WRC – Dans une semaine, la saison redémarre au Rallye Monte-Carlo

Comme de tradition, c’est sur le port de Monaco et même un peu avant, avec le début des reconnaissances lundi prochain, que l’intersaison du WRC prendra fin. Et, alors que les équipes usines prennent part à leurs derniers essais en vue de l’épreuve monégasque, l’Automobile Club de Monaco a rendu publique la liste des engagés ce matin.

HYUNDAI MOTORSPORT

Avec les transferts de la saison hivernale, l’équipe coréenne verra deux de ses Hyundai i20 Coupe WRC être les premières sur le podium de départ le jeudi 23 janvier. Après deux saisons passées chez Toyota et le titre remporté en 2019, Ott Tänak débutera donc officiellement sous ses nouvelles couleurs dans une semaine, après avoir déjà effectué de nombreux kilomètres au volant de la i20. Mais pour le champion, ce changement de monture et d’équipe nécessitera peut-être un temps d’adaptation.

Derrière le pilote estonien, c’est Thierry Neuville qui sera le deuxième à s’élancer, les concurrents partant selon l’ordre du championnat en 2019. Mais, contrairement à son coéquipier, le pilote belge s’élancera en terrain connu et devrait donc être très compétitif dès les premiers mètres d’épreuve spéciale. Neuville ne cache d’ailleurs pas sa motivation et ses prétentions de réaliser le doublé (titre constructeur et pilote).

Comme la saison dernière, Sébastien Loeb et Dani Sordo se partageront la troisième voiture au gré des épreuves. Et, pour l’ouverture de la saison, c’est le nonuple Champion du Monde qui sera au départ. Et, si le pilote alsacien ne disputera qu’un programme partiel, il compte bien jouer sa carte lorsqu’il sera au volant, notamment après l’expérience de la voiture, acquise l’an dernier.

TOYOTA GAZOO RACING

Troisième à s’élancer sur le port de la Principauté, Sébastien Ogier sera le fer de lance des Toyota Yaris en 2020 au sein d’un line-up 100 % nouveau. Après une saison difficile au sein de Citroën, le sextuple Champion du Monde rejoint donc une nouvelle équipe au sein de laquelle il tentera de récupérer le titre perdu en 2019. Et si le pilote va découvrir la voiture, il a prouvé par le passé qu’il ne lui fallait que peu de temps pour en tirer la quintessence, d’autant plus que le Rallye Monte-Carlo se dispute sur des terres qu’il connaît à la perfection.

Coéquipier d’Ogier chez M-Sport en 2017 et 2018, puis pilote de pointe des Ford l’année dernière, Elfyn Evans retrouve le Français chez le constructeur japonais en 2020. Et, si le pilote gallois continue sur la progression démontrée en 2019, malgré une blessure durant l’été qui l’a rendu indisponible sur plusieurs épreuves, il pourrait être l’un des grands outsiders en 2020.

Champion WRC2 en 2019, Kalle Rovanperä passe donc dans la grande catégorie en 2020. Aussi, il faudra au jeune finlandais prendre ses marques dans la catégorie reine ; ceci dit, la place de troisième pilote pour 2020 est idéale, afin de lui ménager de la pression et progresser au sein d’une équipe gérée à la finlandaise.

Enfin, le pilote japonais Takamoto Katsuta continuera lui aussi son apprentissage des WRC au sein de l’équipe et sera au départ de la première épreuve de la saison.

M-SPORT FORD

Dernière équipe engagée en WRC, l’équipe de Malcolm Wilson a vu l’arrivée d’Esapekka Lappi après le départ d’Elfyn Evans. Tout comme son coéquipier de chez Citroën, le pilote finlandais a connu une saison 2019 difficile et son arrivée chez Ford pourrait lui permettre de retrouver la pointe de vitesse vue chez Toyota les années précédentes, et qu’il n’a su exploiter que trop rarement l’an dernier (2 podiums). Néanmoins, il lui faudra découvrir la Ford Fiesta.

Promu pilote numéro 1 des Ford Fiesta l’été dernier durant la convalescence d’Elfyn Evans, Teemu Suninen a su engranger des points et a terminé deuxième en Sardaigne, mais a aussi effectué quelques fautes. Désormais, il va falloir que le Finlandais confirme au plus haut niveau pour sa troisième saison complète au plus haut niveau.

Après trois épreuves dans la catégorie reine l’an dernier (Portugal, Finlande et Allemagne), Gus Greensmith débute donc l’année au volant de WRC. Mais pour le jeune britannique, il est encore temps de l’apprentissage, à l’instar de Kalle Rovanperä, dont il était l’un des adversaire en WRC2 l’an dernier.

Enfin, notons qu’une quatrième Ford Fiesta WRC sera au départ, avec le Lituanien Delvida Jocius à son volant.

WRC2

Créée l’an dernier sous le nom de WRC2 PRO, la catégorie où les constructeurs sont engagés officiellement avec des voitures de la catégorie R5 sera simplement dénommée WRC2 en 2020. Et, pour l’ouverture de la saison, ce sont 5 voitures représentant trois constructeurs qui seront au départ.

Ainsi, déjà présent dans la catégorie en 2019, l’expérimenté Mads Ostberg sera à nouveau au volant d’une Citroën C3 R5 officielle, le constructeur français étant donc encore engagée en rallye, mais plus dans la catégorie reine. Face à lui, Hyundai Motorsport engagera deux i20 R5 pour Nicolay Gryazin et Ole Christian Veiby. Si, pour le pilote russe, il ne s’agira que de sa deuxième saison sur le Championnat du Monde, le pilote norvégien en revanche possède déjà une solide expérience. Enfin, deux Ford Fiesta R5 MKII seront au départ dans la Principauté, pour Adrien Fourmaux et Rhys Yates.

WRC3

En 2020, l’ancien WRC2 devient WRC3. Mais si la dénomination laisse présager d’une catégorie inférieure, la seule vraie différence est que seules les équipes privées peuvent concourir dans cette catégorie. Egalement au volant de voitures de la catégorie R5 (catégorie RC2), les pilotes du WRC3 pourraient régulièrement s’immiscer à la lutte avec leurs collègues de la catégorie WRC2, comme cela s’est vu l’an dernier entre les WRC2 PRO et les WRC2. Pour le Monte-Carlo, il ne seront pas moins de 13 pilotes engagés en WRC3.

OLIVIER BURRI EN VW POLO R5

Outre les 18 pilotes engagés en WRC2 et WRC3, la catégorie RC2 (R5) comptera 15 autres pilotes qui viendront jouer avec les concurrents des deux championnats du monde. Et parmi eux, on retrouvera le Jurassien Olivier Burri au volant de sa VW Polo qu’il étrennait en décembre dernier au Rallye national du Devoluy en préparation de ce qui devrait être son 22ème Rallye Monte-Carlo. Et pour l’occasion, Olivier Burri retrouvera à sa droite Anderson Levratti.

ISMAËL VUISTINIER ET FLORINE KUMMER DE RETOUR SUR LE MONTE-CARLO

Après une première participation à l’épreuve en 2018 suite à leur victoire dans le Clio R3T Alps Trophy en 2017, Ismaël Vuistiner et Florine Kummer remettent ça en 2020. Ceci dans les mêmes conditions, l’équipage valaisan ayant remporté une deuxième fois le trophée. Aussi, le jeune équipage suisse abordera l’épreuve avec une petite expérience, comme nous le confiait le pilote en octobre dernier. Face à eux, dix autres Clio (R3 et R3T) seront au départ dans la classe RC3.

LES DEBUTS DE SACHA ALTHAUS ET LISIANE ZBINDEN EN MONDIAL

En revanche, pour Sacha Althaus et Lisiane Zbinden, ce sera la découverte du Rallye Monte-Carlo. Et si le jeune suisse nous avouait en novembre réaliser un rêve de gosse, il est certain qu’il ne prendra pas le défi à la légère. Face à leur 208 R2, ce ne sont pas moins de 22 autres concurrents qu’il vont affronter dans la classe RC4.

LA LISTE DES ENGAGES

LES PLANS DES ES

Crédits photos : Hyundai Motorsport, Toyota Gazoo Racing, M-Sport Ford, Citroën Racing, VW Motorsport, Jean-Baptiste Lassaux, Baptiste Aebi, Sébastien Montagny

A propos de l'auteur

Articles en relations