Entretien avec Sébastien Berner – “Un premier tour de roue juste superbe”

Il l’annonçait sur notre site, cette année 2020 devait être une année de transition pour Sébastien Berner. Le Valaisan devait se décider sur la prochaine voiture qu’il allait acquérir. Son choix s’est finalement tourné sur une Peugeot 208 R5. Malgré toutes les appréhensions qu’il pouvait avoir avec la réputation de la voiture, Sébastien Berner l’a testé et il n’a pas été déçu.

Sport-Auto.ch est parti à sa rencontre.

Sport-Auto.ch : Comment vis-tu cette année sans rallye ?

Sébastien Berner : “Les choses tombent assez bien car professionnellement j’ai pas mal de job ce qui fait que je n’ai « presque » pas le temps de penser au rallye. Ça c’est ce que je me répète chaque matin mais dans le fond, le rallye nous manque à tous surtout que nos épreuves helvétiques sont au top tant au niveau du tracé que de l’organisation.”

Tu as fait l’acquisition d’une 208 R5, pourquoi ce choix ?

“Ce sera probablement ma dernière… (J’avais déjà dit cela avec la ds3) alors j’ai voulu acquérir une voiture qui me plaise esthétiquement… Mais pas uniquement pour ça !  Aussi car je pense qu’il est toujours difficile en rallye de descendre de catégorie surtout après cette ds3 r3 qui reste exceptionnelle malgré son âge. Je voulais également rester sur une marque connue par l’équipe d’assistance.”

Est-ce que tu redoutes ses nombreux défauts qu’elle a eu ?

“J’ai entendu beaucoup de choses sur cette voiture notamment qu’elle pouvait être rendue « inconduisible » si les réglages ne sont pas adaptés. Je n’ai pas de moyens de comparaison car je n’ai jamais conduit d’autre R5, ni la 208 avec ses défauts de jeunesse, mais les différentes évolutions qui ont eu lieu jusqu’en 2018 ont certainement amélioré tant la voiture que sa fiabilité.”

Comment se sont passés les tests ?

“Vendredi 8 octobre sur le circuit de Pouilly, température 6 degrés et une petite pluie fine… J’avais donc pas mal d’appréhension vu les conditions météo et les rumeurs qui affirment que c’est une R5 difficile à conduire, complètement dépassée, qui peut tirer tout droit, « chercher » constamment la route ou encore je ne sais quoi d’autre…

Bref, 30 secondes après avoir commencé à rouler, Greg et moi n’avons plus réussi à retirer notre sourire jusqu’à la fin du week-end ! La voiture pousse, freine et pivote avec beaucoup de facilité. Ce fut une journée de pur bonheur qui a permis de lever pas mal de doutes.

On a profité du circuit et de ses alentours herbeux pour dépasser la limite afin de savoir où elle se trouve. Du coup, je suis rassuré car je trouve cette auto très saine et surtout, elle procure un plaisir de conduite incroyable.  S’en est suivi un petit séjour à Beaune avec dégustation des crus de la région. Elle n’est pas belle la vie ?”

Quel est le programme pour 2021 ?

“On va déjà espérer que la saison de rallye 2021 existe…

Si c’est le cas nous allons commencer l’apprentissage par le Critérium Jurassien. Puis au fil de la saison et au gré des éventuels imprévus, les autres manches du championnat suisse.”

A propos de l'auteur

Articles en relations