Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Jérôme de Sadeleer au départ du Dakar 2022 au volant d’un Buggy

Dès ce week-end, Jérôme de Sadeleer sera au volant du buggy (Classe T4) du Team Galag, une nouvelle équipe saoudienne lors du prochain Rallye Dakar 2022. Pour ce qui sera son premier Dakar, le suisse sera navigué par un vétéran du Dakar : Michael Metge. Après une carrière réussie en moto, il se concentre désormais sur la navigation en tant que copilote. Ensemble, ils ont terminé 3e de la Baja Aragon l’été dernier et ont également terminé avec succès le Rallye du Maroc. Quant au rôle de team manager, il sera assuré par un certain Cyril Neveu, légende du rallye-raid et 5 fois vainqueur du Dakar.

 

A quelques jours du départ, Sport-Auto.ch a joint Jérôme de Sadeleer, déjà sur place en Arabie Saoudite.

Bonjour Jérôme, pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Je m’appelle Jérôme de Sadeleer, je suis né à Lausanne il y a 33 ans, mais j’ai grandi à Gstaad. Je viens d’une famille qui vit le sport automobile avec passion. Mon père a fait de la course et mon frère Hugo est pilote professionnel.   

Comment se retrouve-t-on au départ d’une des courses automobile les plus difficile au monde, qui plus est, dans un team dirigé par un quintuple vainqueur de l’épreuve ?

J’ai un ami saoudien qui a voulu créer une équipe pour disputer le Dakar. Il m’a chargé de trouver le matériel et les personnes susceptibles de monter ce programme. Je me suis approché de Cyril Neveu et ensemble on a trouvé MMP Compétition, la structure française qui s’est chargé de construire notre buggy. On est parti de zéro pour bâtir une équipe complète capable aujourd’hui de s’engager au Dakar.

Quelle est votre expérience en course automobile ?

J’ai fait de la compétition de karting étant jeune mais c’est véritablement en 2016 que je me suis lancé dans le course automobile. Ayant déménagé en Angleterre, je me suis lancé dans le championnat national de sport prototype Radical où je gagne une course dès le premier meeting. En 2019 je deviens vice-champion mais en parallèle je continue à profiter de toute les bonnes opportunités qui s’offrent à moi comme les 25h de Fun Cup ou des courses de voitures historiques. Depuis cette année je fais du rallye. Mon premier rallye « hors-piste » était la Baja Aragon où je fini 3ème  avant le Rallye du Maroc qui a été avant tout un entrainement grandeur nature en vu du Dakar.

Vous allez affronter les dunes au volant d’un buggy de la classe T4, pourquoi ce choix ?

Le Buggy T4 doit respecter les dimensions et la motorisation d’un véhicule d’origine. Cela permet de réduire par trois environ le budget d’exploitation par rapport au T1. Cette année le parcours est très axé sur les dunes et le sable, des conditions où le Buggy T4 excelle.

Pouvez-vous nous dire deux mots sur votre copilote et la complicité qui vous unis ?  

J’ai une énorme chance de pouvoir bénéficier de l’expérience incroyable de Mike Metge, un ancien pilote d’usine moto qui a, entre autres, déjà sept Dakar à son actif avec des victoires d’étapes. Il a décidé d’arrêter la moto mais souhaite continuer à s’impliquer et à vivre le rallye raid. La partie copilote lui permet d’utiliser tout son savoir en navigation, connaissances du terrain et même mécanique. J’ai beaucoup de chance, l’avoir à mes côtés est un atout incroyable d’autant plus qu’on s’entend extrêmement bien dans la voiture.

A quelques jours du départ, comment vous sentez vous ? 

J’ai fait une bonne préparation physique, mais je suis un peu fatigué. Je vais donc profiter des cinq jours avant la course pour reprendre des forces et me reposer au maximum afin d’être au top pour le départ le 2 janvier. Je suis extrêmement motivé et je réalise que j’ai énormément de chance de pouvoir me lancer dans cet aventure.

Quel sont vos objectifs sur ce Dakar 2022 ?

L’objectif est de faire un TOP 10 en T4. C’est très ambitieux mais pas irréaliste même s’il faudra un peu de chance et beaucoup de patience. Aujourd’hui je me promenais dans le paddock parmi les pilotes contre lesquelles je vais devoir courir et je me disais que le niveau est vraiment impressionnant, avec les meilleurs pilotes de rallye. Donc le but est vraiment de faire un TOP 10, mais je sais que ce ne sera pas facile.   

Crédit des photos : ©Marcin Kin & ©Rally Zone

 

Related posts