Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

FIA WEC – Sébastien Buemi, Brandon Hartley et Kazuki Nakajima remportent les 8h de Portimao

Le deuxième rendez-vous du FIA WEC 2021, les 8h de Portimao, allait se conclure par un doublé de Toyota, lequel célèbre de la plus belle des manières la 100ème course d’endurance de Toyota. Et, pour la deuxième fois cette saison, la victoitre est revenu à Sébastien Buemi, Brandon Hartley et Kazuki Nakajima.

Dans la catégorie LMP1, l’Alpine de Nicolas Lapierre s’élançait de la pôle position et démontrait rapidement que, l’ancien prototype du Rebellion Racing était le plus rapide en piste, comme en témoigne le meilleur tour en course. Mais, si l’Alpine était la plus performante en course, les deux Toyota prenaient largement le dessus en consommation puisque les deux prototypes japonais affichaient des relais proches d’une heure alors que Nicolas Lapierre et ses coéquipiers étaient contraint de réaliser des relais de 45 à 50 minutes.

Dès lors, à mi-course, l’Alpine affichait un arrêt supplémentaire et il fallait l’intervention de la voiture de sécurité, suite à l’ensablage d’une LMP2, pour remettre Nicolas Lapierre dans la lutte pour la tête. Au restart, le pilote franco-suisse partait même à la chasse au Toyota et prenait la deuxième place avant de rentrer aux stands. Et, sans nouvelle intervention de la voiture de sécurité, les deux Toyota caracolaient en tête s’offraient le doublé, Sébastien Buemi, alors au volant de la n°8 lors du dernier relais, franchissant la ligne d’arrivée devant la voiture sœur :

Sébastien Buemi : « Je suis ravi que nous l’ayons emporté aujourd’hui après une lutte intense. Nous étions sur une stratégie différente de la n°7 et c’est ce qui a fait la différence. Dès le premier relais, je suis parvenu à faire un très long stint tout en étant en course pour la tête. Et, lorsque que la voiture de sécurité est entrée, cela nous a permis d’éviter un splash and go en fin de course et ce fut un moment clé. J’essayais d’économiser au maximum le carburant tout en étant dans le bon rythme. Ensuite, le full course yellow a permis à la numéro de revenir au contact, mais c’est la course. »

Troisième, Nicolas Lapierre et ses coéquipiers Matthieu Vaxiviere et André Negrao complétaient le podium tout en s ‘étant vaillamment battus. Mais la différence de consommation était telle que la différence de performance en piste était insuffisante. Mais, outre ces trois concurrents déjà vu à Spa en mai, l’épreuve Portugaise fut également les grands débuts de l’Hypercar de la Scuderia Cameron Glickenhaus en compétition. Malgré encore un manque de performance, l’auto se situant à un peu plus d’une seconde, la voiture a roulé une bonne partie de la course malgré un changement de l’embrayage, qui coûta une heure de réparation, qui faisait suite à un accrochage en piste.

Dans la catégorie LMP2, tout semblait mal parti pour l’équipe Jota avec un accrochage dès le départ. Mais, par la suite, les deux autos de l’équipe allaient remonter au classement, et, profitant des pénalités survenu à l’Oreca du Team WRT qui menait en milieu de course, c’est finalement le doublé qui s’offrait à l’équipe en LMP2, non sans une lutte pour la victoire entre les deux voitures dans les derniers tours, au profit de Felix da Costa, Anthony Davidson et Roberto Gonzalez au volant de la n°38.

Si le United Autosport complétait le podium, il faut noter la cinquième place de la catégorie pour Louis Delétraz sur la voiture du Inter Europol Competition malgré de gros problèmes de pneumatiques subis par le pilote Genevois. Septième du LMP2 et vainqueur en classe Pro-Am, Mathias Beche et le RealTeam Racing faisaient briller les couleurs suisses dans la catégorie.

Dans la catégorie GTE Pro, la course fut assez limpide. Et si c’est une Porsche, la n°92, quio s’élançait de la pole de la catégorie, rapidement les deux Ferrari officielles allaient prendre le meilleur sur les GT de Stuggart et Alessandro Pier Guidi et James Calado remportaient la victoire devant la voiture sœur, Neel Jani et ses coéquipiers de la Porsche n°92 complétant le podium, mais sans parvenir à suivre le rythme des Ferrari sur un relais complet.

Neel Jani : « Ce fut une course très difficile pour nous. Nous avons connu de gros problèmes avec les pneus surtout au plus fort de la chaleur entre midi et trois heures. Et, dans cette période, Ferrari a pu s’échapper. Après, nous n’avions plus d’espoir pour la victoire, mais nous restions en lice pour la deuxième place. Et, nous avions bon espoirs mais le full course yellow en fin de course a permis à notre adversaire de s’arrêter aux stands sans perdre de position. Et cela à mis un terme à nos espoirs, quel dommage. »

Enfin la catégorie GTE Am revenait à la Ferrari du Cetilar Racing devant la Porsche du Team Project 1 et la Ferrari n°54 de Thomas Flohr et de ses coéquipiers. Rahel Frey et ses coéquipières Iron Dame étaient également au départ et les féminines allaient démontrer pleinement leur place dans le peloton, la Ferrari n°85 ayant pointé, à un moment, en tête de la catégorie, avant de finir à la septième place de la catégorie. Enfin, notons que l’équipe Tessinoise Kessel Racing a pris la cinquième place de la catégorie.

Classement final

Prochain rendez-vous du FIA WEC du 16 au 18 juillet avant le grand rendez-vous des 24h du Mans au mois d’août.

Crédit photo : Vitor Almeida/Sport-Auto.ch

Related posts