Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Oberhallau – Eric Berguerand s’impose d’un souffle, Reto Meisel champion des voitures de tourisme

Si Reto Meisel a remporté le titre des voitures de tourisme à Oberhallau, l’épreuve a surtout été marquée par des luttes intenses pour la victoire au général et dans les différentes catégories.

Ainsi, jamais, les résultats ont été aussi serrés cette année ! Devant environ 15’000 spectateurs, Eric Berguerand et Marcel Steiner se sont livrés un duel au coude à coude lors de la cinquième manche du Championnat suisse de la montagne à Oberhallau. Tout à tour, les deux pilotes ont battu, à cinq reprises, le record de la piste, qui était précédemment de 1:08,00 minutes.

Cependant, le meilleur chrono d’Eric Berguerand lors de la deuxième manche a été annulé en raison d’un poids inférieur au poids minimum de 6,5 kilos sur sa Lola FA99.

Cela a mis une fois de plus Eric Berguerand sous pression pour la troisième et dernière manche. Mais le garagiste de Charrat, près de Martigny, s’est montré encore plus motivé. Un temps de 1:08,25 suffisait, mais sur la ligne, le chronomètre affichait 1:07,70 min soit 0,14 seconde du nouveau record du parcours établi le matin même. Il remporte ainsi sa quatrième victoire en 2022, ainsi que les deux points bonus du record de piste.

Eric Buergeurand : « J’ai eu l’impression que grâce à son poids, cette voiture a encore eu une meilleure tenue de route. Le week-end s’est très bien passé. Je suis très content. Marcel a mis une pression énorme. Je me réjouis maintenant de faire la finale au Gurnigel et j’espère que les conditions y seront aussi bonnes qu’à Oberhallau. »

A l’issue de cette épreuve, Eric Berguerand n’est plus qu’a un point d’un septième titre de champion avant Gurnigel.

Marcel Steiner, battu, a pris sa défaite avec philosophie. Par rapport au début de la saison, Marcel Steiner a gagné beaucoup de terrain sur Eric Berguerand.

Marcel Steiner : « Ça va de mieux en mieux. Mais ce n’est toujours pas suffisant. Mais nous avons encore une ou deux idées. En outre, il ne faut pas oublier que nous pesons 60 kilos de plus au total. Peut-être devrons-nous changer quelque chose à la carrosserie pour 2023… »

Derrière Eric Berguerand et Marcel Steiner, Robin Faustini a pris la troisième place du classement. En additionnant ses deux meilleures manches, il a manqué au pilote Argovien de l’Osella près de quatre secondes  :

« Je suis satisfait de ma performance », a déclaré Robin Faustini, qui a ainsi consolidé sa troisième place au championnat. « Mais il me manque de la puissance motrice sur ce parcours. » Robin Faustini a néanmoins gardé le contrôle sur Joël Volluz quatrième. « Pour moi, il reste constamment une bonne référence, car il roule avec un matériel identique. »

Michel Zemp a réalisé une belle performance. En classe supérieur 2 litres, il a été “Best of the Rest”. Le pilote de Langnau a manqué de peu de battre un nouveau record de classe. Celui-ci est toujours détenu par l’Autrichien Christoph Lampert, qui a toutefois été devancé par Michel Zemp, sixième au classement général. La 7e place est allée à Simon Hugentobler avec la Reynard 97D. Cette auto sera d’ailleurs également présente au Gurnigel, mais sera piloté par Joël Grand. Le Valaisan était, pour la dernière fois, dans son Osella PA21 JRB à Oberhallau. Et il lui a fait ses adieux avec un nouveau record de classe une 12e place au scratch.

Comme aux Rangiers, Joël Burgermeister s’est imposé face à Philip Egli pour la victoire dans la classe des moins de deux litres. Le pilote de Suisse orientale a été 1,3 seconde plus rapide (en additionnant les deux manches les plus rapides) que le roi du slalom de Glaris. En revanche, cette fois-ci, Roland Bossy n’a pas été capable d’égaler les chronos des deux plus rapides. Le Jurassien a toutefois réussi à se hisser au troisième rang, notamment suite à la sortie de piste de Christian Balmer avec sa Tatuus Formula Master lors de la deuxième manche et sans pouvoir prendre le départ de la troisième.

Dans les voitures de tourisme, la décision a été encore plus serrée qu’entre Berguerand et Steiner. Roger Schnellmann a remporté sa première victoire en 2022 avec seulement 11 centième de seconde d’avance sur Reto Meisel et sa puissante Mercedes SLK 340. Derrière lui, Romeo Nüssli s’est classé troisième. Avant même la prochaine et dernière course au Gurnigel, cette deuxième place a permis à Meisel de décrocher le titre de champion suisse de la montagne des voitures de tourisme :

« Je suis bien sûr ravi de ce titre », a déclaré Reto Meisel. « Malgré le record de la classe, cela n’a pas suffi pour gagner cette fois-ci. Mais je ne voulais pas non plus prendre trop de risques. Après tout, il s’agissait du championnat. Et nous l’avons déjà en poche à une course de la fin. »

Dans l’Interswiss, les deux pilotes de Porsche Bruno Sawatzki et Frédéric Neff se sont livrés à un nouveau duel. En réalisant le meilleur temps de la troisième manche en 1:22,10 min, Frédéric Neff a presque réussi à renverser la vapeur. Un battement de cils de trois centièmes de seconde les a finalement séparés. L’un d’entre eux devrait finir à la troisième place du classement général des voitures de tourisme.

Les matadors locaux ont également pu jubiler. Jürg “Sugi” Ochsner d’Oberhallau a remporté la victoire du jour dans sa catégorie au volant de son Opel Kadett. Il a distancé Philip Niederberger et Manuel Santonastaso de plus de deux secondes. La joie a sans doute été encore plus grande un village plus loin à Hallau – avec une deuxième place. Ainsi, après que Vanessa Zenklusen ait touchée les bottes de paille lors de la deuxième manche d’essai et que sa Subaru Impreza Type R ait été passablement endommagée, elle avait déjà tiré un trait sur la course du dimanche. Mais heureusement deux autres pilotes l’ont convaincue de remettre la voiture de course en état de marche pendant la nuit et l’ont aidée à réaliser ce miracle.

Hermann Bollhalder, de Wattwil, est resté juste au-dessus de son propre record dans la catégorie E1-3000 au volant de son Opel Speedster, tandis que Reto Steiner, au volant de sa Ford Escort, a battu ses concurrents chez les biplaces E1. Et, si Martin Bürki n’a pas encore remporté la coupe de la montagne, il faudrait énormément de malchance au Gurnigel pour que le champion de slalom 2022 puisse être rattrapé par Stephan Burri.

La Renault Classic Cup a également été serrée. Philipp Krebs n’a pris la tête que lors de la troisième montée, reléguant Denis Wolf, le champion en titre, à la deuxième place avec sept centièmes de secondes d’avance. Dans cette catégorie, la troisième place est allée à Michael Schläpfer. Jürg Brunner a eu de la chance dans son malheur. Le pilote de Hemberg a fait un tonneau après seulement deux virages lors de la première manche sans être blessé.

Enfin, dans la Coupe allemande de la montagne KW, la victoire du jour revient au favori Holger Hovemann au volant de sa “Dicken”, le surnom de son Opel Kadett C. Mario Minichberger et Erwin Buck sont deuxième et troisième du classement général toutes catégories confondues.

Classement

Crédit photo et communiqué ASS

Related posts