Yokohama 160×600
TSM 160 X 600
TSM 160 X 600
TSM 160 X 600

Entretien avec Louis Chazel – de beaux projets à venir en Suisse !

Sport-Auto.ch a pu s’entretenir avec Louis Chazel qui est l’un des dirigeants du Team Chazel Technologie Course. Le team est basé dans le sud de la France et nous retrouvons de plus en plus de leurs voitures sur le sol suisse. Au fil des années, le team a réussi à se construire une solide réputation et prend de plus en plus d’envergure en Europe. Sport-Auto.ch : Peux-tu te présenter ?

Louis Chazel : « Je m’appelle Louis Chazel. Je suis team manager chez Chazel Technologie Course. Je travaille dans le sport automobile depuis plus de 10 ans. Je m’occupe de toutes nos activités sur circuit mais aussi en rallye. »
Peux-tu présenter Chazel ?
« L’entreprise a été crée 1993 par Renaud Chazel. Il est responsable de toute la partie technique du team. C’est une société familiale mais très professionnelle. On a su lier nos différentes compétences pour aujourd’hui permettre au team de rayonner à l’échelle européenne. On offre nos services à travers l’Europe et le monde tout dépend des demandes. On se déplace en France, en Suisse, en Belgique, sur les manches du WRC et en circuit qu’en France. »
Quelles sont vos infrastructures et combien d’employés avez-vous ?
« On a un atelier de 2000m2 dans le sud de la France. L’atelier est complet puisqu’on était préparateur avant de devenir loueur. Nous faisons tout sur nos voitures, de la révision moteur, de la boite etc… Notre effectif est constitué de 10 employés avec une équipe complète, moi et mon père en tant que team manager, on a une coordinatrice, deux ingénieurs à plein temps et après des techniciens. »
Comment as-tu développé ton parc voiture ?
« A propos de notre parc de voiture, aujourd’hui il faut savoir que notre activité en compétition, c’est un peu près moitié moitié. On a la moitié des voitures qui appartiennent aux pilotes dont on offre nos services de préparation ou encore l’assistance sur les courses. L’autre côté de notre activité qui prend de plus en plus de place, c’est la location de voitures de compétitions. Nous avons commencé gentiment avec deux voitures et aujourd’hui nous en comptons dix. C’est important d’être sur ce marché car les pilotes veulent de moins en moins être propriétaire. Aujourd’hui les voitures évoluent tellement qu’il faut mieux louer une voiture pour ne pas être démodé. »
Quelles voitures pouvons-nous louer ?
« Nous avons un parc automobile vraiment vaste. Notre objectif est d’aider que ce soit le jeune pilote débutant en rallye ou le pilote qui veut remporter un championnat national. Nos voitures vont de la C3 R5 à la nouvelle Renault Clio RC5. Nous possédons encore une Alpine A110 RGT, nous avons des Peugeot 208 RC4 ou R2 et des Renault Clio R3T. »
Comment faites-vous face à la pandémie ?
« Aujourd’hui, l’épidémie est prise très au sérieux en Europe et la priorité est de diminuer les contaminations. Nous avons énormément d’annulation mais certaines épreuves sont professionnelles et dépendent du préfet. Nous restons positifs puisque les pilotes ont envie de rouler. Nous avons pu voir que dès la reprise au mois d’aout, tout le monde s’est jeté sur les réservations. Nous regardons déjà 2021. Il faut être patient pour mieux rebondir pour l’année prochaine. Nous avons énormément de travails avec toutes les révisions à effectuer. On a hâte que ça reprenne. »
Que penses-tu du championnat suisse des rallyes ?
« Nous suivons le championnat suisse depuis plus de 10 ans. C’est un très beau championnat avec des routes atypiques. Le seul petit regret est d’avoir que quatre manches sur le sol suisse. Nous viendrions bien plus. On suit le championnat en partenariat avec Renault Suisse qui nous confie à travers BZ Consult tous leurs programmes officiels en Suisse. Nous avons suivi de nombreux champions suisses juniors. »
Tu as des liens forts avec les pilotes suisses, comment se sont-ils créés ?
« On est très proche des pilotes. On est vraiment une entreprise familiale à taille humaine. On suit par exemple Ismael Vuistiner depuis trois ans. Nous avons fait deux très beaux Monte-Carlo avec lui. Au-delà d’être notre pilote, c’est devenu un ami. On suit tous ses projets sportifs et on fier de suivre des pilotes. Cette année, on aurait voulu se battre pour le Trophée Michelin avec Ismael. C’est rageant de pas faire la suite mais on va rebondir l’an prochain. »
Est-ce que le team Chazel peut être en danger si l’année 2021 est comme celle de 2020 ?
« Non car nous avons encore beaucoup de travail. Nous savons rebondir. On ne fait pas un tableau d’or de cette année mais honnêtement on pense que ça va revenir à la normale. Nous ne sommes pas du tout inquiets. Cette année n’est pas encore finie car nous avons encore des projets en ERC aux Canaries ou à Monza pour le WRC. On verra rouler l’année prochaine les nouvelles Renault Clio RC5 qui sont vraiment très performantes et faites pour apprendre à rouler et progresser. On veut monter un nouveau projet et trouver un bon pilote en Suisse pour rouler en Suisse avec l’Alpine A110 car elle est taillée pour les routes suisses. »
Crédit photo : Chazel et Renault Sport  ]]>

Related posts