Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

24h du Mans 2016 – Sébastien Buemi : " je choisis la victoire au Mans ! "

24h Mans 2016-1-37Avant le grand départ, Sport-auto.ch est parti à la rencontre de Sébastien Buemi. Et ce dernier nous explique toutes les difficultés qui font du Mans une course sans égal.

Sport-Auto.ch : Entre une victoire au Mans, un titre en FIA WEC ou en Formule E, qu’est ce qui te fait le plus rêver ?

Sébastien Buemi : « Le Mans, la victoire au Mans ! …. La seule chose c’est que, aujourd’hui, la victoire au Mans semble tellement être difficile à atteindre, car on a eu une période où l’on ne connaissait aucun soucis, mais 24 heures c’est long. Vous ne vous rendez même pas compte, le système hybride qui se charge, se décharge, se charge… sur une si longue durée, tu te dis que ça ne va pas tenir, et finalement ça tient. Et là tu comprends que ces systèmes c’est de la folie. Mais il faut se dire que chacun doit faire son travail, tu te concentres à fond, tu fais tes 3-4 heures, et il ne faut pas se focaliser sur le travail des autres, et c’est le cas pour tous. »

Le fait que la technologie soit nouvelle chez vous, ça inspire de l’inquiétude ?

Sébastien Buemi : « Bien sur, les voitures l’année passée n’ont connu aucun soucis mécanique. Mais là, le doute est présent. Une batterie, ce n’est pas la même chose qu’un condensateur et, aujourd’hui, on ne maîtrise pas aussi bien, même si on a fait énormément de tests pour gérer. Ainsi, on ne devrait pas avoir de perte de puissance du début à la fin de la course, mais tu n’es jamais à l’abri d’une panne qui soit liée à un élément extérieur, comme un débris qui vient se loger dans le radiateur. Mais, même pour ce cas de figure, on a des systèmes pour gérer cette situation. »

24h Mans 2016-1-51SA : Quel est le plus incertain, l’électrique ou le thermique ?

Sébastien Buemi : « C’est l’électrique, car les cellules dans les batteries, tu ne sais pas comment elles évoluent. Tu prends les meilleures cellules existantes, elles sont assemblées à la main, et malgré ça, tu ne sais pas comment elles réagissent. A l’inverse, le moteur thermique on le connaît bien, rien que cette semaine, on a fait de nombreux kilomètres avec. Il est vrai que, avec un peu plus de temps, aurait été bénéfique. Mais, comparé à l’année passée, où l’on était à 5 secondes, et là on devrait être dans la même seconde en rythme de course, ce n’est pas mal. »

SA : Le résultat en qualification, est-ce une bonne surprise pour toi ?

Sébastien Buemi : « Nous, on pense que, en bonne condition, on pouvait être dans les 3:19.

SA : Mais cette qualification ça ne veut pas dire grand-chose

Sébastien Buemi : « Non, ça ne signifie pas grand-chose, mais surtout, tu devrais avoir des essais libres normaux ,et, par exemple, à 23h, une demi-heure GT, et une demi-heure LMP. Car là, tout le monde part 10 minutes en bout de linge des stands pour espérer avoir le premier tour de libre. Et nous on a pas eu de tour libre,Sarrazin a été gêné, mais honnêtement ça n’a pas d’intérêt de faire la qualification dans l’étât actuel des choses. En plus, les gens resteraient jusqu’à la 24h Mans 2016-1-53fin si tu faisais des essais libres jusqu’à 24h et ensuite 30 minutes de GT et 30 minutes de LMP. Et là, tu pourrais voir les vraies performances en qualifs, actuellement je trouve que c’est nul, car tu attends 10 minutes, tu pars avec des pneus froids que t’essaies de faire chauffer comme un fou lors du tour de sortie, et après, c’est encore un coup de chance, car il suffit que quelqu’un sorte des stands avec sa GT, et tu es foutu. »

SA : Est-ce que ça existe vraiment un tour clair ici ?

Sébastien Buemi : « Mais non, ça n’existe que quand il y a une averse énorme et que tout le monde reste dans son stand, là, tu peux y aller, tu es tranquille. Il y a eu Nakajima quand il avait fait sa pole, Mais il avait une chance incroyable car, en plus, il avait bénéficié d’aspiration, car il a eu tout le trafic dans les lignes droites et pas aux freinages. »

SA : La gestion avec les GT, qui doit changer de ligne ?

Sébastien Buemi : « Ça c’est une discussion sans fin. Nous, on dit aux GT de ne pas bouger. Les GTE-Pro, ils mettent l’indicateur pour nous indiquer là où il vont se placer. Dans les petits virages comme entre Mulsanne et Indianapolis, le mieux c’est quand ils restent à l’extérieur car, avec leur vitesse, il peuvent passer à fond. Les pilotes Pro, ils savent, mais avec les amateurs c’est plus compliqués. Bon, cette année, il y a beaucoup de LMP2 et moins de GT. Et donc, même si il y a plus de voitures, il y a moins de trafic. Le plus gros problème, c’est les GTE Am, car c’est avec eux que la différence de vitesse est la plus importante. »

SA : Et quand tu arrive derrière, tu sais si c’est un pilote amateur ?

Sébastien Buemi : « Tu les reconnais… Quand tu arrives dans les Porsche, que tu vois une GT dans le deuxième virage, tu sais là que tu es foutu, car il faudrait une circonstance exceptionnelle pour le passer sans perdre de temps, mais si tu sais que c’est une Pro, ça sera mieux. »

24h Mans 2016-1-52SA : Est-ce que certains viennent te voir pour te demander ?

Sébastien Buemi : « Non, les amateurs pas trop. Le problème avec les amateurs, c’est que certains ont peur. Il est vrai que moi, j’aimerais pas être dans une GT et me faire dépasser ainsi, les phares sont tellement puissants qu’ils ne savent pas où on se trouve derrière eux, et donc il n’osent plus rentrer dans le virage et ils finissent par faire tout à l’extérieur. Le mieux pour l’amateur, c’est qu’il garde sa ligne et qu’il ne tente pas un truc de fou pour t’aider. Et c’est stressant. »

SA : C’est plus difficile  la nuit ou la journée ?

Sébastien Buemi : « Si tu as un amateur le dimanche matin, il est fatigué, donc c’est encore pire. Mais ça fait partie de la course, et c’est à toi de gérer le niveau de risque. Un bon pilote, c’est pas seulement un gars qui est vite seul en piste, mais c’est un pilote qui sait prendre les bonnes décisions, être rapide sans taper… faut pas taper, car c’est très facile de taper. »

Propos recueillis par Sébastien Moulin et retranscrits pas Jean-Baptiste Lassaux

Crédit Photos @Sébastien Moulin

]]>

Related posts