Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

WRC2022 – Rallye de Croatie – Interview Olivier Burri

Troisième manche du Championnat du Mondes Rallyes 2022, le Rallye de Croatie débute ce jeudi du côté de Zagreb. Olivier Burri sera à nouveau de la partie. Après sa deuxième place lors du dernier Rallye Monte Carlo, il se confiait à Sport-Auto.ch dans une interview où il confirmait justement vouloir rouler en Croatie. Il y sera bien présent afin de lutter pour un bon résultat dans le cadre du championnat WRC2 Master où il peut raisonnablement viser un titre de champion du monde.

 

Le jurassien compte parmi les favoris à la victoire finale aux côtés des Mauro Miele, Freddy Loix et autres pilotes très expérimentés en mondial. L’italien Miele ayant enchainé les deux premières manches du championnat mène largement le classement général de la catégorie avec 43 points (contre 18 pour Burri). Rappelons toutefois que le nombre de rallyes où chaque participant est autorisé à marquer des points se limitent à 6 (5 en Europe et une manche bonus hors Europe).

 

Avant d’entamer sa deuxième manche de l’année, Olivier s’est à nouveau confié à Sport-Auto.ch pour parler de ses objectifs et ses projets pour l’année 2022. Il revient également sur la victoire au Critérium Jurassien de son fils Michaël.

 

 

En janvier dernier, tu nous parlais de ton intention de participer au Rallye de Croatie afin de viser un titre en WRC2 Master. On se réjouit de voir que tu as pu confirmer ton engagement. Peux-tu nous parler de tes objectifs en Croatie ?

On va essayer d’être devant dans la catégorie WRC2 Master. Comme à chaque fois, on y va en conquérants.

 

 

Tu reprends le même ‘combo’ qu’au Monte : Polo R5, pneus Pirelli (NDLR : obligatoires dans la catégorie) et Anderson Levratti. Quels sont les préparatifs que tu as prévu avant de rouler en Croatie et comment vas-tu gérer les soucis rencontrés au Monte Carlo avec l’essence imposée par la FIA ?

Déjà, on a restructuré l’équipe. On aura un coordinateur pour le Team. Avec Roger Tuning, on sera avec la structure de BMA (équipe qui fait rouler Grégoire Munster en mondial) avec qui on s’est associé. On aura un ingénieur qui va nous aider sur les consos aussi. On pourra également faire les choix de pneus ensemble. A part ça, on sera en essais lundi (18.04.22. NDLR : interview réalisée le samedi 16.04.22) pour tester la voiture. Je crois qu’on a trouvé une bonne config sur la Polo.

 

 

L’un de tes principaux adversaires cette année, Mauro Miele, sera également engagé en Croatie. Contrairement à toi, il a déjà roulé là-bas l’année passée. Est-ce que ça sera un avantage pour lui ou penses-tu pouvoir te battre avec lui ?

C’est clair qu’il va rouler avec des notes déjà corrigées, c’est un peu différent. Nous on commence le rallye à zéro. Après, le terrain là-bas est spécial. Wahouuu… il y a beaucoup de cordes, de terre et de pièges. On verra bien.

 

 

Au sortir du Monte Carlo, on avait cru comprendre que Freddy Loix et son navigateur Pieter Tsjoen participerait au championnat WRC Master. Son absence en Croatie est-elle une surprise pour toi ?

Non, d’après ce que je sais, ils vont rouler sur la terre. Apparemment, ils ont prévu le Portugal, la Sardaigne et la Turquie.

 

 

De ton côté, quelles sont les courses que tu as prévu pour ton programme 2022 ? As-tu déjà choisi quel rallye terre tu pourrais faire ?

On va y aller course par course. Déjà, on a été cherché le budget pour la Croatie. Si ça se passe bien là-bas, on va tâcher de trouver une rallonge pour Ypres et l’Espagne.

 

 

Pour finir, on vient de vivre un Critérium Jurassien atypique avec des conditions météorologiques difficiles. Tu étais présent au côté de ton fils Michaël qui l’a emporté avec Anderson. Comment as-tu vécu la course ?

Péniblement ! Quand ton fils roule, t’es toujours tendu. C’est stressant. Après, Micka était en confiance sur ce terrain. Il est performant quand c’est plus ‘pourri’. Il a une bonne dextérité là-dessus. Après, faut savoir que la voiture était ‘en panne’ sur pas mal de spéciales. Il y avait un problème de pression d’eau et il a dû rouler en ‘mode dégradé’ sur une bonne partie du rallye. Micka a su attendre la spéciale la plus ‘pourrie’ et dangereuse pour prendre l’avantage et profiter des erreurs des autres. Il était serein.

Je suis fier de lui. C’était un aboutissement alors qu’il n’a fait qu’une journée de test avant le rallye.

 

La rédaction de Sport-Auto.ch remercie une nouvelle fois Olivier pour sa disponibilité et lui souhaite plein succès dans la conquête d’un bon résultat en Croatie et, pourquoi pas, dans sa route vers un titre de champion.

 

Crédit photographiques :  Nuno Ferreira / Sport-Auto.ch

Related posts