Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

6 H de Spa: Toyota s’impose devant Alpine – Abandon de Buemi

Les 6 Heures de Spa, deuxième épreuve du championnat du monde d’Endurance FIA-WEC, ont vu la Toyota numéro 7, pilotée par Mike Conway, Kamui Kobayashi et Pechito Lopez, s’imposer ce samedi 7 mai avec 27 secondes d’avance sur l’Alpine pilotée par le Franco-Suisse Nicolas Lapierre, associé au Brésilien André Negrao et au Français Matthieu Vaxivière. Le Vaudois Sébastien Buemi a dû quant à lui abandonner après 90 minutes de course alors qu’il était pointé en tête. Sa Toyota numéro 8 a en effet immobilisée par une panne du système d’hybridation.

Victorieux lors de la manche inaugurale de Sebring, le Genevois Nicolas Lapierre et ses coéquipiers d’Alpine ont su surmonter les pièges d’une course perturbée par la pluie et trois interruptions pour s’offrir leur huitième podium consécutif dans le Championnat du monde d’endurance FIA-WEC. La marque française se rendra ainsi aux 24 Heures du Mans, agendées les 11 et 12 juin, en étant en tête du championnat du monde.

Nicolas Lapierre: « C’était une course solide de la part de toute l’équipe même si la pluie a passablement compliqué les chose. Il est difficile de tirer des enseignements clairs sur notre niveau de performance dans ces conditions changeantes, mais il était important pour nous d’aller au bout sans commettre de fautes afin d’arriver en confiance aux 24 Heures du Mans dans un mois. J’ai hâte d’y être », a relevé le pilote genevois dont le meilleur résultat dans la grande classique mancelle fait état de deux 3e places.

Si sa première 3e place avait été obtenue en 2014 sur une Toyota dont il partageait le volant avec Sébastien Buemi et Anthony Davidson, sa seconde 3e place date de l’année passée où il avait terminé derrière les deux Toyota de tête. Cela déjà sur Alpine et avec les mêmes coéquipiers de cette année.

Philippe Sinault, Team Principal d’Alpine: « Après Sebring, ces 6 Heures de Spa ont bien montré à quel point ce début de saison est compliqué. Nous nous en sortons cependant très bien. Tant d’un point de vue opérationnel que comptable. Nous avons par ailleurs bien appréhendé les ajustements de la Balance of Performance. Je retiendrais en outre la sérénité et le calme régnant dans nos rangs en dépit des conditions parfois diluviennes. Ce huitième podium démontre que notre voiture et nos pilotes sont extrêmement fiables. J’en suis très fier au moment où nous nous tournons vers notre deuxième participation aux 24 Heures du Mans dans la catégorie reine. Nous sommes conscients que nous maîtrisons mieux notre sujet qu’il y a une année et cela va dans le sens de nos ambitions. C’est une vraie fierté d’arriver au Mans en tête du championnat. »

Si la satisfaction était donc de mise chez Alpine, il n’en allait pas de même chez Sébastien Buemi. Il était certes tout sourire sur le muret des stands lorsque la Toyota numéro 7 de ses coéquipiers franchissait victorieusement la ligne d’arrivée, mais regrettait amèrement les ennuis mécaniques qui l’avaient contraint à l’abandon.

Sébastien Buemi : « Je suis bien entendu déçu car la victoire était à notre portée. Je suis néanmoins très content de la victoire de la voiture numéro 7. Ses pilotes ont vraiment fait un excellent travail et cela a permis à Toyota de remporter sa première victoire de la saison. Nous devons maintenant comprendre ce qui a provoqué l’abandon de notre voiture et espérer que nous serons en mesure de nous battre pour la victoire au Mans. »

 

Le Vaudois Sébastien Buemi n’a pas été le seul pilote suisse à ne pas connaître la réussite escomptée à Spa. Cela s’appliquait également au Genevois Louis Delétraz et au Bernois Nico Müller, respectivement 10e et 16e au classement général ainsi que 7e et 10e en LMP2. Même constat pour les Alémaniques Thomas Flohr (photo Laurent Missbauer), Niki Leutwyler et Rahel Frey, respectivement 4e, 5e et 11e en LMGTE AM.

Résultats

Crédits des photos: FIA WEC, Michelin, Alpine, Toyota, Laurent Missbauer, Vitor Almeida et Jean-Luc Patars

Related posts