Entretien avec Andreas Mikkelsen – “Je vais me battre pour un volant”

Après avoir remporté deux titres en IRC à seulement 23 ans, Andreas Mikkelsen avait une sacrée carrière en perspective. Il a débuté chez Volkswagen, véritable ogre du WRC entre 2013 et 2016. Après le retrait de VW, Andreas Mikkelsen a été le principal impacté car il s’est retrouvé sans volant. Le Norvégien va néanmoins très vite retrouver un volant en rejoignant Citroën puis Hyundai la même année.

Malheureusement pour Andreas Mikkelsen, la collaboration Hyundai-Mikkelsen n’est pas véritablement un succès et il se retrouve sans volant pour la saison 2020.

Sport-Auto.ch s’est entretenu avec Andreas Mikkelsen.

Sport-Auto.ch : Comment est-ce que votre carrière a débuté ?

Andreas Mikkelsen : “Avant de faire du rallye, je faisais du ski alpin mais malheureusement je me suis cassé le genou. Je ne pouvais plus faire de ski à cause de cet incident. Par la suite, je me suis lancé dans le monde du rallye accompagné de mon père. Il m’a aidé à acheter ma première voiture de course.”

A 22 ans, vous devenez le plus jeune pilote à remporter l’IRC, que gardez-vous de cette année ?

“C’était vraiment une saison incroyable. Rien que le fait que de débuter la saison au Monte-Carlo était fabuleux. Nous avions de nombreux redoutables adversaires. La lutte était vraiment intense. Je pense que c’est le meilleur souvenir de ma carrière. Le fait de remporter un titre, c’est juste magique. Je veux vraiment revivre un moment comme celui-ci. C’était le début de ma carrière et ce sacre m’a offert plein de possibilités.”

Après avoir remporté l’IRC, vous repartez dans ce championnat et vous le remportez encore, pourquoi ce choix ?

“Nous étions en contact avec Volkswagen qui s’apprêtait à faire son retour en WRC. J’ai décidé donc de ne pas aller directement en 2012 en WRC mais d’attendre une année. Je ne voulais pas rester une année sans rouler donc nous avons trouvé un accord avec VW et Skoda pour refaire une saison en IRC. J’ai remporté pour la seconde fois l’IRC et en même temps je pouvais développer la VW.”

L’année suivante, vous débutez en mondial avec VW, comment se passait la collaboration ?

“C’était juste fantastique. Je n’ai probablement jamais vu autant de budget, autant d’implication de la part d’un constructeur. Nous bossions vraiment dur pour concevoir une voiture la plus performante possible. Nous travaillons tous ensemble avec le même but, gagner. C’était une grande famille pour moi.”

Quel est ton rallye favori ?

“Les rallyes scandinaves sont spéciaux pour moi. Le Rallye de Suède est magique, les dérives que nous faisons dans la neige. Le Rallye de Finlande nous donne une telle adrénaline. Le meilleur pour moi reste le Rallye d’Australie. C’est une ambiance et un lieu magique.”

Est-ce qu’il y avait un peu de frustration de finir trois saisons derrière ses coéquipiers ?

“Non pas pour moi, je ne vois pas la chose ainsi. J’étais vraiment jeune lorsque j’ai débuté et j’ai vraiment beaucoup appris à leurs côtés. Je pense que l’on peut constater mon évolution qui a été constamment vers le haut. J’étais troisième au début puis à la fin j’étais devant Jari-Matti Latvala et je me battais face à Sébastien Ogier.”

Quelle est votre plus belle victoire ?

“Je pense directement au Rallye d’Australie. C’était le dernier rallye de VW. On a dominé de la première à la dernière spéciale. C’était un sentiment incroyable de pouvoir leur offrir la dernière victoire.”

Lorsque vous avez rejoint Citroën, qu’avez-vous pensé de la voiture ?

“La voiture était excellente sur l’asphalte. Je me suis régalé lors du Rallye d’Allemagne. Par contre sur la terre, elle avait quelques problèmes. Il y avait encore du travail pour qu’elle soit au niveau. Elle était trop nerveuse.”

Quel est votre programme pour cette année ?

“Je n’ai pas réellement de programme. Tout est bloqué à cause du COVID 19. Je veux revenir en WRC car le rallye, c’est ma vie. Je veux remporter des titres. Je me réjouis de voir comment va se passer la suite avec l’arrivée des voitures hybrides. Je suis impatient de voir ce que cela va donner.”

Crédit photo : Bastien Roux & At World

A propos de l'auteur

Articles en relations