Yokohama 160×600
TSM 160 X 600
TSM 160 X 600
TSM 160 X 600

Il s’appelait Siffert, Jo Siffert – Le livre

Dimanche 24 octobre 1971,  Jo Siffert disparaissait dans un accident survenu à Brands Hatch au volant de sa BRM de F1. Du haut de mes trois ans, je n’en ai logiquement aucun souvenir. Quelques années plus tard, lorsque ma vie m’a conduit à Fribourg pour ma formation professionnelle, le mythe s’est révélé. Nous sommes au milieu des années 80 et une bien étrange fontaine vient d’être inaugurée aux Grand-Places de Fribourg.  La fontaine « Jo Siffert », une œuvre de l’artiste Jean Tinguely, en hommage à son ami pilote. Le jeune passionné de sport automobile que j’étais alors n’a pas manqué d’être intrigué. En réponse à mes questions, on m’a montré des images de ses funérailles et j’ai compris que Jo Siffert était un phénomène et qu’il le resterait certainement encore longtemps. Je devais en savoir plus…

Quelques jours plus tard, je vois un livre jauni par le soleil dans la vitrine d’un kiosque de la vielle ville : « Jo Siffert, tout pour la course ». J’entre discrètement et tend le bras dans la vitrine pour attraper l’objet de mon attention. La vendeuse ne dit mot, mais acquiesce d’un sourire. Je feuillette longuement le livre, en particulier les photos noir et blanc en qui me fascinent. Il a été écrit par Jacques Deschenaux, le commentateur des grands prix de l’époque, grand ami et confident du champion fribourgeois. Je repose délicatement le livre, mon budget d’apprenti me permettant tout juste de m’offrir un magazine. Je me dirige vers le comptoir, le dernier Auto Hebdo à la main, quand la vendeuse m’interpelle : « Tu t’intéresses à Jo Siffert ? ». Je lui explique mes récentes découvertes et, à la fin de notre de discussion, elle me lance: « Prends le livre en sortant. Je suis contente de te l’offrir… Jo était mon frère.».

L’année 2021 marque le 50e anniversaire de la disparition de Jo Siffert. Plusieurs événements, dont une exposition intitulée «Hommage à Jo Siffert» au Swiss Viper Museum de Givisiez, rendront hommage au pilote fribourgeois tout au long de l’année. Mais c’est également l’occasion de la sortie d’un nouveau livre : Il s’appelait Siffert, Jo Siffert

Jean-Marie Wyder, retrace dans ce livre le parcours exceptionnel de cet homme attachant qui s’était forgé son palmarès grâce à son talent, à sa persévérance et à sa combativité. Déjà co-auteur, avec Mario Luini, des deux tommes « Les pilotes Suisses de F1  » dans lesquels il consacre près de 150 pages à Jo Siffert, il a remis l’ouvrage sur le métier avec ce magnifique livre de 432 pages essentiellement axées sur l’iconographie. Plus de 600 photos, pour la plupart inédites et minutieusement légendées, mais également des coupures de presse et d’autres archives rarement vues.

Ce livre vous fera voyager dans les dix-sept pays que Jo Siffert visita tout au long de sa carrière.

Il s’agit d’un ouvrage différent qui ne remplace aucunement les précédents mais qui, à n’en pas douter, occupera une place de choix à leurs côtés dans les bibliothèques de tous les passionnés. 
 

 

IL S’APPELAIT SIFFERT, JO SIFFERT – HIS NAME WAS SIFFERT, JO SIFFERT

432 pages, 610 photos

Français et anglais

Auteur : Jean-Marie Wyder

Turbo Editions

ISBN : 978-2-8399-3057-4

Prix : sfr. 111.— (+ port et emballage)

Pour plus d’infos et pour le commander en direct : www.lespilotessuissesdef1.ch

Related posts