Yokohama 160×600
B.R.M 160×600

Slalom de Chamblon – Martin Bürki couronné pour la neuvième fois

Martin Bürki a remporté son neuvième titre de champion suisse des slaloms, le huitième consécutif, lors de la finale des slaloms à Chamblon (VD). Et, une fois de plus, la victoire du jour est revenu à Philip Egli sur sa Dallara de Formule 3.

Ainsi, Martin Bürki est champion de Suisse de slalom pour la neuvième fois. Lors de la finale à Chamblon, le garagiste d’Uetendorf a, une fois de plus, rien laisser à ses adversaires de la catégorie E1 – de 1 600 cm³ avec un temps de 3:16,344 min. Dans les voitures de tourisme, cela le place à une troisième place au scratch. Les seuls à avoir été plus rapides sont Christian Darani (Fiat X1/9) et Martin Oliver Bürki (BMW E33) qui ont, tous deux, remporté haut la main la victoire dans leurs catégories respectives E1 – de 2 000 cm³ et E1 – de 3 000 cm³.

Mais, même si les titres du pilote de la VW-Polo sont devenus presque la routine, ils sont, néanmoins, loin d’être une évidence pour Martin Bürki :

« Sans un travail acharné et beaucoup de discipline, cela aurait été mission impossible », déclare le champion 2022. « De plus, il peut toujours y avoir un imprévu »

Et ce fut le cas pour Christoph Zwahlen. Au volant de sa Porsche 911 GT3 Cup, le Thurgovien compte depuis des années parmi les pilotes suisses les plus rapides, que ce soit en montagne ou en slalom. Mais ce week-end, Zwahlen a commis une faute puisque le pilote de la classe Interswiss – de 4 000 cm³ a littéralement décollé lors des essais le dimanche matin, mais, heureusement, n’a pas été blessé.

En fin d’après-midi, Zwahlen donnait quelques nouvelles : « J’ai quelques douleurs dos, mais ça va. » Quant aux raisons de l’accident, il assume pleinement sa faute : « J’ai freiné trop tard. De plus, il y avait encore de l’humidité. »

Et Martin Bürki concluait ainsi : « C’est précisément ce genre d’incident qui peut vous coûter le titre. Christoph est un excellent pilote de course. Mais cela peut aussi arriver à un pilote de haut niveau. C’est pourquoi je préfère toujours recevoir des félicitations lorsque tout est terminé. »

Un coup d’œil sur le classement final montre à quel point le Championnat suisse de slalom est serré. Au classement final, Bürki n’a laissé ses concurrents derrière lui que grâce à un meilleur résultat à supprimer. Ainsi, Martin Oliver Bürki, Philip Egli, Nicola Fankhauser et Christian Darani ont également atteint le maximum de 100 points à Chamblon. Mais seuls Martin Oliver Bürki deuxième, et Philip Egli troisième, ont pu grimper sur le podium. Fankhauser n’avait pas assez d’adversaires à Bure et n’avait donc obtenu que la moitié des points. Pour le pilote de la Honda Civic de Latterbach dans le Simmental, la quatrième place finale représente néanmoins une belle performance.

Quant à Darani, c’est un résultat nul qui était à supprimer et doit donc se contenter de la cinquième place au classement général. En effet, le vice-champion 2021 a été le pilote de voiture de tourisme le plus rapide ou le deuxième plus rapide lors de tous les slaloms auxquels il a participé en 2022. Mais Darani n’a pas pris part au slalom de Bure, car, après la publication du calendrier des slaloms, il a pris des vacances en famille. Comme les Ecuries des Ordons, organisatrices à Bure, a reporté la course après afin de ne pas entrer en conflit avec la course de côte La Roche – La Berra, Darani fut contraint d’abandonner ses chances de titre :

« La famille est prioritaire », estime l’homme de 51 ans originaire de Mairengo, qui prend cette défaite avec un certain flegme sportif. En outre, il a encore d’autres courses à son agenda où lui et son X1/9 blanc immaculé pourront briller. « Je vais encore courir à Anzère, à Oberhallau et au Gurnigel. »

De plus, Darani reviendra sans doute à la lutte l’année prochaine. Martin Bürki peut donc déjà commencer à s’y préparer…

Une fois de plus, la victoire du jour à Chamblon a étéremportée par Philip Egli. Le Glaronais, domicilié à Zurich, forme avec sa Dallara de Formule 3, un duo difficile de vaincre. À Chamblon, il manquait 4,5 secondes à Lukas Eugster au terme des deux manches, sur Egli lequel avait réalisé les deux meilleurs temps :

« La Ligier est tout simplement trop large à certains endroits ici », affirme Eugster. « Je peux à peine prendre les virages avec. »

La troisième place du jour est allée à Jannis Jeremias. Le jeune pilote âgé de 22 ans et originaire du lac de Bienne a ainsi été 3,3 secondes plus rapide que son coach Yves Hängärtner.

« Je ne parviens pas à exploiter correctement la puissance de la Dallara GP3 sur ce tracé », explique Hängärtner. « La voiture est trop large sur ce circuit : 45 centimètres de plus que la Formule 3 d’Egli. »

De plus, une glissade l’a empêché d’améliorer son temps lors de la deuxième manche. Et Victor Darbellay a pris le dessus dans sa petite Arcobaleno, reléguant Hängärtner à la sixième place, devant Antonio Scolaro dans son Osella PA21 et Darani dans sa Fiat X1/9.

Parmi les autres vainqueurs de classe sur le slalom de Chamblon : Stephan Burri (IS – de 1 600 cm³), Arnaud Donzé (IS – de 2 000 cm³), René Aeberhardt (IS – de 2 500 cm³), Paul Büetiger (IS – de 4 000 cm³), Beat Rohr (E1 – de 1 400 cm³) et Aramis Cereghetti (E1 – de 3 000 cm³).

Enfin, dans la Suzuki Swiss Racing Cup, Fabian Eggenberger, qui est déjà assuré d’être champion, l’a emporté avec trois dixièmes de seconde d’avance sur Marcel Muzzraelli, qui s’est ainsi emparé du titre de vice-champion. Michaël Bering a pris la troisième place. La troisième place du classement final est allée à Sandro Fehr, qui a manqué de deux dixièmes de seconde le podium à Chamblon et terminé quatrième.

Classement NAT

Communiqué Auto Sport Suisse ; crédit photo : Eichenberger, Cornevaux

Related posts