Vide
Jok 160X600

Jérémy Siffert: deux fois 2e en Espoir à Pau

Pour son second week-end de compétition dans le championnat de France Sprint Cup by Funyo, après ses débuts au mois de mars à Mugello, le Fribourgeois Jérémy Siffert (19 ans) s’est rendu en France, à Pau. Il y a notamment terminé deux fois 9e au classement général, les deux fois en se classant 2e dans la catégorie Espoir réservée aux pilotes de moins de 25 ans.

C’est sur le circuit urbain de Pau, au sein de l’équipe HMC Racing, que Jérémy Siffert a pris part le week-end dernier à quatre courses du championnat de France Sprint Cup by Funyo. Celui-ci regroupe une vingtaine de pilotes qui s’affrontent avec des voitures identiques, en l’occurrence des protos ouverts propulsés par un moteur Peugeot 308 GTI de 270 ch. Les pilotes de moins de 25 ans concourent dans la catégorie Espoir.

Lors de la première course, samedi à midi, Jérémy Siffert a terminé à une honorable 9e place au classement général et au 2e rang dans la catégorie Espoir. Lors de la deuxième course, il a en revanche été retardé par un problème de turbo qui lui a fait perdre un tour complet aux stands. Il a ainsi terminé bon dernier, mais est quand même parvenu à signer le 7e meilleur temps en course. Dimanche matin, la pluie était de la partie pour la troisième course. Jérémy y a à nouveau obtenu une honorable 9e place au classement général, assortie du 2e rang dans la catégorie Espoir. La piste a séché pour la quatrième et dernière course du week-end. Jérémy Siffert, qui s’est élancé en dernière position, est parvenu à remonter jusqu’à la 10e place. Un tête-à-queue devait toutefois le reléguer au 13e rang. C’est le métier qui rentre et Jérémy peut être fier d’avoir terminé chacune des quatre courses au programme sur ce circuit urbain qui, à l’image de celui de Monaco, n’est pas des plus faciles, surtout pour un débutant.

Le prochain week-end de compétition de Jérémy Siffert est agendé à Dijon, du 7 au 9 juillet. Ensuite, ce sera Lédenon, du 22 au 24 septembre, puis la grande finale, du 13 au 15 octobre, sur le circuit de Spa-Francorchamps. Pour la petite histoire, on relèvera que Jérémy Siffert n’était pas le premier Siffert à déjouer les pièges du circuit de Pau. Son père Philippe Siffert avait en effet couru au Grand Prix historique de Pau en 2015, au volant d’une Van Diemen RF79 de Formule Ford. Quant à son grand-père Jo Siffert, il y avait disputé en 1962 sa deuxième course de F1 lors d’une épreuve ne comptant pas pour le championnat du monde de la spécialité. Il s’y était classé 7e au volant de la Lotus 21-Climax de la Scuderia Filipinetti. Jo Siffert reviendra à Pau en 1963. Des problèmes de freins le contraignirent cependant à l’abandon après 16 des 100 (!) tours que comptait la course à l’époque.

Ecrit par : Wolfgang Hugentobler ; Crédit des photos: Wolfgang Hugentobler

Related posts