Vide
Jok 160X600

Insolite – Une Aston Martin en rallye !

Parmi les voitures participant au Rallye Monts et Coteaux 2023 s’est glissée une auto que l’on rencontre très rarement dans la discipline : une Aston Martin Vantage GT 10. Cette dernière était pilotée par Lionel Dauphin, un ami de la rédaction. Nous avons donc profité de lui poser quelques questions au terme de son premier rallye au volant d’une Aston Martin.

 

Avant de participer à un rallye au volant d’une Aston Martin, à combien de rallyes as-tu participé, et avec quelles voitures ?

J’avais déjà participé à une vingtaine de rallyes au volant d’une Golf GTI 16S de 1986 et d’une Ford Sierra Cosworth 4×4 de 1992. Mais là il s’agissait de mon premier rallye au volant d’une propulsion.

 

Qu’est-ce qui t’a donné l’envie de participer à un rallye au volant d’une Aston Martin ?

En 2006, j’ai été séduit par le projet de la V8 Vantage Prodrive lancé par Frédéric Dor. Plus récemment, j’ai eu l’occasion d’être ouvreur pour plusieurs événements au volant de ma Vantage de route. Cela fut le premier trait d’union entre ma passion pour le rallye et mon métier de vendeur chez Aston Martin. Mais ce n’était pas suffisant ; il fallait que j’arrive à participer à une épreuve au volant d’une Aston !

En parallèle, mon but était aussi de faire découvrir le monde du rallye à mes clients. Un de mes amis s’est donc retrouvé au volant d’un minibus pour emmener 5 de mes clients sur les meilleurs spots du rallye, après que ces derniers aient rejoint la région au volant de leur propre Aston Martin. Ils ont également découvert le fonctionnement de l’assistance, de la prise de notes, etc.

 

Quelles sont les différences entre le modèle de série et cette version GT 10 de rallye ?

En GT 10, le moteur doit rester strictement d’origine. Il s’agit du V8 4.3L de 385 ch. Les freins et les jantes doivent également conserver la taille d’origine. En revanche, la garde au sol est augmentée de 4 cm, les suspensions sont spécifiques et le sous-bassement est équipé de protections contre les frottements. La boîte est également spécifique ; il s’agit d’une boîte à crabot dont l’étagement est beaucoup plus court que sur le modèle de série, la vitesse maximale étant de 220 km/h.

 

Combien de kilomètres d’essais as-tu parcouru avant le rallye ?

Cela faisait 3 ans que j’étais en contact avec le propriétaire de cette auto, en espérant peut-être pouvoir me retrouver à son volant un jour… Au final, nous nous sommes rencontrés pour la première fois 3 jours avant le rallye, sur le lieu des essais. Le courant est tout de suite passé et il m’a fait confiance. En revanche, je n’ai pu essayer la voiture que durant 30 minutes sur la piste de Pilotage42 vers St-Etienne.

 

 

 

Comment s’est déroulé le rallye ?

Le début du rallye fut un sacré challenge : la première spéciale partait de nuit dans une descente bosselée, de surcroit sous la pluie ! Bien sûr, on est parti en pneus pluies, mais les routes forestières étaient grasses. Les spéciales du lendemain se sont aussi déroulées sur le mouillé, ce qui m’a permis de régaler le public avec quelques belles glissades. Comme je ne connaissais pas bien la voiture et que je n’avais pas roulé de rallye asphalte depuis 2017, je suis très satisfait de ma progression tout au long de l’épreuve, en ayant terminé 31ème au scratch sur 143 partants lors de la dernière spéciale. De plus, la voiture a parfaitement fonctionné et nous n’avons eu aucune alerte sur les 120 km de spéciales. Je suis également très content d’avoir partagé cette expérience avec mon copilote et ami Victor Vacher, qui m’avait déjà dicté les notes en 2017.

 

Va-t-on te voir en 2024 au départ d’un rallye en Suisse au volant de la même auto ?

L’objectif serait effectivement de faire entre 2 et 4 manches du championnat suisse, mais cela va dépendre en grande partie de mes partenaires que je souhaite ici remercier : cardio-centre.ch, Swissalps Solar, Rosin Entreprise, BEEF Genève, Aston Martin Geneva, sans oublier bien entendu Francois Xavier Boissou, le propriétaire de la voiture.

 

 

 

Crédits photographiques : Thomas PH Autos Sport, Allan Liebaut, PHOTOS -RALLYE- CHOUP, Brieux Pontille, Lionel Dauphin

Related posts