Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

GT World Challenge – Raffaele Marciello remporte l’endurance Cup

Deux semaines après s’être assuré le titre général du GT World Challenge, Raffaele Marciello et ses coéquipiers de la Mercedes d’Akkodis ASP ont assuré le titre pilotes et équipe de l’endurance Cup dans une saison qui les a vu s’imposer dans l’épreuve principale à savoir les 24h de Spa.

Pourtant, la partie était loin d’être gagnée puisque la Ferrari n°71 d’Iron Lynx, principal adversaire, s’élançait de la pole position et, en cas de victoire de cette dernière, l’équipage de la Mercedes devait terminer au deuxième rang pour s’assurer le titre. Mais, si la Ferrari, pilotée en début de course par Alessadro Pier Guidi, s’échappait en tête durant la première heure alors que la Mercedes de Marciello n’occupait qu’une place entre la sixième et la huitième, la fin de deuxième relais de la Lamborghini n°63 de l’Emil Frey racing pouvait redonner espoir au pilote Suisse et ses coéquipiers.

En effet, la Lamborghini prenait l’avantage sur la Ferrari peu avant les derniers changements de pilote. Néanmoins, Iron Lynx reprenait l’avantage sur l’équipe suisse à l’issue des ravitaillements mais, entre temps, au bénéfice d’une excellente stratégie, la Porsche n°54 du Dinamic Motorsport avait pris l’avantage sur la Ferrari n°71 et occupait donc la tête de la course au début de la dernière heure. Et, si la Porsche semblait hors de portée de la Ferrari et le titre se diriger vers Akkodis Asp, l’abandon de Rahel Frey et de ses coéquipières sur bris de boite de vitesse, faisait entrer la voiture de sécurité et réduisait les écarts, alors que la suissesse et les Iron Dames perdait les chances de titre en Gold Cup dans cet abandon.

Au restart, Matteo Cairoli, au volant de la Porsche, reprenait l’avantage alors que, dans le peloton, Raffaele Marciello se retrouvait sous la pression de Frédéric Vervish, le coéquipier de Nico Müller, pour la cinquième place. Mais, l’ultime fait de course provenait de la dernière minute quand Matteo Cairoli perdait toute son avance sur une petite faute et la Ferrari se retrouvait dans les échappements de la Porsche. Mais, au final, le pilote Porsche conservait l’avantage et franchissait la ligne d’arrivée en tête devant la Ferrari n°71 et la Lamborghini n°63 du Emil Frey Racing troisième. Quatrième sur la ligne, Ricardo Feller sur l’Audi n°32 du Team WRT avec Charles Weerts et Dries Vanthoor précédaient la Mercedes n°88 Akkodis Asp des nouveaux champions de l’Endurance Cup : Raffaele Marciello, Daniel Juncadella et Jules Gounon alors que Nico Müller et ses coéquipiers complétaient le top 6 devant l’Audi de Lucas Légeret et Patric Niederhauser.

Pour le natif de Zürich Raffaele Marciello, le titre en Endurance Cup vient compléter celui acquis quelques jours plutôt dans le classement général de la série : « Je suis vraiment très heureux. Avec Akkodis Asp j’essaie de remporter ce championnat depuis de nombreuses années. Et, maintenant, nous l’avons fait. Et, nous avons remporté le doublé avec le titre au classement général du GT world Challenge et l’Endurance Cup. C’est fantastique. »

Alors que les Iron Dames semblaient bien parties pour remporter le titre en Gold Cup, leur abandon, ainsi que différents faits de course dans la dernière demi-heure offrait le titre final à la McLaren n°7 d’Inception Racing malgré une crevaison en fin de course. Enfin, la couronne équipe du Pro-Am revenait à SPS Automotive Performance après avoir remporté la dernière course de l’année, alors que le titre pilote revient à l’équipage de la Ferrari n°52 d’AF Corse.

Résultats

Crédits photos : ; citation : Mercedes-AMG

Related posts