Le Mans Cup – Nicolas Leutwiler s’impose en GT3, Cool Racing deuxième en LMP3

LMP3 : course à rebondissements à Monza, le titre se jouera au Portugal

Après deux heures de course riche en incidents (trois interventions du Safety Car et une neutralisation Full Course Yellow), la Duqueine-Nissan n°3 de DKR Engineering s’est imposée devant la Ligier n°37 de Cool Racing à l’issue d’une lutte titanesque et ininterrompue.

Partie de la première ligne, la Ligier n°37 de Nicolas Maulini emmène le peloton dans le premier virage, suivie par les Duqueine n°21 d’Alex Kapadia (Mühlner Motorsport) et n°3 de Jean Glorieux.

Kapadia perd des positions pendant le premier tour avant de rejoindre son stand pour faire remplacer une roue et de reprendre la piste en fond de classement. En tête, Maulini et Glorieux sont séparés d’une seconde et demie, alors que la Duqueine n°3 est également sous la pression des Ligier n°26 de Rory Penttinen (Graff) et n°69 de Maurice Smith (Cool Racing), vainqueur de la troisième manche.

La Ligier n°98 d’Eric de Doncker (Motorsport98) est bien partie mais la Direction de Course estime que le Belge a effectué un départ anticipé et lui inflige un drive-through (passage obligatoire à vitesse réduite dans la voie des stands) au sixième passage.

La Ligier n°75 de Patrice Lafargue (IDEC Sport) fait une excursion dans le bac à gravier du virage 5 et provoque la première entrée en piste du Safety Car pour dégager la voiture et lui permettre de reprendre la piste. Neuf minutes plus tard, les drapeaux verts relancent la course… pour seulement trois minutes.

Le Safety Car intervient une nouvelle fois après un tête-à-queue de la Duqueine n°11 de Nicolas Melin (Racing Experience) au virage 1. Alors qu’elle tente de repartir, la voiture du pilote français se retrouve bloquée sur les vibreurs, les roues arrière tournant dans le vide. Le Safety Car revient donc pour regrouper à nouveau tous les concurrents.

Jamais deux sans trois, dit-on… Et il en aura été ainsi pour les entrées en piste du Safety Car lors de ces deux heures de course. Deux minutes après les feux verts, la Ligier n°75 monte sur les vibreurs du virage 10 et Lafargue part en tête-à-queue sur la piste avant de heurter les barrières de sécurité. Une roue se désolidarise de la voiture et vient frapper les Ligier n°23 (United Autosports) et 27 (MV2S), alors qu’en tentant de l’éviter la Ligier n°5 de CD Sport part en tête-à-queue et percute les barrières.

Le Safety Car intervient donc pour 8 minutes supplémentaires afin de permettre aux commissaires de piste d’évacuer la Ligier n°75 et les débris sur la piste, et à la course de reprendre ses droits.

Après 5 minutes, les drapeaux verts relancent une nouvelle fois la course. Maulini et Glorieux poursuivent leur bataille pour la première place et Penttinen reste à portée des deux leaders. Moins de 2 secondes séparent ce top 3 à l’approche des arrêts au stand.

En partie grâce aux deux neutralisations sous Safety Car, Alex Kapadia parvient à revenir en sixième position, établissant à ce moment le meilleur tour en course avant de passer le volant à Moritz Kranz. Hélas, la course de l’Allemand ne durera qu’un tour : il s’arrête au virage 7 pour un problème à l’arrière droit de la voiture. Un Full Course Yellow est alors instauré pour mettre la Duqueine en sécurité.

A 48 minutes de l’arrivée, la course repart, avec Edouard Cauhaupé sur la Ligier n°37 devant la Duqueine n°3, maintenant pilotée par Laurents Hörr, et la Ligier n°69 de Matt Bell.

Hörr réduit l’écart sur Cauhaupé et, plusieurs tours durant, met la pression sur le pilote français dans une lutte parfaitement correcte. La Duqueine n°3 trouve finalement l’ouverture dans le virage 4 et Hörr s’installe en tête.

A l’approche des derniers ravitaillements, le top 3 semble figé. Mais le destin en décidera autrement pour Matt Bell. Le Britannique perd près d’une minute au stand et la Ligier dégringole au classement, ce qui permet à la Ligier n°26 de Matthias Kaiser de grimper en troisième position.

Sous le drapeau à damier, Laurents Hörr décroche sa troisième victoire de l’année avec 2’’9 secondes d’avance sur la Ligier n°37 de Cool Racing et 39 sur la Ligier n°26 de Graff.

Laurents Hörr, Jean Glorieux et DKR Engineering rallieront Portimão pour la dernière course de la saison avec 25 points d’avance sur l’équipage de la Ligier n°37. Un seul point leur suffira pour être titrés.

Monza GT3 : Pzoberer Zürichsee by TFT vainqueur, Iron Lynx titré

Partie en fond de grille à la suite d’une pénalité infligée lors des qualifications, la Porsche n°2 de Nicolas Leutwiler et Julien Andlauer (Pzoberer Zürichsee by TFT) a fait une superbe remontée pour remporter sa deuxième victoire en Michelin Le Mans Cup 2020, devant la Ferrari n°9 d’Emanuele Maria Tabacchi et Niccolò Schirò.

L’autre Ferrari Iron Lynx (n°8) du leader du classement général Rino Mastronardi et de son coéquipier Giacomo Piccini a terminé troisième, et surtout devant sa plus proche rivale, s’adjugeant ainsi les titres Michelin Le Mans Cup 2020 des Pilotes et Equipes GT3, en même temps qu’une invitation d’office pour les 24 Heures du Mans 2021.

Au départ de la course, Rino Mastronardi emmène le peloton GT3 dans le premier virage, devant la McLaren 720S GT3 n°70 de Brendan Iribe (Optimum Motorsport), qui grimpe de la quatrième place sur la grille à la deuxième position.

La Ferrari n°74 de Michael Broniszewski (Kessel Racing) rétrograde mais le Polonais attaque sa remontée vers les avant-postes, s’installant en tête au deuxième tour devant Iribe et Mastronardi, qui passe en troisième position.

Pendant les tours suivants, Mastronardi et Iribe sont à la lutte pour les deux autres marches du podium. La Ferrari prend la deuxième place au cinquième passage, juste avant la première intervention du Safety Car pour extraire la Ligier n°75 de IDEC Sport du bac à gravier du virage 5.

Deux autres neutralisations sous Safety Car suivront à intervalles rapprochés, lorsque la Duqueine n°11 de Racing Experience est bloquée sur les vibreurs du virage 1, puis à la suite d’un accident au virage 10 impliquant quatre voitures, dont la Ligier n°75.

A la relance, Broniszewski et Mastronardi se bagarrent pour la tête de la catégorie, l’Italien passe dans les virages 4 et 5, au moment où la Ferrari n°74 se voit infliger un drive-through (passage obligatoire à vitesse réduite par la voie des stands) pour non-respect de la procédure de Safety Car.

Alors que Broniszewski rejoint la voie des stands pour purger sa pénalité, Nicolas Leutwiler s’installe en deuxième position et se lance à la poursuite de la Ferrari blanche du leader Rino Mastronardi.

Après les arrêts au stand et une courte neutralisation Full Course Yellow pour évacuer la Duqueine n°21 de Mühlner Motorsport arrêtée en bord de piste au virage 7, la Ferrari n°9 de Niccolò Schirò prend la tête, suivie de la Porsche de Julien Andlauer et de la Ferrari n°8.

Andlauer réduit l’écart sur la Ferrari et le pilote français cherche l’ouverture sur l’Italien, qui élargit ses trajectoires. Au fil des tours, Schirò repousse les attaques d’Andlauer mais à 30 minutes de l’arrivée, la Porsche se porte à la hauteur de la Ferrari à la sortie de la Parabolique. Dans la longue ligne droite vers le virage 1, Andlauer garde sa ligne et prend la tête.

Derrière ces duellistes, la Ferrari n°8 suit le rythme qui lui permet de marquer les points nécessaires dans la course au titre. A l’arrivée, Giacomo Piccini assure la troisième place, offrant la couronne des équipes à Iron Lynx et celle des pilotes son coéquipier Rino Mastronardi.

A l’issue des 120 minutes de course, Julien Andlauer reçoit le drapeau à damier avec 13’’7 secondes d’avance sur la Ferrari Iron Lynx n°9 et 16’’1 sur l’autre Ferrari 488 GT3 n°8. Celle de David Perel (Kessel Racing, n°74) est quatrième.

Classement final
Classements championnats

Communiqué Le Mans Cup

A propos de l'auteur

Articles en relations