Entretien avec Stefano Mella – “Je vais faire le championnat en Polo R5”

La saison 2020 du championnat suisse des rallyes aurait dû voir l’arrivée d’un second pilote Tessinois dans la catégorie reine, les R5. Stefano Mella était en train de boucler son projet de faire le championnat suisse des rallyes pour la première fois de sa carrière. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais c’est celui d’un talentueux pilote qui a déjà roulé avec toutes sortes de voitures.

Sport-Auto.ch s’est entretenu avec Stefano Mella.

Sport-Auto.ch : Peux-tu te présenter brièvement ?

Stefano Mella : “Je m’appelle Stefano Mella. Je suis Tessinois et je vis désormais depuis quelques mois à Genève. Je me suis lancé dans un nouveau challenge professionnel qui me permet d’apprendre le français.”

Comment es-tu arrivé dans le monde du sport automobile ?

“C’est une passion de mon père. Il m’a durant mon enfance amené voir des courses automobiles. Ce sport a très vite retenu mon attention. Un ami a moi m’a demandé si je pouvais faire un rallye en copilote. J’ai fait ce rallye et j’ai eu l’envie d’essayer en tant que pilote. J’ai par la suite effectué ma licence au Castellet. J’ai participé à mon premier rallye lors du Tessin 1997.”

Par la suite, tu as eu l’opportunité de devenir pilote officiel ?

“Oui, c’est exact. En 2003, j’ai signé un contrat avec Opel Suisse pour faire tout le championnat Suisse 2003. Nous commencions la saison au Lyon Charbonnière et le rallye s’était bien passé. Lors de la seconde manche qui était le Rallye du Tessin, j’avais fini le rallye mais j’avais été disqualifié car la voiture faisait trop de bruit. Je trouvais ça tellement dingue que j’ai immédiatement décidé de mettre fin à la collaboration avec Opel. Pour moi, si un constructeur veut faire un championnat, la moindre des choses est d’avoir une voiture conforme.”

Tu as fait une pause de sept ans par la suite, pourquoi ?

“Je m’étais pourtant dit que le rallye et moi, c’était terminé. Mais un ami m’a remotivé à faire un rallye en tant que copilote pour lui au bord d’une Citroën C4 WRC. Cette voiture m’a tellement bouche bée que je me suis dit que je devais essayer de rouler avec. Depuis ce jour, je n’ai jamais pu m’arrêter.”

Tu comptes bientôt 50 départs en rallye, mais tu n’as jamais participé au championnat suisse, pourquoi ce choix ?

“Mes sponsors préféraient que je roule en Italie. L’intérêt des entreprises en Suisse n’est pas porté dans le sport automobile. Les entreprises n’ont pas besoin de ça.  Je veux essayer de faire le championnat de suisse des rallyes, je voulais le faire cette année mais avec la situation liée au COVID 19.”

Quelle est la voiture que tu as préféré rouler ?

“C’est la C4 WRC. J’ai eu beaucoup de plaisir ensuite avec la Ford Fiesta WRC. C’est plus facile à conduire par rapport à la C4. Ensuite ma dernière participation, c’était au Rallye du Tessin avec la Polo. Elle a un potentiel incroyable mais il faut enchainer les kilomètres pour être bon dedans.  Il faut faire des tests et la développer.”

Quel était ton programme initialement en 2020 ?

“Je pensais faire le championnat suisse des rallyes soit en Skoda R5 Evo ou en Polo GTI R5. Mon choix s’orienterait plutôt vers la Polo. La Polo ressemble un peu plus à la C4 et la Skoda à la Fiesta WRC. Le but est de faire cette année le Rallye du Mont-Blanc, le Rallye du Tessin et le Rallye International du Valais. Il reste plus qu’à croiser les doigts pour que la situation s’améliore.”

Crédit photo : Mattia Bonfanti & Ludovic Carnal

A propos de l'auteur

Articles en relations