Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

WRC – Rallye de France 2013 – Bilan des équipages helvétiques

 

Thomas Joris / Stéphane Fellay – Renault Twingo R.S. R2 EVODisputé dans des conditions météo exécrables et sur un tracé plus qu’exigeant, le Rallye de France 2013, 11ème manche du Championnat du Monde des Rallyes, a réservé des fortunes diverses aux équipages suisses.  

Michael Burri/Gabin Moreau, Ford Fiesta R2 (6e JWRC)

Michael Burri / Gabin Moreau - Ford Fiesta R2

Après la deuxième place décrochée au Rallye d’Allemagne, Michael Burri et Gabin Moreau nourrissaient de légitimes espoirs de podium en Junior WRC. De mauvaises options, prises aussi bien dans les réglages de leur Fiesta R2 que dans le choix des pneumatiques, ont compliqué la tâche de l’équipage helvético-français, qui a malgré tout réussi à signer de bons temps dans ces conditions difficiles.

Au final, Michael Burri et Gabin Moreau se classent à la 6ème place de cette avant-dernière manche du championnat JWRC. A noter que, comme les concurrents du Championnat Junior ne disputent pas la dernière étape, Michael Burri ne figure pas au classement général final de l’épreuve.

Michael Burri: « C’était un rallye difficile. Nous n’avons certes pas perdu de places au championnat, où nous sommes toujours 5èmes, mais, pour la conquête du 4ème rang, tout va se jouer en Espagne, dans trois semaines. Ce qui est certain, c’est que nous allons tout donner! »

 

Thomas Joris / Stéphane Fellay – Renault Twingo R.S. R2 EVOThomas Joris/Stéphane Fellay, Renault Twingo RS R2 EVO (29e,  4e R2)

Pour leur première participation à une manche du Championnat du Monde, Thomas Joris et Stéphane Fellay sont allés au bout de leur rêve! Malgré leur peu d’expérience sur la Twingo RS R2 EVO, les Champions Suisses en Rallye Junior 2012 ont signé une excellente performance en terminant 29èmes au classement général et 4èmes dans la catégorie R2.

Thomas Joris: « L’émotion est forte, c’était vraiment dur. Nous avons vécu un rallye très difficile, mais riche en expériences. Rouler dans ces conditions, devant autant de public, qui plus est en Championnat du Monde, c’est une expérience incroyable. Je remercie tous les acteurs de ce projet et suis heureux d’avoir rallié l’arrivée! »

Stéphane Fellay: « Nous avons dû affronter des conditions horribles, mais nous avons su gérer. Nous n’avions jamais rencontré de telles conditions en Suisse. Nous savions que ce serait sale et plein de pièges, mais pas à ce point-là. Au final, nous sommes très satisfaits. Nous avons progressivement haussé le rythme afin de nous rapprocher des références de la catégorie. C’était vraiment un grand moment, vivement le Rallye international du Valais, au début du mois de novembre! »

 

Denis et Frederic Baillif / Peugeot 207 R3T

 

Denis Baillif-Frédéric Baillif/Peugeot 207 R3T (30e, 4e R3)

 

Denis Baillif disputait également son premier rallye de Championnat du Monde en Alsace. Navigué par son fils Frédéric, il a lui aussi signé une très belle performance.

Denis Baillif: « C’était une grande première pour nous, cette découverte d’une manche du Championnat du Monde. Un rêve aussi, avec la possibilité de côtoyer toutes les « stars » du rallye mondial, et, enfin, une superbe expérience. D’autant plus superbe que nous avons réussi à rallier l’arrivée malgré des conditions atmosphériques particulièrement difficiles.

La journée de vendredi a été très pénible pour nous, car nous avons eu une touchette dans la 2ème épreuve spéciale, ce qui nous a pénalisés pour la longue épreuve chronométrée d’Ormont (34 km).  Dans le choc, une plaquette de frein à l’avant s’est brisée et nous avons dû faire toute cette spéciale en ne comptant que sur les freins à l’arrière. Autre problème, juste avant de prendre le départ de l’ES3, le démarreur ne voulait plus rien savoir. Nous avions hâte de revenir à l’assistance où, finalement, tout a pu être réparé.

Samedi, lors de la première boucle, nous avons heurté les blocs en béton bordant la chaussée, mais nous avons quand même pu terminer la spéciale. Autre malheur en rentrant sur Strasbourg, nous avons été victimes d’une crevaison sur l’autoroute!

Le dimanche, nous avons trouvé des spéciales dignes d’un rallycross. Dans ces conditions, nous avons géré au mieux les six épreuves chronométrées du jour et avons même réussi de bons temps, qui nous ont permis de bien remonter au classement.

Notre rêve s’est alors concrétisé et nous avons terminé 30èmes au classement général, 7èmes de groupe, et 4èmes de la classe R3. Toute l’équipe était heureuse. Heureuse d’avoir participé à cette manche du Championnat du Monde et d’avoir vu l’arrivée, mais également très fatigués, car de nombreux périples ont ponctué chacune de nos journées.« 

 

Michael Droz / Nathalie Volluz - Renault Megane RS

Michael Droz/Nathalie Volluz, Renault Mégane RS (abandon)

 

Après leure brillante prestation au Rallye du Mont-Blanc avec la Peugeot 207 S2000, Michael Droz et Nathalie Volluz ont pris le départ de ce Rallye de France à bord d’une Renault Mégane RS. Malheureusement pour eux, le rêve aura été de courte durée. Victimes d’une sortie de route sans gravité, ils ont été contraints à l’abandon dans la deuxième épreuve spéciale.

Nathalie Volluz: « Il y avait une bosse sur la route, la voiture a décroché et nous sommes sortis dans les vignes. La voiture qui s’était élancée juste devant nous, une Mégane également, était partie en tonneaux au même endroit et nous n’avons pas pu éviter de la heurter. Fort heureusement, personne n’a été blessé. »

 

Crédit des photos ©Project Diffusion

]]>

Related posts