Yokohama 160×600
Vide

Claude Gachnang, le «C» de Cegga n’est plus

« La famille et les proches de Claude Gachnang ont le profond chagrin de vous annoncer son décès survenu le mardi 20 avril dans sa 88e année. » Tel a été le début de l’annonce mortuaire publiée aujourd’hui dans le quotidien vaudois « 24 Heures ». Les passionnés de sport automobile se souviendront de Claude Gachnang avant tout en que constructeur des voitures de course Cegga – cet acronyme signifiant Claude et Georges Gachnang, Aigle – mais également en tant que grand-oncle du pilote Sébastien Buemi et de sa cousine Natacha Gachnang.

« L’histoire de Cegga ressemble à un joli conte de Noël, le conte de deux frères, Claude et Georges, qui habitent dans un pays où les courses en circuit sont interdites et qui, malgré cette interdiction, ont construit de magnifiques voitures, les Cegga, dont des Cegga-Ferrari et des Cegga-Maserati », avions-nous écrit il y a quelques années.

Aujourd’hui le « C » de Cegga n’est plus mais les voitures Cegga sont toujours là. A commencer par la Cegga-Maserati Birdcage Tipo 61 que Claude et son frère Georges Gachnang nous avaient présentées à Aigle à la fin de l’année 2015. Si Georges Gachnang, en plus d’aider son frère Claude à construire les Cegga, s’est également distingué en tant que pilote, Claude Gachnang a avant tout été mécanicien, constructeur et plus tard chef d’atelier du garage familial «Gachnang Automobiles» qu’il avait co-fondé à Aigle.

On soulignera qu’une Cegga-Maserati a même participé en 1962 au Grand-Prix de F1 de Pau où s’étaient donné rendez-vous les plus grands noms du sport automobile avec Jim Clark, Jack Brabham, Jo Siffert, Jo Bonnier, Jo Schlesser, Ricardo Rodriguez, Lucien Bianchi et Maurice Trintignant. Ce dernier, au volant d’une Lotus de l’écurie de Rob Walker, remporta cette course qui ne comptait pas pour le championnat du monde de la spécialité. Maurice Caillet, qui pilotait la Cegga-Maserati, ne parvint certes pas à se qualifier, mais cela importe peu finalement.

Avec Georges Gachnang à son volant, mais également avec Philippe Panis, le père de l’ancien pilote de F1 Olivier Panis, les Cegga remportèrent de nombreux succès en course de côte. Par la suite, le virus du sport automobile de Georges Gachnang fut transmis tout d’abord à son fils, Olivier Gachnang, et à son beau-fils, Antoine Buemi, et, un peu plus tard, également à leurs enfants respectifs, à savoir Natacha Gachnang et Sébastien Buemi. Et si les Cegga n’ont finalement pas brillé au firmament du sport automobile mondial, il en a été bien différemment pour Sébastien Buemi.

Petit-neveu de Claude Gachnang, Sébastien Buemi n’a pas seulement remporté à trois reprises les 24 Heures du Mans sur Toyota (2018, 2019 et 2020) il a également disputé trois saisons de F1 chez Toro Rosso (2009, 2010 et 2011) en y marquant de nombreux points et en menant même la course au Grand-Prix du Canada de 2010. A cette occasion, le pilote aiglon avait tenu en respect la Ferrari du double-champion du monde Fernando Alonso pendant sept tours. En fin de course, il s’était même permis de doubler le septuple champion du monde Michael Schumacher – qui ne l’avait précédé que de 436 millièmes de seconde sur la grille de départ (Schumi 13e en 1’16’’492 et Buemi 15e en 1’16’’928) – avant de franchir la ligne d’arrivée à une brillante 8e place synonyme de quatre points.

Claude et Georges Gachnang ont occupé leur retraite à reconstruire quelques-unes des voitures les plus emblématiques de leur jeunesse. C’était notamment le cas de la Cooper Monaco qu’ils ont terminée en 2011 pour les 80 ans de Georges, lequel l’a ensuite conduite au Mans Classic 2012 avec sa petite-fille Natacha Gachnang et Greg Martin, un ami de la famille.

En 2015, pour les festivités marquant la carrière plus que cinquantenaire de la Scuderia Cegga, Claude et Georges Gachnang ont reconstruit une Cegga-Maserati Birdcage Tipo 61. Appelée Birdcage (cage à oiseaux en français) en raison de son châssis multitubulaire réalisé avec de petits tubes d’aluminium, cette Maserati fêta deux de ses plus grands succès en remportant les 1000 Km du Nürburgring aussi bien en 1960, avec l’équipage Stirling Moss-Dan Gurney, qu’en 1961 avec le duo Masten Gregory-Lloyd Casner. En 1961, les 1000 Km du Nürburgring avaient notamment vu Georges Gachnang et Maurice Caillet y courir avec une Cegga-Ferrari 250 TR.

Claude Gachnang est certes décédé mais beaucoup de ses voitures lui ont survécu, à commencer par la Cegga-Maserati Birdcage Tipo 61 précédemment évoquée, la Cegga-Maserati formule libre de 1964 et le proto Cegga-Maserati de 1968. Ce dernier propulsé par le moteur Maserati utilisé par Jo Siffert en F1, à l’époque des Cooper-Maserati de Rob Walker, a été pilotée lors de la course de côte historique 2007 d’Ollon-Villars par Sébastien Buemi. La rédaction de Sport-Auto.ch présente à la famille et aux proches de Claude Gachnnang ses plus sincères condoléances.

Crédits des photos: Laurent Missbauer et archives

Related posts