Entretien avec Thomas Schmid – “J’espère revenir en 2021”

Thomas Schmid est un pilote talentueux qui a fait son apparition en 2016 sur les routes du championnat suisse. Il en aura surpris plus d’un par sa pointe de vitesse. Dès sa première saison en R2, le Suisse allemand a remporté le titre de Champion Suisse Junior. Malgré sa vitesse, Thomas Schmid a le même problème que de nombreux pilotes, le budget. Depuis le titre, ses venues se sont faites rares.

Sport-Auto.ch a pu s’entretenir avec Thomas Schmid.

Sport-Auto.ch : Qu’est ce qui t’a motivé à faire du rallye ?

Thomas Schmid : “Je trouve que c’est un pur challenge. Nous pouvons faire face à des conditions changeantes, différents profils de route etc. Je me rappelle encore que lorsque j’étais à l’école secondaire, je suivais le live du Monte-Carlo 2011 durant la leçon d’informatique. Je m’étais évidemment bien caché afin que le professeur ne l’aperçoive pas. C’était une spéciale ou presque tous les concurrents avaient opté pour des slicks alors que la neige tombait. Ça m’a tellement fasciné que je me suis dit qu’un jour je ferai du rallye.”

Comment s’est passé le Rallye International du Valais en R3T ?

“Je dirais plutôt bien. J’ai malheureusement commis quelques petites fautes. Ensuite, il faut prendre en compte que c’était mon premier rallye avec la Clio R3T donc j’étais tout de même satisfait. Nous terminons quand même sur le podium. Ce rallye m’a permis d’engranger de l’expérience au point de vue des réglages et on a réellement pris beaucoup de plaisir pour notre retour en rallye.”

Tu as remporté le Rallye du Chablais virtuel, combien de temps passes-tu sur les jeux vidéo ?

“Avant de débuter en rallye, je jouais souvent aux jeux vidéo. Par la suite, ça s’est calmé avant qu’il y ait le lancement du Championnat Suisse du Simracing en 2019. J’ai donc repris le volant virtuel régulièrement. Je passe normalement entre deux et cinq heures par semaine sur les jeux vidéo. S’il y a une grosse compétition comme le Chablais virtuel, ça sera très vite 15 heures ou encore plus.”

Tu as également fait une séance de test avec une WRC, comment ça s’est fait et comment ça s’est déroulé ?

“Une copilote de notre club “Team Rallye Top” a reçu l’opportunité de faire des essais avec une DS3 WRC. C’était une expérience exceptionnelle de rouler avec une telle voiture. J’ai conduit sur une petite distance certes (environ 5 km) mais pouvoir faire quelques kilomètres en WRC est un rêve. Nous n’étions pas gâtés par la météo, il pleuvait des cordes. J’ai commis une petite erreur sur un freinage et nous avons fait un petit tour dans les champs. Rien de grave mais l’erreur est si vite arrivée.”

Quel est ton rêve ?

“Mon rêve est de rouler sur des rallyes internationaux sans avoir à payer tous ces coûts. La voiture ne m’importe peu, je peux me faire plaisir avec chaque voiture quand je roule à fond. Je voudrais faire un jour le Rallye d’Açores et le Monte-Carlo. C’est le rêve pour moi.”

Quel est ton rallye préféré ?

“Le Rallye du Mont-Blanc Morzine, c’est une épreuve mythique dans une atmosphère particulière. Ensuite, si je devais en donner un en Suisse, ça serait le Rallye du Chablais pour son organisation qui est juste parfaite ainsi que les spéciales que j’aime beaucoup.”

Tu as remporté le titre de Champion Suisse Junior et depuis plus de budget, est-ce frustrant ?

“Au début, c’est clair que c’était frustrant pour moi. Mais le fait de se plaindre n’aide en rien. Il faut savoir accepter la situation et donner le meilleur. Il faut savoir que durant mes années en Junior, j’ai payé 90% du budget de ma propre poche. Donc je savais que ça serait compliqué de continuer à rouler en commençant mes études.”

Quels sont tes projets ?

“Il ne manque pas de projets, il y a tellement de formules de promotions intéressantes à l’étranger. Malheureusement, le nerf de la guerre reste le budget et je pense qu’avec la situation actuelle, ça sera encore plus compliqué de réunir ce budget. J’espère reprendre le volant en 2021.”

Crédit photo – Sport-Auto.ch – Baptiste Aebi

A propos de l'auteur

Articles en relations