Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

24h Nürburgring – Alexandre Imperatori : « Cette piste c'est, un peu, une spéciale de rallye…  »

24hNbr16-IMGP6150Comme chaque année, Alexandre Imperatori va prendre le départ d’une épreuve qu’il adore, à savoir les 24 heures du Nüburgring au sein du Team Falken, équipe avec laquelle il reste sur deux très bons résultats lors des dernières éditions. Après les essais, il s’est entretenu avec nous pour parler de l’épreuve mais aussi du superbe début de saison avec le Rebellion racing.

Après avoir fini quatrième et troisième l’an passé, quelles sont tes ambitions pour cette édition ?

Alexandre Imperatori : « Bien sûr l’objectif serait de refaire les mêmes résultats, mais honnêtement ce sera très difficile en raison du plateau cette année. L’objectif initial est un top 10, avec de la chance un top 5, mais mieux ce sera vraiment très difficile. »

Quels sont tes impressions après les essais ?

24hNbr16-IMGP6255Alexandre Imperatori : « Nous avons un bon feeling avec la voiture, et sous la pluie, ce qui pourrait arriver durant la course, nous sommes plutôt bien. Maintenant, j’ai été gêné dans mon tour rapide par un code 60, et nous n’avons pas atteint le top 30, et donc la lumière bleu (ndlr : les 30 voitures qualifiés pour la superpole bénéficient d’une lumière bleue spécifique pour être reconnaissable dans le trafic), aussi il faudra tenir compte de cette difficulté en course. »

Et pour la course ?

Alexandre Imperatori : « Nous avons une bonne expérience ensemble, l’équipe est très douée, mes coéquipiers très rapides ce qui sera un atout. Maintenant, comparé à nos adversaires, notre voiture manque de relance et c’est difficile dans le trafic, mais il faudra faire avec. »

Et que pense tu de la nouvelle 991 GT3 comparé à l’ancienne ?

Alexandre Imperatori : « C’est un gros step, plus d’appuis, on est vraiment plus rapides dans les virages. Mais nous sommes handicapés car c’est le plus petit moteur des nouvelles GT3, et à bas régime ça pousse moins fort que les gros moteurs des adversaires, mais sinon le gain est énorme. »

Tu es un habitué du circuit, et je sais que tu adores ce tracé et l’épreuve, parle nous un peu de ce tracé :

Alexandre Imperatori : « Comme chaque fois, c’est un vrai challenge, c’est très rapide et tu n’as pas le droit à l’erreur. Cette piste c’est un peu une spéciale de rallye. C’est très bosselé aussi ce qui rend le challenge encore plus intéressant. »

Et quels sont les endroits difficiles pour toi ? Le Karrussel ?

Alexandre Imperatori : « Non, contrairement à ce que les gens pensent, le Karrussel ce n’est pas difficile, tu rentre en 2 et tu gardes le régime, ce n’est pas un virage difficile. En revanche des lieux comme la Flugplatz sont difficiles, car il ne faut pas toucher le vibreur, et la moindre perte de vitesse te pénalise toute la ligne droite suivante. »

Maintenant parlons un peu du FIA WEC, tu as fait 2 podiums et tu es deuxième du championnat après deux courses…

Podium at the WEC 6 Hours of Spa - Circuit de Spa-Francorchamps - Spa - BelgiumAlexandre Imperatori : « Tu m’aurais dit ça en début de saison je ne t’aurais pas cru, ces deux podiums sont inespérés maintenant nous avons beaucoup travaillé durant l’hiver et ces résultats nous ont gonflé le moral à bloc. Mais il ne faut pas s’arrêter et continuer d’autant que la Kolles progresse beaucoup et devient une vrai menace pour nous. »

Et dans 15 jours Le Mans…

Alexandre Imperatori : « Oui, mais nous aborderons l’épreuve sans penser à un résultat, il faut rester lucide, faire notre course, mais, comme à chaque fois, nous sommes super motivés pour l’épreuve. »

Justement, avec deux courses de 24h en vingt jours, est ce difficile physiquement ?

Alexandre Imperatori : « Bon clairement lundi je serais au repos car très fatigué, mais toute la semaine je ferais un peu de sport pour récupérer doucement et être près dès le jeudi pour se rendre là-bas, de plus on ne roulera que le dimanche pour la journée test. »

Et si on compare le Nürburgring et Le Mans, qu’est ce qui est plus dur physiquement et mentalement ?

Alexandre Imperatori : « Physiquement et mentalement, c’est ici, le trafic est très difficile, au Mans il y a moins de voitures et de longues lignes droites, de plus les différences de vitesses au Nürburgring sont énormes. D’autre part, si nous sommes quatre ici dans la voiture, nous effectuons des simples relais, et le temps de repos est bien moindre que lors des longs multiples relais au Mans qui offrent un temps de repos plus long. »

Enfin la nuit ici, c’est comment ?

24hNbr16-IMGP6798Alexandre Imperatori : « Difficile car on ne voit pas très bien, de plus il y a un film jaune sur les phares ce qui diminue l’éclairage, et si on compare avec ceux de la Rebellion, c’est le jour et la nuit, dans cette dernière on voit presque comme de jour. »

Credit photo Jean-Baptiste Lassaux/Sport-Auto.ch ; FIA WEC

]]>

Related posts