Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Une année de transition pour Sébastien Berner

Sébastien Berner a signé une saison de rallye 2019 remarquable, ce qui lui a permis de remporter la première édition du Trophée Michelin. Le Valaisan aura fait parler son expérience au volant de la Citroën DS3 R3 pour remporter ce championnat, malgré l’impasse faite sur la première manche. Pour cette saison, le Valaisan a vendu sa DS3 et va observer les nouveaux bolides afin de déterminer lequel il souhaiterait acquérir. Sport-Auto.ch a pu s’entretenir avec Sébastien Berner. Sport-Auto.ch : Peux-tu te présenter brièvement ?

Sébastien Berner : « Je m’appelle Sébastien Berner, je suis originaire et habitant de Vétroz depuis 41 ans. Je suis marié et j’ai deux enfants. J’exerce les métiers de moniteur d’auto-école et d’arboriculteur. Pour ce qui est du rallye, j’ai fait mon baptême lors du Rallye International du Valais en 2003 au volant d’une Peugeot 106 groupe N. Tout ceci ne me rajeunit pas… ensuite j’ai roulé une C2 R2 Max dans le cadre du Citroën Trophy. Finalement, je suis resté fidèle à la marque et j’ai roulé durant les cinq dernières saisons au volant d’une DS3 R3. »
Comment s’est déroulé ta saison 2019 ? [caption id="attachment_83488" align="alignright" width="300"] Sébastien Berner – Rallye du Valais 2018[/caption]
« C’était une année vraiment formidable. Tout d’abord en matière de quantité, puisque j’ai pu participer à quatre rallyes malgré un emploi du temps assez chargé. Puis en qualité, puisque nous avons remporté la première édition du Trophée Michelin avec mes copilotes Grégoire Chappot et Dominique Robyr. »
Est-ce que c’était un objectif de remporter ce trophée Michelin ?
« Nous n’y pensions pas du tout au moment de nous inscrire. Nous n’avions d’ailleurs pas fait le déplacement lors de la première manche, qui était le Rallye du Pays du Gier. Puis en cours de saison, nous avons compris que cela était jouable. Nous avons donc pris la décision de nous aligner sur le restant du championnat pour mettre toutes les chances de notre côté. Le bilan est plus que positif car nous avons fait de belles rencontres au sein du trophée, et avons découvert le Rallye du Mont-Blanc qui est juste magnifique. »
Quels sont tes projets pour 2020 ? [caption id="attachment_83486" align="alignleft" width="300"] La nouvelle Peugeot 208 R2[/caption]
« Je prévois en effet quelques changements puisque j’ai vendu ma fidèle DS3. Et comme à ce jour, je n’ai toujours pas de nouvelle monture pour 2020, je vais grimper les talus des spéciales pour voir rouler les copains. Pour ce qui concerne mes projets, je garde un œil ouvert sur la nouvelle catégorie rallye 4. Malheureusement, sans être inscrit à la 208 Rally CUP, les délais de livraison de la Peugeot plombent toute la saison 2020. D’un autre côté, il y a également bientôt la Renault Clio qui va arriver avec peut-être un trophée à la clef. Je pense qu’il ne faut pas se précipiter. Nous allons observer la nouvelle Peugeot 208 et attendre que les éventuels défauts de jeunesse soient réglés. »
Pourquoi préfères-tu les achats aux locations ?
« Tout d’abord, j’apprécie le luxe de m’installer dans ma voiture comme je le fais dans mon canapé. Tous les réglages sont déjà faits et les automatismes sont là dès les premiers kilomètres. Ensuite, c’est une question de confiance. J’ai eu la chance de rencontrer il y a déjà quelque temps la fine équipe du Garage Moix. Je leur accorde une totale confiance et je sais que je n’ai plus qu’à rouler et à m’éclater. »
Quel serait ton rêve si tu devais rouler avec une voiture actuellement ?
« Sans trop d’hésitations, je dirais une saison complète en Citroën C3 R5. Les résultats au Monte-Carlo nous prouvent son efficacité. Pour parfaire le tout, je trouve son look terrible. Mais ça restera un rêve, à moins que je gagne au loto. Et comme je n’y joue pas… »
Crédit photo : Sébastien Montagny]]>

Related posts