Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Sébastien Buemi à nouveau victorieux aux 24 Heures du Mans

Le pilote vaudois Sébastien Buemi a gagné pour la quatrième fois de sa carrière les 24 Heures du Mans. Le pilote d’Aigle (VD), associé au Néo-Zélandais Brendon Hartley et au Japonais Ryo Harakawa sur la Toyota GR010 Hybrid numéro 8, s’est en effet imposé avec deux minutes d’avance sur la Toyota GR010 Hybrid numéro 7. Les deux Glickenhaus 007 LMH ont respectivement terminé en 3e et 4e position avec respectivement cinq et dix tours de retard.

 

Avec ce quatrième succès dans la course d’endurance la plus célèbre au monde, Sébastien Buemi fait dorénavant partie des neuf pilotes ayant remporté le plus de victoires aux 24 Heures du Mans. Seuls Tom Kristensen (9 succès), Jacky Ickx (6) ainsi que Derek Bell, Frank Biela et Emanuele Pirro, tous trois avec cinq victoires, ont fait mieux que Sébastien Buemi. Ce dernier, avec désormais quatre victoires, a rejoint le Belge Olivier Gendebien, ainsi que les Français Henri Pescarolo et Yannick Dalmas qui, tout comme Sébastien Buemi, ont couru tous les trois en F1.

 

Cette expérience de la F1 n’était pas de trop pour Sébastien Buemi: «C’était en effet très serré avec la voiture sœur pendant longtemps. Il n’y a jamais eu plus de 20 secondes d’écart pendant 15 heures et c’était vraiment très dur. J’étais usé de prendre autant de risques et de pousser tout le temps à fond. Heureusement que la voiture numéro 7 a eu un petit problème. Cela nous a permis de respirer un peu.»

Et cette respiration a fait d’autant plus de bien à Sébastien Buemi qu’il n’était pas en grande forme à la mi-course: «Cette nuit, je n’étais pas bien du tout. Je ne sais pas pourquoi. Cela ne m’était jamais arrivé. J’avais mal au ventre et j’ai même eu des nausées. Je suis ainsi très content d’avoir quand même réussi à mener à bien mon travail dans la voiture.»

 

Outre Sébastien Buemi, un autre pilote romand était très satisfait au terme des 24 Heures du Mans. Il s’agissait du Genevois Louis Delétraz. Il a en effet terminé sixième au classement général et deuxième en LMP2 avec l’Italien Lorenzo Colombo et le Polonais Robert Kubica lequel est toujours pilote de réserve en F1 chez Alfa Romeo Sauber. Après deux tours d’horloge, seules 2’21’’ ont séparé l’Oreca de Louis Delétraz de l’Oreca victorieuse en LMP2.

Huitième au classement général et 4e en LMP2, un autre pilote genevois s’est distingué au Mans. Il s’agit de Mathias Beche qui n’a terminé qu’à un tour des vainqueurs de la catégorie. Il était associé au pilote néerlandais Tijmen Van der Helm ainsi qu’à son compatriote Nyck de Vries, le pilote d’usine de Mercedes en Formule E.

Nyck de Vries n’a été intégré qu’à la dernière minute dans l’Oreca de Mathias Beche. Il a en effet remplacé le pilote amateur Philippe Cimadomo qui a été interdit de départ. Pour quelles raisons? Philipe Cimadomo (62 ans) avait provoqué un accident lors de la première séance des essais libres et n’était pas loin d’en causer un deuxième dans cette même séance à l’entrée des stands, ont répondu les commissaires qui ont estimé qu’il n’avait pas le niveau adéquat pour participer à une épreuve telle que les 24 Heures du Mans. 

 

On n’oubliera pas de préciser que, sur les 186 pilotes présents au départ des 24 Heures du Mans, il y a de nombreux pilotes amateurs, dont également plusieurs pilotes suisses.

 

24h du Mans 2022 :

Classement général

Classement par classes

Crédit Photos ©Vitor Almeida – Sébastien Moulin /Sport-Auto.ch

 

 

 

Related posts