça s’est encore pas trop mal passé. Par contre dans la 2e, on a été médiocres, trop prudents en fait; on aurait dû choisir une autre cartographie qui nous aurait permis d’être plus à l’aise avec l’auto. Donc, on va aller crescendo, je crois que c’était un peu « la soirée pour voir ».
A la 80e place, on retrouve Claude-Alain Cornuz/Jessica Robert, tandis que Maurice Brera/Pierre-Alain Forestier sont relégués à la 91e place (nous tenterons de savoir ce qu’il s’est passé, mais Claude-Alain Cornuz nous a dit l’avoir vu arrêté dans l’ES1 peu après le départ). Pour Laurent Reuche/Jean Deriaz, c’est hélas l’abandon dès la première spéciale sur une erreur d’appréciation. C’est une énorme déception pour le pilote des Brenets :
Laurent Reuche : Je suis parti sur un rythme prudent et sans excès. La route était verglacée mais je me sentais plutôt à l’aise, sans en faire trop. Au moment d’aborder la première partie de la descente j’ai gardé de la marge et tout s’est bien déroulé. Dans une courbe qui refermait un peu, je me suis laissé piéger alors que je commençais à trouver mes marques. Je suis vraiment très très contrarié de cette erreur, qui n’est pas dans mes habitudes. Je m’en veux terriblement au vu de tous les efforts engagés autour de ce projet et de n’avoir pas pu honorer la confiance mise en moi par le promoteur du Clio R3T Alps Trophy, Renault Sport Technologies et Chazel Technologie. Nous allons maintenant essayer de ramener la voiture à l’assistance et évaluer les dégâts. Si les réparations sont possibles dans les délais, nous tenterons de repartir en « super rallye ».
Au programme de la journée de vendredi, près de 130 km de chrono répartis en 6 spéciales (2 boucles de 3 différentes) au nord de Gap. Crédits photos : Massimo Prati      
]]>

Related posts