Aurélien Devanthéry change de trajectoire

Nous l’annoncions dans notre article fin janvier, Aurélien Devanthéry semblait ne pas avoir de programme particulier cette année, si ce n’est de participer à 3-4 rallyes. Dans les jours qui ont suivi, le pilote valaisan a découvert qu’il pourra réaliser l’un de ses rêves, en participant à la 208 Rally CUP, l’une des formules de promotion les plus cotées du monde.

Sport-Auto.ch a pu s’entretenir à nouveau avec Aurélien Devanthéry afin de découvrir ce qu’il s’était passé.

Sport-Auto.ch : Alors Aurélien, que s’est-il passé ces derniers temps ?

Aurélien Devanthéry : “Nous avions eu des discussions avec Gilauto, qui voulait faire l’acquisition de la nouvelle Peugeot 208. Pour l’obtenir, l’acheteur est dans l’obligation de participer à cette formule de promotion. Malheureusement nous n’avions pas le budget pour nous lancer dans un tel projet. Puis finalement durant le mois de février, j’ai eu le plaisir de recevoir un appel de Gilauto qui me disait que nous allions peut-être pouvoir collaborer.”

Quel sera ton programme ?

“Nous participerons au Terre de Castine, qui sera une découverte pour nous. Ce rallye fera office de manche d’ouverture du championnat. Par la suite, nous participerons à la troisième manche, le Terre de Langres. Puis la quatrième, le Rallye du Mont-Blanc Morzine. Ce sont nos seules certitudes, après il est évident que nous donnerons tout pour rouler le plus possible, mais cela dépendra uniquement du budget.”

Que penses-tu, du peu que tu as vu, de la nouvelle 208 ?

“Sur les vidéos, tu as l’impression d’avoir énormément de couple à la sortie des épingles. C’est dur de se situer et de dire quoi que ce soit. Les différences ne seront pas si grosses, il faudra tout simplement la tester. J’ai toujours eu envie de participer à l’aventure de la 208 Rally CUP, c’est un rêve de gosse qui se réalise.”

 Vas-tu l’essayer en Suisse ?

“On va essayer de rouler avec, si on la reçoit dans les temps. Peugeot nous annonce la livraison en avril, soit moins d’un mois avant la première manche. C’est ce qui va être beau également, c’est que tous les concurrents découvriront la Peugeot durant ce rallye. Certains auront évidemment eu le temps de la tester en essais, mais je doute, aussi en conditions de course. Si le budget le permet et que nous pouvons l’emmener au Rallye International du Valais, ce serait fantastique.”

Crédit photo : Peugeot Sport et Sébastien Montagny

A propos de l'auteur

Articles en relations