Vide
Jok 160X600

Rallye Monte Carlo 2023 – Interview Jonathan Hirschi avant la course et galerie des essais

Les Champions suisses des rallyes 2022, Jonathan Hirschi et Michaël Volluz, s’élanceront jeudi prochain du port de Monaco. Avant sa deuxième participation au Monte Carlo, Jonathan nous a accordé une interview où il nous parle de sa préparation, de ses objectifs ainsi que de la saison à venir. Sport-Auto.ch était présent aux essais de la Polo rouge et blanche.

 

Jonathan, tu sors d’une séance d’essais sur deux jours. Comment ça s’est passé ?

C’était nickel. On a pu tester un peu toutes les conditions avec du sec, humide, du gel et même la neige. On a pu faire les kilomètres voulus et ça s’est bien passé. On s’est bien mis en jambes et on a pu adapter la voiture pour qu’elle soit la plus efficace possible en fonction des conditions.

Michaël n’étant pas disponible pour ces essais, c’était aussi l’occasion de rouler avec Sarah Lattion. C’est toujours bien d’avoir un navigateur suppléant en cas de problème. Sarah a déjà roulé avec mon ouvreur, Joël Pitteloud, et c’était l’occasion pour nous de rouler ensemble. C’était un peu déboussolant au début mais au final, ça a été. Avec Michaël, on s’est bien trouvé. C’est une chance. On s’entend bien et on est assez complémentaires.

 

Tu as également couru le Rallye du Dévoluy avec Michaël. Comment ça s’est déroulé ?

C’était bien. On fait un super résultat même si on était loin de Gryazin. Lui a déjà fait le Dévoluy plusieurs fois et il est très rapide. Il y avait Loubet aussi (NDLR : Pierre-Louis, nouveau pilote titulaire en WRC avec M-Sport – Ford). On a même fait quelques chronos dans les temps de Loubet. On était satisfait du rallye et du résultat (NDLR : 2ème place finale).

Les routes étaient assez similaires au Monte Carlo. L’asphalte et les conditions aussi. On a eu du roulage sur le sec, la neige et aussi de nuit.

 

Dans le cadre du Championnat suisse des rallyes 2022, tu as roulé en pneus Michelin. Pour le Monte Carlo, vous êtes contraints de rouler en Pirelli. Comment se passe ton adaptation à ces gommes ?

On a eu besoin d’un petit temps d’adaptation. On a aussi roulé en Pirelli au Dévoluy et ça s’est bien passé. Le feeling est différent et on a dû faire quelques adaptations au niveau du pilotage et de l’exploitation de la voiture. Après, les clous sont similaires d’une marque à l’autre vu qu’on est limité en nombre de clous sur le pneu. C’est surtout sur les pneus extra-tendre que c’est différent. On a peaufiné nos réglages mais ce n’était pas fou non plus. On n’a pas refait un setup complet.

 

Quel sera ton objectif sur le Rallye Monte Carlo ?

La première chose, c’est déjà de terminer. Après, on va rouler à un bon rythme. En championnat du monde, il ne faut pas trainer… Le but est de ne pas faire d’erreur, faire de bons choix de pneus et surtout prendre du plaisir.

 

 

 

Après le Monte Carlo, est-ce que tu as déjà prévu ton programme pour la saison 2023 ? Tu repars pour un Championnat suisse ? Est-ce que tu continues aussi ton implication sur circuit ?

Non, rien du tout pour l’instant. En fait, le Monte Carlo, c’est un peu notre fin de saison 2022. C’est une chance inouïe. On va déjà finir le Monte et puis on fera le point.

J’aurais l’opportunité de rouler aux 24h du Nürburgring et de faire une partie du championnat NLS. On va discuter avec le Team pour savoir quand la voiture sera prête et quelles courses on pourrait faire. Après, on verra si on fait quelques piges en rallye ou plus. Ça va dépendre des dates aussi.

Ce que je peux dire c’est que, même si c’est encore loin, j’aimerais refaire le Rallye International du Valais.

 

Et tu comptes poursuivre avec la Polo R5 ?

Il y a de nouvelles voitures mais il faut déjà voir si elles sont disponibles et puis il y a la mise au point à faire. La Polo est une bonne voiture dans laquelle je suis bien calé. Je devrais être naturellement plus performant avec elle maintenant donc on va sûrement poursuivre avec la Polo.

A ton avis, qui sera le favori pour le championnat suisse des rallyes 2023 ?

Sûrement un peu les mêmes (qu’en 2022). J’espère qu’il y aura encore plus de pilotes pour jouer la victoire. Coppens a prouvé sa vitesse. S’il a un peu plus de chance avec sa stratégie de pneus, il sera encore devant. Michellod est encore en progression, il n’est pas encore à maturité. Je crois qu’il y a de vrais bons concurrents.

 

 

Galerie photo des essais

 

Crédits photographiques : Nuno Ferreira / Sport-Auto.ch

Related posts