Entretien avec le Norvégien volant, Mads Østberg

Mads Østberg fait désormais partie des pilotes expérimentés qui abordent les routes du WRC. Du haut de ses 32 ans, le Norvégien compte à ce jour 119 départs en mondial. Il a la particularité de vouloir constamment signer le plus beau saut lors de chaque rallye. Mais depuis deux saisons, Mads Østberg se retrouve sans volant. Il a tout de même trouvé une autre alternative en participant au WRC 2 en gardant l’espoir de se faire repérer.

Sport-Auto.ch a pu s’entretenir avec Mads Østberg.

Sport-Auto.ch : Comment êtes-vous arrivé dans le monde du rallye ?

Mads Østberg : “J’ai commencé le rallye probablement grâce à mon père. Il était pilote de rallye lorsque j’étais petit. Du coup, je le suivais sur toutes les courses. Par la suite, j’ai commencé par le naviguer et ensuite j’ai décidé de me lancer dans le monde du rallye en tant que pilote.”

En 2007, vous devenez champion des rallyes en Norvège et vous marquez également vos premiers points en mondial, que gardez-vous de cela ?

“Effectivement c’est une année révélatrice mon talent. C’est une année où j’ai pris énormément de plaisir au volant de la Subaru. J’ai ensuite marqué mes premiers points en mondial en terminant huitième au Rallye de Finlande. J’ai beaucoup appris, cette année restera l’une des plus belles de ma carrière.”

Après ceci, vous avez changé de constructeurs ?

“Quand je suis passé de Subaru à Ford, c’était vraiment un moment positif. J’avais la chance de rouler avec une voiture qui avait le même niveau que les autres en mondial. Cela m’a permis de me mesurer face à face aux grands teams sans être forcément chez un constructeur. Je signe notamment mon premier podium en terminant deuxième du Rallye de Suède.”

Que gardez-vous de votre victoire au Rallye du Portugal ?

“C’était la première victoire ma carrière. Cette victoire me permettait de montrer tout mon potentiel et elle restera dans ma mémoire. Cette course restera l’une des plus belles de ma carrière.”

L’année suivante, vous signez chez Citroën, comment s’est déroulé la collaboration ?

“C’était un grand changement pour moi, de passer de M-Sport à ce grand constructeur. Je dois avouer que les débuts ont été compliqué, je n’avais pas forcément la même manière de travailler qu’eux. J’ai appris peu à peu et au fil des années, la collaboration a été plus facile.”

Quel est votre meilleur souvenir ?

“Mon meilleur souvenir reste mon premier podium. J’ai été leader durant toute la première journée mais on était constamment à la lutte avec Mikko Hirvonen. Au final, nous avions décroché la seconde place, ce fut fantastique.”

Désormais vous roulez en WRC-2, quels sont vos objectifs ?

“L’objectif est de continuer à apprendre et de prendre du plaisir. L’autre but reste naturellement de gagner tous les rallyes auxquels nous participons. Je vise le titre à la fin de l’année mais maintenant reste à savoir quand est-ce que nous pourrons reprendre. L’objectif initial reste néanmoins de retrouver un volant chez un constructeur pour la saison prochaine.”

Est-ce que vous avez déjà entendu parler des rallyes en Suisse ?

“Oui j’ai entendu parler de deux rallyes en particulier notamment le Rallye International du Valais qui a fait partie du championnat d’Europe. C’est un très beau rallye tout comme le Rallye du Chablais. J’espère pouvoir venir rouler un jour en Suisse, maintenant faudra voir de quoi est fait l’avenir.”

Est-ce que votre but est de signer tous les plus gros sauts ?

“Non pas forcément à vrai dire. C’est une question intéressante mais j’essaie tout simplement de sauter le plus loin. J’adore les sensations que nous trouvons lorsque nous faisons d’immenses sauts. Disons que c’est une adrénaline que nous recherchons.”

Crédit photo : Bastien Roux – Damien Saulnier – At World

A propos de l'auteur

Articles en relations