Rallye Monte-Carlo – Olivier Burri : « C’est un peu le mode survie… »

Pour les trois équipages suisses engagés au Rallye Monte-Carlo 2020, la première journée disputée de nuit entre Monaco et Gap allait être marquée par des difficultés similaires.

Ainsi, alors que les conditions étaient complètements différentes entre les deux spéciales au programme, sec dans la première et présence de verglas dans la seconde, les trois équipages allaient avouer avoir connu des difficultés avec leurs pneumatiques dans le premier chrono. 

Olivier Burri : « On étaient avec une monte de pneus mixte et ce n’était pas facile. »

Ismaël Vuistiner : « En pneus neige, c’était dur ! J’ai eu du mal à trouver la confiance, mais je suis content de voir le terme de cette première ES. »

Sacha Althaus : « On n’a pas l’habitude de ces routes et les découvrir de nuit n’est pas facile. On a opté pour quatre clous en vue de la spéciale suivante et là ce n’était clairement pas top. »

Mais les difficultés rencontrées dans la première spéciale n’allaient être point comparable avec la suivante, Bayons -Bréziers, où il fallait d’abord en sortir vivant avant même d’espérer faire un bon chrono. 

Olivier Burri : « C’est compliqué. C’est un peu le mode survie. Le rallye s’arrête vite ici. »

Ismaël Vuistiner : « C’était dur. Vraiment dur. À la fin, on avançaient très doucement. Contents d’être au bout. »

Sacha Althaus : « C’était vraiment difficile. Il y avait de la glace, de la boue, de la neige, du sec à certains endroits. Le seul but, c’était d’être là demain. »

A l’issue de cette première journée, Olivier Burri pointe au 21ème rang au général et au 12ème rang en RC2, Ismaël Vuistiner au 35ème rang au général et deuxième en RC3 et Sacha Althaus à la 50ème place au général et huitième du RC3.

Crédit photos : Jean-Baptiste Lassaux/Sport-Auto.ch

A propos de l'auteur

Articles en relations